Véronique Klein
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Perform !

Suivi par 54 abonnés

Billet de blog 28 nov. 2012

Le signal du promeneur

Cinq garçons fraîchement sortis du conservatoire de Liège, nous font avec le Signal du promeneur un spectacle déjanté comme il faut.

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Raoul Collectif © 

Cinq garçons fraîchement sortis du conservatoire de Liège, nous font avec le Signal du promeneur un spectacle déjanté comme il faut. Ils se sont réunis sous le nom de Raoul  pour fonder leur collectif, ce qui donne Raoul Collectif.  Un Raoul qui n’a rien à voir avec les tontons flingueurs mais tout avec l’auteur belge Raoul Vanegeim, médiéviste reconnu membre de l’international situationniste, qui voyait en la résistance au christianisme  les signes d'une civilisation à venir, fondée non plus sur l'aliénation du travail, le pouvoir et le profit, mais sur la créativité, la jouissance et la gratuité ». Une ligne de conduite pour les cinq lascars qui mettent en oeuvre des trésors de créativité, dépensent leur énergie sans  compter, prennent et dispensent un plaisir du jeu qui requinquent les plus  moroses. A une société gangrénée par les pouvoirs, où chacun fuit comme il peut, Raoul  Collectif répond par une réflexion sur le faire ensemble. Au terme d’une longue marche dans d’obscures forêts, les cinq promeneurs en cirés , bottes de caoutchouc et lampes frontales, se retrouvent  autour d’un feu imaginaire et entament en chorale un chant de ralliement. L’un d’eux lève la lampe-tempête, avec un brin d’anxiété, c’est le naturaliste de la bande. Il raconte une petite histoire de  loups, de chevreuils et de bocages dont la morale dit le fragile équilibre qui fait « qu’il est nécessaire d’être un peu dévoré , mais  pas trop pour que le monde fonctionne ». Un chevalier en heaume et armure vante les vertus du travail à un type dépressif et un autre cancéreux. Cinq histoires, se croisent et se répondent. Elles se tissent et révèlent le dessin d'une société malade. Au centre de la toile, le personnage de  Jean Claude Romand. Pendant 20 ans, il  a fait croire à son entourage qu’il était médecin renommé, a extorqué des millions à ses proches et a finalement tué parents, femme et enfants.  La reconstitution  du procès hilarante que les acteurs nous font du criminel les fait entrer directement dans le panthéon du burlesque, juste à côté des Monty Python. Elle soulève  néanmoins de vraies questions autour de la responsabilité. C’est finalement sur une histoire de chenille qui se transforme en papillon que dans un dernier éclat de rire nous réfléchirons au sens de la vie. Que celle du  Raoul Collectif soit longue!

 Jusqu’au 13 décembre au Théâtre de la Bastille à Paris

01 43 57 42 14

theatre-bastille.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement