Billet de blog 8 févr. 2011

De quelle gauche était Michel Foucault ?

José Luis Moreno Pestaña, spécialiste de Michel Foucault, propose une mise en perspective socio-historique du parcours politique du philosophe français dans Foucault, la gauche et la politique. Un nouveau titre de la collection « Petite Encyclopédie Critique » des éditions Textuel...

José Luis Moreno Pestaña
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

José Luis Moreno Pestaña, spécialiste de Michel Foucault, propose une mise en perspective socio-historique du parcours politique du philosophe français dans Foucault, la gauche et la politique. Un nouveau titre de la collection « Petite Encyclopédie Critique » des éditions Textuel...

© 

*****************************************************

Foucault a marqué la pensée politique de la seconde moitié du XXe siècle. L'influence de ses concepts, considérable dans le monde intellectuel, a également eu des effets chez les militants politiques, surtout ceux qui sont les plus proches de l'univers académique. Foucault, pour beaucoup, renouvelle la pensée de gauche confrontée au discrédit qui affecte aujourd'hui le marxisme, à la fin de l'espoir dans le socialisme et au renoncement social-démocrate, non seulement à la transformation du capitalisme mais même à la défense des politiques keynésiennes. Toute perspective serait-elle réduite à l'unique horizon de l'économie de marché ? Il reste des militants qui refusent d'accepter une telle réduction du champ des possibles politiques et qui croient encore que la démocratie ne se résume pas à la circulation des élites politiques, ni à des lamentations, plus ou moins sincères, sur les effets pervers d'une économie capitaliste dont personne ne semble prendre au sérieux la transformation. Pour ces militants, Foucault représente souvent une référence.

Les idées de Foucault sont-elles utiles pour combattre l'état actuel des choses et, si ce n'est pour transformer le système capitaliste, du moins pour le redresser et l'obliger à respecter un pacte social plus égalitaire ? Le présent ouvrage entend présenter l'œuvre de Foucault, en même temps que les événements les plus importants de sa trajectoire biographique, sur trois niveaux : son expérience sociale, sa trajectoire académique et ses engagements politiques. Á partir de ce cadre interprétatif, est proposée une lecture de ses œuvres, et surtout de ce qu'elles recèlent de pertinent du point de vue politique. Un travail comme celui-ci se heurte à trois difficultés.

Première difficulté : ne pas réduire la philosophie à la politique. On ne peut pas dire que tout ce qu'a dit Foucault peut s'interpréter selon les paramètres gauche/droite. Foucault fut un philosophe et non un politique (bien qu'il ait pris part à la politique et que ses discours aient eu, ont et auront un effet politique) et même les politiques ne pensent pas tout (par exemple, quand ils ont un problème de vésicule) selon la dichotomie gauche/droite (même si certains hypertrophient les paramètres politiques et jugent presque tout d'après ce cadre).

Deuxième difficulté : il n'est guère aisé de savoir ce qu'est la gauche et ce qu'est la droite tout au long de l'histoire. Il faut clarifier ce que l'on entend par gauche ou par droite à chaque état historique du champ politique si l'on veut lire les travaux de Foucault à travers ce prisme.

Troisième difficulté : accepter le fait qu'avec ce modèle d'analyse peut être comprise une dimension importante de œuvre de Foucault, mais pas toute l'œuvre. Á certains moments de sa carrière, surtout au début, le travail intellectuel de Foucault a consisté en des méditations sur la littérature (par exemple, sur la relation entre la folie et l'écriture) dont la signification politique était très floue. Pour le reste, lorsque le travail philosophique se concentre, comme cela s'avère coutumier dans le monde académique, sur le simple commentaire de textes philosophiques, on ne peut pas lui attribuer clairement une signification politique directe.

La relation de la philosophie avec la politique apparaît clairement lorsqu'on en a une vision ouverte (la philosophie sort des textes qualifiés comme philosophiques) et qu'on considère que les événements continuent de donner des raisons à la rénovation de notre connaissance, de nos schémas moraux ou de notre sensibilité esthétique : en somme, la vie quotidienne continue de nous poser des problèmes philosophiques. Afin d'expliquer la structure du système capitaliste, avançait Foucault, il ne faut pas concentrer son attention sur Hegel ou sur Comte, mais sur les documents quotidiens sécrétés par les administrations. Foucault considérait que son travail embrassait les frontières entre la philosophie et la non philosophie, et il n'a pas hésité à critiquer ceux qui avaient une vision institutionnalisée d'une discipline philosophique qui ne voulait rien entendre du dehors.

Politiquement parlant, Foucault a été inconstant et l'est resté toute sa vie. Á l'École normale supérieure (ENS), il a été communiste puis, pendant ses premières années universitaires, proche du pouvoir gaulliste. Par la suite, après Mai 1968, il a été d'extrême gauche et, à la fin des années 1970, a flirté avec le néolibéralisme. Il y a deux manières de considérer ces évolutions : comme une adaptation aux positions politiques qui permettent le plus grand impact intellectuel ou comme l'effet d'une trajectoire complexe au cours de laquelle l'individu Foucault a tissé des relations avec différentes fractions de l'espace politique. La première explication suppose un agent rationnel qui calcule les dividendes de chaque positionnement politique et qui en change selon le contexte social et les transformations de la conjoncture historique. La seconde explication, celle qui sera assumée ici, est plus complexe et ouvre plus d'interrogations : elle considère l'individu comme le résultat d'un maillage d'interactions serrées qui s'enchevêtrent dans une façon d'être. Au sein de l'individu cohabitent différentes façons d'être, résultat d'expériences diverses. Cela suppose des couches plus ou moins intégrées dans le comportement qui, parfois, permettent un comportement pluriel et adapté à la situation et, en d'autres occasions, induisent un comportement contradictoire.

José Luis Moreno Pestaña est l'auteur de Foucault, la gauche et la politique (éditions Textuel, collection « Petite Encyclopédie Critique », 144 pages, 9,90 euros, février 2011). Il est maître de conférences de philosophie à l'Université de Cadix, spécialiste d'épistémologie des sciences sociales (il est le traducteur espagnol du sociologue français Jean-Claude Passeron). Il a notamment publié : En devenant Foucault. Sociogenèse d'un grand philosophe (Broissieux, édition du Croquant, 2006) et Moral corporal, trastornos alimentarios y clase social (Madrid, CIS, 2010).

Pour faire venir l'auteur pour un débat (dans une librairie, un cadre militant, universitaire ou autre), contacter Eve Bourgois aux éditions Textuel <eve.bourgois@editionstextuel.com>.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain