Billet de blog 2 mai 2008

Du malheur d’être riche

nic

nic

Economiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que l’Occident s’étouffe de ses dettes, l’Orient et le Moyen-Orient ne savent plus quoi faire de leur argent. Des milliers de milliards de dollar s’accumulent dans leurs Banques Centrales et Fonds souverains. Autrefois élèves sages de la mondialisation, les « Pays du Sud » ont appris à en jouer le jeu, et rachètent a coups de milliards une économie occidentale en crise tout en mettant les monnaies en concurrence. L’ordre économique mondial est-il en train de basculer ?

Orient qui rit, Occident qui pleure

Présentez au FMI un pays avec 75% d’endettement, une croissance en berne et des inégalités sociales épouvantables : il faut l’aider immédiatement ! Le hic est que ce pays, c’est les Etats-Unis, donc pas touche. Et de l’autre cote, les anciens « pays en voie de développement » ont la sante. 50% du PIB mondial, c’est eux !

L’Occident-consommateur s’endette follement auprès de la Chine et des pays producteurs de pétrole ; la flambée des prix des matières premières transforme la manne en or. Et cette tendance va s’accentuer. Des aujourd’hui, 72% des réserves de change sont en Asie et les fonds souverains des pays arabiques fleurissent.

Que faire avec trop d’argent ?

Mais que faire de tout cet argent ? Distribuer les bénéfices aux citoyens ? Seule la Norvège a cet altruisme. Construire des immeubles de 600m dans le désert ? C’est beau mais ca ne sert pas a grand chose. Investir, voila. Parce que la manne ne durera pas toujours et qu’il faut préparer les années de vaches maigres quand celles-ci sont grasses, selon le bon vieux principe de Joseph. Des écoles, des universités, de la recherche, mais il faudra créer les emplois derrière

Le plus simple reste d’investir chez les autres. China Investment Corp qui rachète 1% de BP et de Total, le Fond souverain Norvégien, 2e actionnaire du CAC40 ; et la crise financière favorise les coups de pouce : la Chine qui aide Morgan Stanley et autres. L’ex-enfant pauvre du monde rachète et sauvent a coups de milliards l’économie occidentale et se font les nouveaux arbitres de l’ordre mondial.

Pour diminuer les risques et la dépendance vis-à-vis des Etats-Unis, les Banques Centrales se diversifient. Finie l’indexation sur le Dollar, maintenant on diversifie, l’Euro en tète. Ce faisant, les Etats-Unis perdent un peu plus de leur droit de seigneuriage, la possibilité d’emprunter a des conditions préférentielles parce qu’ils ont la première monnaie du monde. La diversification met les économies occidentales en concurrence.

Le retour des tensions

Cela ne va pas de soi, les crispations contre ce pouvoir occulte sont vives, comme le rappellent les manifestations antichinoises. C’est oublie que près de la moitie du CAC40 est détenu par les fonds de pension américain ou, comme le rappelle Jacques de la Rosière, malgré l’excédent commercial, les pays émergents n’ont pas de système financier local suffisant pour s’autofinancer, et restent très dépendants de la finance mondiale. C’est oublier encore que les fonds souverains qui font si peur ne représente que 5% des actifs sous gestion. Ou encore que personne ne s’inquiète que la Norvège soit le 2e actionnaire du CAC40.

L’inquiétant, c’est le symbole : les pays du Sud et de l’Est, que l’Occident regardait jadis avec condescendance, sont maintenant majeurs et puissants. L’élève a presque dépassé le maitre, l’angoisse. Les rôles s’inversent, impossible d’avaler ca. Les tensions politiques exorcisent cette angoisse sans succès. Les jeux Olympiques de Pékin pourraient bien être plus qu’un simple sport.

La crise de 2008 ne bouleverse pas l’ordre mondial, elle nous révèle qu’il a déjà change. Reste à savoir comment un tel ordre peut tenir alors que les ressources iront en se raréfiant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida