Billet de blog 18 avr. 2008

L’économie du gratuit, Mediapart en question ?

nic

nic

Economiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Internet a bouleverse les industries traditionnelles du savoir - presse, majors - en liberalisant leur matiere premiere. Mais aucun modele economique n'a pris la releve de l'ancien, en particulier pour la presse, entre quete existentielle et crise economique.

Extension des horizons et reduction des couts, le dilemme impossible

Economie du gratuit ? Ca ressemble a un oxymore et pourtant elle est la qui ébranle la presse, et met dans la rue les journalistes du Monde aujourd’hui. Blogs, forums, medias citoyens, wikis, flux RSS, objets barbares devenus en quelques années les symboles d’un nouveau journalisme : le journalisme gratuit. Qu'est-ce qu'un « journaliste » aujourd’hui et comment peut-il gagner son pain dans un tout-gratuit ?

Le Web, c’est une chance pour le journalisme : une audience presque infinie, des couts de production très faibles, la possibilité d’un débat critique avec les lecteurs, la polyvalence des supports d’informations, la multiplicité des points de vue, etc. Mais, c’est aussi une angoisse : la presse n’a plus le monopole de l’écrit, ni de l’information, les citoyens se mettent a écrire, les lecteurs préfèrent les blogs superficiels aux longues analyses. C’est la raison d’être même du journaliste qui est en cause : passionnant car il faut tout réinventer, et angoissant par la même.

Et de l’autre cote, il y a un problème financier : comment payer les journalistes ? Alors que blogueurs et citoyens écrivent, eux, pour leur plaisir ? La pub, l’abonnement, les aides publiques, la charité ? Ca ne marche pas très bien, et personne n’a trouve de réponse pérenne. Et sans argent, point de salut. Ils sont nombreux les rapports à pointer les difficultés de cet accouchement, de l’Institut Montaigne au Ministère de la Culture, sans apporter d’autre réponse qu’un pessimisme de bon aloi.

Le cas MediaPart, un hybride innovant

Mediapart est une solution originale: un hybride, entre media a l’ancienne avec abonnement et journalistes professionnels et media nouveau, avec blogs, participation des lecteurs et version numérique. Qu’en penser ?

Il y a des « pourquoi j’adhère a Mediapart ? » mais pas de « pourquoi je m’abonne ». Alors rattrapons le retard !

Première de mes raisons : Edwy Plenel. Ne mentons pas, c’est sur son crédit que je me suis abonne. L’idée d’un journalisme indépendant, critique, son ambition un peu révolutionnaire, m’ont plu.

Deuxième raison : ce n’est pas cher. Moins de 10€ par mois, c’est moins que d’acheter un DVD. Mais je peux aussi partir des que j’en ai marre.

Troisième raison : le club. Le Siècle des Lumières a été celui des salons. Salons des amoureux de la raison, de tous métiers, se réunissant pour critiquer leur monde et penser celui de demain. Aujourd’hui, les think tanks, forme moderne de ces salons mais, pour y avoir participé, ils restent coupes des autres citoyens, les sujets abordes sont ceux du moment et la critique n’y vit qu’en cellophane. Autre formule : les forums ou les commentaires, type AgoraVox. Mais la, c’est le contraire, trop de monde, des commentaires souvent peu renseignes, ennuyeux, ou complètement à cote du sujet y côtoient d’autres beaucoup plus avises. Le Salon du 21e siècle sera-t-il un entre-deux: ouvert et ferme, hub des critiques et des savoirs ? Sa forme reste à inventer, et MediaPart me semble en être une piste prometteuse.

Economie du gratuit, economie de temps ?

Mais, au fond, qu’attendre de tout ca ? Il y a aujourd’hui de l’information partout et gratuite, des commentaires a foison, une immédiateté de l’information impossible pour un journal papier, ou d’analyse. Et justement, il y en a trop. La ou, autrefois, le journaliste avait le monopole de la recherche d’informations, il doit aujourd’hui avoir celui de sa sélection.

Car aujourd’hui, ce qui coute cher, ce n’est pas l’information, c’est le temps qu’il faut pour la trouver. En résumé, l’info ne vaut plus rien, mais la valeur du temps flambe. Plus le temps de chercher, plus le temps de penser, le journalisme peut entrer dans cette brèche : journal spécialisé, formules personnalisées – avec laquelle le lecteur trouvera ce qui l’intéresse – attirer l’audience vers le site par des buzz, la starification des journalistes, les rendre plus humains, en montrant comment ils exercent leur métier via leur blog. Inventer un journaliste-héros qui nous vende du temps et plus de l'info.

L’économie du gratuit serait-elle une économie de temps ? peut-être, tout alors est a repenser.

La suite au prochain article.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart