Des manifetant-e-s indigènes occupent la plus grande exploitation pétrolifère du Pérou

Des travailleurs de l'entreprise Argentine Pluspetrole nettoient après une fuite de pétrole ©  Antonio Escalante Des travailleurs de l'entreprise Argentine Pluspetrole nettoient après une fuite de pétrole © Antonio Escalante
Environ 500 manifestants indigènes Achuar ont occupé le plus grand champ pétrolifère du Pérou dans la forêt amazonienne près de l'Equateur pour exiger le nettoyage des décennies de contamination dues au pétrole brut déversé .

L'opérateur du gisement de pétrole, Argentine Pluspetrol , affirmait que l'exploitation avait chuté de 70 % depuis l'occupation de ses installations lundi, ce qui signifie une baisse de production d'environ 11 000 barils par jour.

Les communautés autochtones ont pris le contrôle d'une centrale thermoélectrique , des réservoirs de pétrole et des routes principales dans la région amazonienne de Loreto où Pluspetrol exploite le puit 1 - AB, a déclaré l'entreprise jeudi.

Le représentant des grévistes, Carlos Sandi , a déclaré au Guardian que les communautés Achuar ont été "empoisonnés en silence" parce que la société Pluspetrol n'a pas respecté un accord signé en 2006 pour nettoyer la pollution datant de quatre décennies du puits de pétrole 1 - AB .

" Près de 80 % de notre population est malade en raison de la présence de plomb et de cadmium dans notre nourriture et notre eau contaminés par du pétrole", a déclaré Sandi, président de FECONACO, la fédération des communautés indigènes de la rivière Corrientes

Pluspetrol , le plus grand producteur de pétrole et de gaz naturel au Pérou , a exploité des gisements de pétrole depuis 2001 . L'entreprise a racheté Occidental Petroleum , qui a commencé à forer en 1971, et, selon le gouvernement , n'avait pas non plus nettoyé la contamination.

L'an dernier, le Péru a déclaré l'état d'urgence environnemental dans le domaine pétrolifère. Mais Sandi a dit que l'État avait omis de prendre "des mesures concrètes ou de compenser les autochtones" pour les dommages causés à l'environnement.

Il a affirmé que les communautés Achuar ne recevaient pas leur part de redevances pétrolières et l'Etat n'a pas investi dans des programmes de développement dans les bassins fluviaux Tigre, Corrientes et Pastaza qui avaient été les plus touchées par l'exploitation du pétrole.

Selon lui, les Achuar ont exigé de rencontrer le gouvernement central pour parler de santé publique, d'environnement et de la répartition des redevances pétrolières.

" Nous ne sommes pas contre l'exploitation ou le dévellopement du pétrole, mais nous réclamons nos droits qui doivent être respectés conformément aux lois internationales", at-il rajouté.

" Les conversations sont en cours pour apporter une solution à l'impasse ", a déclaré à Reuters Pluspetrol . " Une commission gouvernementale est là et nous espérons que ce soit résolu bientôt. "

Au cours de la dernière année , le gouvernement péruvien a décrété trois états d'urgences environnementales dans de larges zones de forêt, à proximité des champs pétrolifères, après avoir constaté des niveaux dangereux de pollution sur les territoires autochtones.

Le Ministère de l'Environnement du Pérou a déclaré dans un communiqué la semaine dernière, qu'une commission formée par des représentants du gouvernement et de l'entreprise a été attribuée à travailler avec les communautés pour s'attaquer aux problèmes de pollution et d'autres préoccupations.

Source : Dan Collyns in Lima, Friday 25 April 2014

http://www.theguardian.com/environment/2014/apr/25/indigenous-protesters-occupy-perus-biggest-amazon-oilfield

Pour aller plus loin (en anglais) : http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/132752/Pluspetrol_Says_Protests_Stop_70_of_Output_from_Peru_Oil_Block?rss=true

 



 



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.