"Total, un gouvernement bis" (Le Monde Diplo)

"Cette entreprise qui se comporte en France comme un gouvernement bis est dirigée par un actionnariat international pour lequel ce pays n’est qu’un espace parmi d’autres. Présente dans plus de cent trente États, elle opère dans des secteurs de plus en plus nombreux."

Lu cet article en accès libre sur le Monde Diplomatique (Août 2018), article très informatif et qui propose énormément de liens complémentaires pour approfondir le sujet, à lire absolument si on veut en savoir un peu plus sur la "première" entreprise française, Total, aux ramifications tentaculaires au niveau de la planète...

Extraits :

siège social © Total siège social © Total
"...Impliqué dans un vaste projet d’exploitation gazière en Russie, Total, continuant à jouer au chat et à la souris, a contourné en 2016 les sanctions des États-Unis contre Moscou, motivées par sa politique en Ukraine. Pour lancer les opérations du vaste chantier de Yamal LNG sans recourir au dollar, il a fait appel à des capitaux chinois. La journaliste Muriel Boselli suggère même que la mort de l’ancien PDG, en octobre 2014, officiellement dans un accident d’avion, pourrait être due à l’action de ses opposants : « Christophe de Margerie a également beaucoup critiqué l’hégémonie du dollar dans le monde, notamment dans le secteur pétrolier (…). Il a ouvertement évoqué l’idée d’acheter le pétrole dans une autre devise.

(...)

...Pourtant, cette entreprise qui se comporte en France comme un gouvernement bis est dirigée par un actionnariat international pour lequel ce pays n’est qu’un espace parmi d’autres. Présente dans plus de cent trente États, elle opère dans des secteurs de plus en plus nombreux : le pétrole et le gaz non conventionnel, bien sûr, mais aussi l’énergie solaire, les batteries de pointe et le stockage, les agrocarburants, l’électricité. Et elle délaisse ses raffineries hexagonales, passées de huit à cinq au fil des ans, pour développer un site de pointe en Arabie saoudite. Soixante-dix pour cent de ses activités se situent en Asie et au Proche-Orient. Une telle diversification est à l’image d’un capital éclaté. Hormis les fonds d’investissement américains évoqués plus haut, Total compte parmi ses plus importants actionnaires les autorités politiques chinoises, le pouvoir qatari, le fonds souverain norvégien et les structures coadministrées par les membres des familles Desmarais au Canada et Frère en Belgique. Les autres détenteurs de titres se trouvent au Royaume-Uni, en Belgique, en Suède et dans divers paradis fiscaux...

(...)

Article complet ici !

...Tant qu'on y est y est, on peut lire aussi : "TOTAL, Major du chaos climatique"

"Trois ONG, Notre Affaire à Tous, 350.org et les Amis de la Terre France ont publié ce mardi 28 mai un rapport analysant la stratégie climatique du géant pétrolier Total. Elles y dénoncent une « stratégie de façade, absolument incompatible avec les objectifs de l’Accord de Paris »."

total-major-du-changement-climatique
« Alors que dans sa communication, la multinationale assure vouloir limiter le réchauffement climatique à 2°C, les annexes aux comptes consolidés de Total révèlent que le Groupe construit en réalité une stratégie complètement déconnectée du respect des objectifs de l’Accord de Paris, nous menant vers 2,7°C à 3°C de réchauffement » indiquent les associations dans leur rapport.

D’après elles, la stratégie climat de Total est « criblée de fausses solutions ». Elles dénoncent des investissements massifs dans le gaz et les agrocarburants qui provoquent à la fois de lourds impacts climatiques, sociaux et environnementaux. Mais aussi un espoir aveugle dans les technologies de capture et stockage du CO2, dont le déploiement est risqué et dont l’effectivité repose grandement sur de la spéculation.

Ainsi, pour ces trois ONG, la stratégie climat de Total et ses leviers d’atténuation d’impact climatique « ne sont qu’un leurre » et participent à une aggravation de la crise actuelle. « La stratégie climat de Total apparaît d’autant plus grave qu’une limitation du réchauffement climatique à +1.5 °C demeure encore possible, si une réelle transition énergétique vers les renouvelables était entamée. Il y a urgence à agir : Total n’a d’autre choix que de changer radicalement de modèle économique. Faute de quoi l’entreprise s’expose à des risques financiers et juridiques imminents », conclut Paul Maugeolle de Notre Affaire à Tous et auteur du rapport.

En conclusion, les ONG appellent « Total et les décideurs à faire cesser les recherches et les exploitations d’hydrocarbures en France et dans le monde et se conformer aux recommandations scientifiques pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris ». Elles appellent aussi « les acteurs publics et privés à désinvestir des entreprises pétrolières et gazières comme Total, et aux institutions, les universités, les musées, à couper leur lien avec la multinationale ». "
DR

Source "Environnement Magazine" ici !

Hommage au regretté © Chimulus Hommage au regretté © Chimulus

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.