Billet de blog 16 févr. 2010

Penser le capitalisme pour l'émancipation

 Un texte original de l'économiste Cédric Durand, présentant son livre Le capitalisme est-il indépas- sable ?, qui participe des 4 premiers titres de la collection « Petite Encyclopédie Critique » des éditions Textuel...

cedric durand
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Un texte original de l'économiste Cédric Durand, présentant son livre Le capitalisme est-il indépas- sable ?, qui participe des 4 premiers titres de la collection « Petite Encyclopédie Critique » des éditions Textuel...

*********************************

La vingtaine d'année qui vient de s'écouler a vu s'opérer quatre grands basculements. 1/ la force propulsive des révolutions communistes du XXème siècle semble épuisée, les pouvoirs s'en réclamant se sont écroulés comme des châteaux de cartes ou sont entrés dans une normalisation progressive leur permettant de réintégrer les circuits cette fois véritablement mondialisés du capital ; 2/ plus de deux siècles de domination occidentale sans partage sont en train de prendre fin avec le rattrapage économique engagé par la Chine et les marges d'autonomie acquises par les grands émergents; 3/ l'économie mondiale s'est contractée pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, symptôme d'une crise de laquelle nous sommes loin d'être sortis ; 4/ hier

Reste cependant un acquis : la dissidence s'insinue et réinstaure le doute. L'hégémonie idéologique fissurée par les résistances va être emportée par la dynamique propre au capitalisme : la crise et son cortège de dévastations sociales. La prise de conscience de l'ampleur des destructions écologiques et l'incapacité des structures de pouvoir à y faire face aiguisent la défiance. Via la question de la justice climatique, les mouvements sociaux internationaux trouvent un nouveau souffle. Foin de régulation, la critique porte plus directement sur la logique du système. Signe des temps, un autre peut de nouveau être nommé. Tandis qu'à Londres et à Paris des colloques sur le communisme rassemblent des centaines de personnes, à Porto Alegre le géographe David Harvey, écartant toute régression stalinienne, proclame : « un autre communisme est possible » ! En Amérique latine une gauche au pouvoir ambitionne d'inventer le socialisme du XXIème siècle et les communautés indigènes proposent le concept de « bien vivir » pour articuler émancipation humaine et respect de la « pacha mama ». Cristallisant un esprit libertaire, les pirates brisent sur le web les enclosures de la propriété intellectuelle et sabotent les dispositifs liberticides qui les défendent.

Au goulag « la cuiller trouve toujours la bouche », mais en politique il y a parfois loin de l'idée émancipatrice aux réalisations. C'est un des bilans tragiques du XXème siècle qui informe la démarche engagée dans mon ouvrage. Consommateur vorace de la biosphère, fossoyeur de ses « autres », ivrogne trébuchant sur ses excès, capitalisme qui es tu ? L'ennemi certes, mais encore ? Quelles sont les institutions derrière la passion de l'accumulation ? Quelles sont les lames de fonds sous les vagues de la conjoncture ? Quels sont les fétiches qui dissimulent la violence de la main invisible ? La révolte n'a nul besoin de ces questions. Mais, ce n'est qu'à condition de s'en saisir qu'un projet peut trouver les médiations institutionnelles permettant aux aspirations émancipatrices de s'incarner. Plus immédiatement, c'est aussi à cette condition que des stratégies de luttes peuvent être élaborées et produire des victoires. Le livre est ainsi à double emploi : d'un côté, dissection de l'adversaire comme préalable au travail d'imagination de l'émancipation ; d'un autre côté ; mise à nue de ses rouages afin d'offrir des prises aux luttes sociales, intellectuelles et politiques.

Cédric Durand est l'auteur de Le capitalisme est-il indépassable ? (éditions Textuel, collection « Petite Encyclopédie Critique », 144 pages, 9,90 euros, février 2010). C'est un jeune économiste, Maître de conférences à l'Université de Paris 13. Il participe à l'animation de la revue Contretemps web et est membre du Nouveau Parti Anticapitaliste.

Pour faire venir l'auteur pour un débat (dans une librairie, un cadre militant ou autre), contacter Eve Bourgois aux éditions Textuel <eve.bourgois@editionstextuel.com>.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — International
Mais jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?
Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis, une question traverse le pays : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.
par Patricia Neves
Journal — Politique
Avoir un vrai scrutin proportionnel ? Il n’est jamais trop tard pour l’adopter
Malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée, une réforme du mode de scrutin aux législatives serait toujours utile. Celui qui est en vigueur continue à produire des effets problématiques, tandis qu’un passage à la proportionnelle pourrait procurer des avantages supplémentaires. 
par Fabien Escalona
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale