Du malheur d’être riche

Dollar_interrogation.jpgAlors que l’Occident s’étouffe de ses dettes, l’Orient et le Moyen-Orient ne savent plus quoi faire de leur argent. Des milliers de milliards de dollar s’accumulent dans leurs Banques Centrales et Fonds souverains. Autrefois élèves sages de la mondialisation, les « Pays du Sud » ont appris à en jouer le jeu, et rachètent a coups de milliards une économie occidentale en crise tout en mettant les monnaies en concurrence. L’ordre économique mondial est-il en train de basculer ?

Orient qui rit, Occident qui pleure

Présentez au FMI un pays avec 75% d’endettement, une croissance en berne et des inégalités sociales épouvantables : il faut l’aider immédiatement ! Le hic est que ce pays, c’est les Etats-Unis, donc pas touche. Et de l’autre cote, les anciens « pays en voie de développement » ont la sante. 50% du PIB mondial, c’est eux !

L’Occident-consommateur s’endette follement auprès de la Chine et des pays producteurs de pétrole ; la flambée des prix des matières premières transforme la manne en or. Et cette tendance va s’accentuer. Des aujourd’hui, 72% des réserves de change sont en Asie et les fonds souverains des pays arabiques fleurissent.

Que faire avec trop d’argent ?

Mais que faire de tout cet argent ? Distribuer les bénéfices aux citoyens ? Seule la Norvège a cet altruisme. Construire des immeubles de 600m dans le désert ? C’est beau mais ca ne sert pas a grand chose. Investir, voila. Parce que la manne ne durera pas toujours et qu’il faut préparer les années de vaches maigres quand celles-ci sont grasses, selon le bon vieux principe de Joseph. Des écoles, des universités, de la recherche, mais il faudra créer les emplois derrière

 

Le plus simple reste d’investir chez les autres. China Investment Corp qui rachète 1% de BP et de Total, le Fond souverain Norvégien, 2e actionnaire du CAC40 ; et la crise financière favorise les coups de pouce : la Chine qui aide Morgan Stanley et autres. L’ex-enfant pauvre du monde rachète et sauvent a coups de milliards l’économie occidentale et se font les nouveaux arbitres de l’ordre mondial.

Pour diminuer les risques et la dépendance vis-à-vis des Etats-Unis, les Banques Centrales se diversifient. Finie l’indexation sur le Dollar, maintenant on diversifie, l’Euro en tète. Ce faisant, les Etats-Unis perdent un peu plus de leur droit de seigneuriage, la possibilité d’emprunter a des conditions préférentielles parce qu’ils ont la première monnaie du monde. La diversification met les économies occidentales en concurrence.

Le retour des tensions

Cela ne va pas de soi, les crispations contre ce pouvoir occulte sont vives, comme le rappellent les manifestations antichinoises. C’est oublie que près de la moitie du CAC40 est détenu par les fonds de pension américain ou, comme le rappelle Jacques de la Rosière, malgré l’excédent commercial, les pays émergents n’ont pas de système financier local suffisant pour s’autofinancer, et restent très dépendants de la finance mondiale. C’est oublier encore que les fonds souverains qui font si peur ne représente que 5% des actifs sous gestion. Ou encore que personne ne s’inquiète que la Norvège soit le 2e actionnaire du CAC40.

L’inquiétant, c’est le symbole : les pays du Sud et de l’Est, que l’Occident regardait jadis avec condescendance, sont maintenant majeurs et puissants. L’élève a presque dépassé le maitre, l’angoisse. Les rôles s’inversent, impossible d’avaler ca. Les tensions politiques exorcisent cette angoisse sans succès. Les jeux Olympiques de Pékin pourraient bien être plus qu’un simple sport.

La crise de 2008 ne bouleverse pas l’ordre mondial, elle nous révèle qu’il a déjà change. Reste à savoir comment un tel ordre peut tenir alors que les ressources iront en se raréfiant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.