Billet de blog 19 sept. 2014

Pourquoi est-il si difficile de devenir écologiste ?

Le philosophe Fabrice Flipo, chroniqueur du journal La Décroissance et membre du Conseil scientifique d’ATTAC, présente son récent livre, Pour une philosophie politique écologiste, qui vient de paraître dans la collection « Petite Encyclopédie Critique » des éditions Textuel.

fabrice.flipo
Blog de philosophie politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Le philosophe Fabrice Flipo, chroniqueur du journal La Décroissance et membre du Conseil scientifique d’ATTAC, présente son récent livre, Pour une philosophie politique écologiste, qui vient de paraître dans la collection « Petite Encyclopédie Critique » des éditions Textuel.

*************************************************

Tout le monde ou presque connaît l’état de la planète. Tout le monde sait que le pétrole se raréfie, que les écosystèmes sont soumis à rude épreuve, que le climat change ou que la biodiversité disparaît. Et pourtant rien ne change. Les Verts sont désespérants du mauvais usage qu’ils font des voix qui leur sont destinées. Les associations sont faibles ou inaudibles face aux mastodontes de l’industrie. La déferlante consumériste et productiviste semble ne rencontrer aucun frein sérieux. Pourquoi ? Comment en sortir ?

Ce petit livre a l’ambition d’introduire à la difficulté d’être écologiste (1), sans céder à la fatalité. On ne verra pas ici de récit du quotidien écologiste, les difficultés de circuler à vélo ou en transports en commun, les recettes bio ou les vacances sans avion, il y a de très nombreux ouvrages qui témoignent en ce sens. Ici l’angle est celui de la philosophie sociale et politique. L’écologisme est encore largement absent des théorisations universitaires, on n’y trouve guère que des réflexions larges sur la technique ou sur l’éthique environnementale, pas grand chose qui s’intéresse aux écolos en tant que mouvement social, et reconnaisse une dignité à ses intellectuels organiques. Trois observations permettent de défricher sérieusement le sujet sans pour autant l’épuiser.

La première est la plus banale : les difficultés qui existent pour devenir écologiste sont sérieuses, ce qui interdit de réduire l’écologisme à un simple choix de mode de vie, une démarche individuelle à laquelle le marché pourrait répondre. Les enjeux sont bien plus larges que cela, comme le remarque quiconque prend la mesure de l’inertie du paquebot dans lequel nous sommes englués. Les acquis du mouvement écolo ne sont pas négligeables mais ils sont loin d’être suffisants. Les tendances de long terme, dont les conséquences sont encore peu perceptibles, sont dangereuses. Après avoir activement nié des dangers si contraires à leurs intérêts, les classes dominantes peuvent brutalement changer d’avis et suspendre les libertés, évidemment pour notre bien. Car de leur point de vue, le lampiste (c’est-à-dire le citoyen) a toujours tort : tort de ne pas travailler assez, de ne pas consommer assez, et tort encore de consommer trop.

La seconde observation explique la grande difficulté de la critique sociale à se saisir de l’écologie et de l’écologisme. Deux grandes raisons expliquent cette situation, et elles ne sont pas sans lien l’une avec l’autre. Que faire de « la nature », tout d’abord ? Associée traditionnellement au registre de l’aliénation, il faut du temps et de la pédagogie pour comprendre qu’il n’en est rien dans ce cas-là et qu’au contraire rien n’est plus nécessaire pour l’humanité que les fragiles équilibres de la biosphère. Le marxisme ancré dans la perspective d’une bourgeoisie libérant des forces productives révolutionnaires n’a rien vu venir, conforté en cela par des luttes syndicales laissant souvent peu de place à la critique de l’outil de travail. Les courants les plus récents (postmodernisme, reconnaissance, etc.) ont en général laissé la question de côté et souscrit à la perspective d’une croissance continuée. C’est là la seconde grande raison : la critique sociale a très largement adhéré, au moins de manière implicite, à l’idée que la modernité c’est la croissance. Posant la question de la généralisabilité des modes de vie « développés » (industrialisés), l’écologisme s’est trouvé des alliés plutôt du côté du Sud, où l’on n’a pas toujours reçu la modernité les bras ouverts, comme la révélation de ce que l’on aurait désiré depuis toujours.

La troisième souligne quels sont les repères pour une philosophie écologiste. Marx est encore précieux mais pas forcément là où on l’attendait. C’est la valeur d’usage qui est en cause, plus que le rapport entre travail et capital. Comment se réapproprier nos vies ? Comment les soustraire au productivisme et au consumérisme ? Serge Moscovici et Ivan Illich tracent la voie : des minorités actives qui mettent en place des modes de vie en accord avec la planète et ses habitants. Le contenu du travail doit changer, et donc celui de la richesse. Un premier élément clé dans ce combat est le contrôle de l’information. Voici ce que l’on pouvait lire dans un rapport public sur le secteur des TIC (Technologies de l’Information et de la Comunication), qui représente aujourd’hui 15 % de la consommation électrique française : « Si la forte consommation énergétique des TIC a pu rester discrète pendant les années récentes, son importance commence à être identifiée. (…) Il est ainsi à craindre qu’une réaction des consommateurs n’atteigne l’ensemble du secteur des TIC. Des mesures ciblées, visant à rassurer le consommateur, sont en conséquence de l’intérêt objectif de la profession » (2). Le second élément est la dynamique de la reconnaissance sociale : comment changer de mode de vie sans se trouver « déclassé », exclu, mis au ban par les autres ? La lutte pour le contrôle de la demande prend des formes assez différentes de celles contre l’exploitation.

Notes :

(1) : Le titre de ce texte pour Mediapart est emprunté à un ouvrage de Denis Duclos, Pourquoi tardons-nous à devenir écologistes ?, Paris, L’Harmattan, 2012.

(2) : H. Breuil & al., Rapport TIC et développement durable, CGEDD (Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable) & CGTI (Conseil Général des Technologies de l’Information), 2008, p. 69.

******************************

Sommaire de Pour une philosophie politique écologiste par Fabrice Flipo

(Textuel, collection « Petite Encyclopédie critique », 27 août 2014, 128 p., 12,90 euros)

Introduction : Prendre au sérieux la question écologiste
Partie I : Cette écologie technocratisée qui s’installe
1. Entre dénégation et ostracisation
2. Des acquis qui ne sont pas encore à la hauteur des enjeux
3. Le risque de l’écofascisme
Partie II : En quoi l’écologie politique percute la critique sociale
traditionnelle
1. La critique marxiste prise de cours
2. La critique sociale embarrassée
3. L’appel à la nature : une remise en cause de la modernité occidentale
Partie III : Repères pour une philosophie politique écologiste
1. Petite histoire de l’écologisme
2. Fondements théoriques : de Marx à Illich en passant par Sartre
3. Quelle stratégie émancipatrice ?
Conclusion : Vers un grand mouvement du XXIème siècle

****************************

Fabrice Flipo est maître de conférences en philosophie (Institut Mines-Telecom) et chercheur au LCSP de l’université Paris 7- Diderot. Il est chroniqueur du mensuel La Décroissance et membre du Conseil scientifique d’ATTAC. Il vient donc de publier Pour une philosophie politique écologiste (Textuel, collection « Petite Encyclopédie critique », 27 août 2014, 128 p., 12,90 euros). Il est également l’auteur de Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation (Editions Amsterdam, janvier 2014). Il tient un blog sur Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/fabriceflipo.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr