Billet de blog 16 mars 2013

Plus fort que le gaz de chiste : la "glace de méthane" ou Hydrate de méthane !

La Louve ἄλφα
Je dédicace mon blog à mes trois petits-enfants.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On a trouvé mieux que le gaz de schiste : Le potentiel colossal des hydrates de méthane.

http://blogs.mediapart.fr/edition/petrole-une-malediction/article/190213/le-japon-se-prepare-lextraction-des-hydrates-de-methane

Le nouveau boom enregistré dans la production du gaz naturel grâce à l'exploitation du gaz de schiste a changé l'économie énergétique des États-Unis.Voilà, c'est un fait. les Etats-Unis sont redevenus en 2011 exportateurs nets de produits pétroliers pour la première fois depuis 1949.

Mais, il y a mieux : les hydrates de méthane. Ces réserves de gaz naturels se trouvent dans les fonds marins et, théoriquement, pourraient faire du gaz de schiste bien peu de chose. Personne n'avait eu accès à ce gaz du fond des mers jusqu'à cette semaine, quand les ingénieurs japonais ont réussi à en extraire par un puits sous le Pacifique.

Définition : Les hydrates de gaz naturels (Natural gas hydrate ou NGH en anglais) qui sont caractérisés par une plus faible pression (25 mégapascals, compression 1/170) et une plus haute température (0°C), que les LNG (Liquified natural gas, gaz naturels liquéfiés) ou les CNG (Compressed natural gas, gaz naturels comprimés).

© 

Peu de personnes ont vu réellement des hydrates de méthane. Ann Cook, une géophysicienne de l'université de l’État d'Ohio, est l'une d'elles.

« Cela ressemble à de la neige gelée dans de la boue » dit Cook.

Elle a passé des semaines à traquer ce gaz à bord de navires de forage. « On pourrait penser que c'est un produit insignifiant, mais quand vous décidez d'y mettre le feu, il brûle sans problème ».

On peut trouver ce gaz dans le sous-sol de l'Arctique, dans le permafrost. Mais la plus grosse quantité se trouve dans les fonds de l'océan, dans le froid et sous haute pression. Il a fallu des millions d'années pour le former. Des bactéries océaniques se nourrissent de plancton mort. "Et quand elles meurent, elles tombent sur le fond océanique. Et ensuite, cette matière organique est mangée par d'autres bactéries qui recrachent du méthane."

« Appelé familièrement « glace qui brûle » ou « glace de méthane », ce composé glacé est inflammable dès qu'il fond et en présence d'oxygène ou d'un oxydant. À l'échelle moléculaire, un clathrate de méthane est en effet constitué d'une fine « cage » de glace dans laquelle est piégé du méthane a priori issu de la décomposition de matière organique relativement récente (par rapport à celle qui a engendré le pétrole et le gaz naturel) et effectuée par des bactéries anaérobies et méthanogènes. Wiki »

Les scientifiques ont déjà remonté à la surface des échantillons de cette substance et ont découvert ce gaz à partir de réserves souterraines. Mais ce n'est que cette semaine qu'un gisement a été découvert dans le sol marin du Pacifique.
Il pourrait y avoir des quantités énormes de ce gaz. Les évaluations gouvernementales américaines faites le long du littoral américain, montrent que le pays pourrait vivre sur ces réserves pendant des décennies.

Mais il pourrait aussi (!) y avoir des dangers dans l'exploitation de ce gaz. Le méthane est un gaz à effet de serre puissant et pourrait accélérer le réchauffement climatique !
Le Géologue Timothy Collett du US Geological Survey dit qu'il est trop tôt pour savoir si c'est un « don du ciel » ou une menace pour le climat. « Personne, moi y compris, ne peut se prononcer à l'heure actuelle ».

Ce n'est pas faute d'essayer. Le Ministère de l'Énergie a consacré 10 à 15 millions de $ par an à étudier les hydrates de méthane. Ray Boswell, le directeur technique spécialiste de ces hydrates de méthane au Laboratoire de Technologie d'Énergie national du DOE  Département de l'Énergie des États-Unis, dit que le forage dans le fond de la mer ne semble pas être risqué puisque le gaz restera dans son milieu naturel. "Il faudra exercer une poussée constante sur l'hydrate afin qu'il devienne instable pour qu'il remonte à la surface, dit Boswell. "Donc notre problème avec l'extraction de ce gaz n'est pas lié aux risques d'échappement mais le défi est plutôt de maintenir le flot de production.

Toutefois, certains pensent qu' il ne s'agit pas uniquement d'organisation de l'extraction. Quelques scientifiques du climat soulignent qu'il y a une grosse quantité de méthane emprisonné dans le permafrost arctique et craignent qu'il puisse s'échapper dans l'atmosphère à la suite du réchauffement du climat. Boswell, lui, remarque que depuis plus de 10,000 ans, le niveau de la mer augmente continuellement. Lorsque cette eau inondera le permafrost, le méthane pourrait être extrait, théoriquement. Collet note cependant que ce processus pourrait prendre des milliers d'années.


Les scientifiques reconnaissent qu'il y a beaucoup à apprendre de ces réserves énormes de gaz naturel.

En attendant, plusieurs pays qui recherchent désespérément de nouvelles sources d'énergie - incluant le Japon, la Corée, la Chine et l'Inde - montent des expéditions de forage pour obtenir du fond de la mer et dans des pipelines ce nouveau trésor.

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3322_gaz_schiste_hydrates_methane_France.php

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot