BP s'apprête à ouvrir de nouveaux forages en Méditerranée

Alors que la fuite de pétrole n'est pas encore colmatée dans le golfe du Mexique, BP continue ses programmes et, en l'occurrence, la compagnie pétrolière a annoncé le lancement, d'ici quelques semaines, d'un nouveau forage au large de la Libye dans le golfe de Sirte, en vertu d'un accord signé en 2007 avec la Libye.

British Petroleum affirme que le groupe a préparé « des plans d'urgence détaillés »....

 

"Le porte-parole a rappelé que, en vertu d'un accord signé en 2007 avec les autorités libyennes, le groupe a reçu l'autorisation d'effectuer cinq forages. "Nous n'avons pas de calendrier pour cela", a-t-il ajouté, précisant qu'un forage "prend six mois ou plus".

Ces nouveaux forages auront lieu dans le golfe de Sirte, au large des côtes libyennes, et à "environ 5.700 pieds" (1.700 mètres), soit à une profondeur légèrement supérieure à Deepwater Horizon, le puits situé au large des côtes de la Louisiane et dont l'explosion le 20 avril a provoqué une marée noire gigantesque dans le golfe du Mexique.

Le groupe a cependant assuré "prendre son rôle très sérieusement". "C'est quelque chose pour lequel nous avons effectué une très longue préparation", a déclaré le porte-parole, assurant être prêt à tirer les leçons de la catastrophe survenue en avril.

"Nous avons passé en revue de manière très approfondie nos pratiques et nous avons effectué un audit complet de nos pratiques et de nos opérations sur la plateforme (Deepwater Horizon) et s'il y a des leçons à tirer à la suite de l'enquête sur Deepwater Horizon, bien entendu nous les mettrons en oeuvre pour les autres forages dans le monde", a poursuivi le porte-parole."

Cliquer ici pour lire la dépêche de RFI, du 26 juillet 2010.

 

 

D'après le site "Kapitalis.com", le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe :

 

"La Méditerranée compte 22 forages pétroliers en pleine mer, dont 4 au large de la Tunisie. A la suite de la catastrophe provoquée par l’explosion de la plate-forme de British Petroleum (BP) au large du Golfe du Mexique, certains se demandent ce qui adviendrait si une catastrophe pareille arrivait en Méditerranée, région qui accueille 30% du tourisme mondial."....[...]

(si) l’exploration pétrolière en mer constitue un risque majeur, et même si aucun accident majeur n’a été enregistré à ce jour, la possibilité d’un accident semblable à celui survenu dans le golfe du Mexique n’est pas à exclure. Cependant, le facteur de risque de marées noires le plus important en Méditerranée est surtout lié au transport de pétrole brut et raffiné ainsi que des produits résiduels par les tankers et les oléoducs. Le Regional Marine Pollution Emergency Response Centre (Centre régional de réponse aux urgences liées à la pollution Marine, Rempec) en mer Méditerranée, administré par l’Organisation maritime mondiale (Imo) en coopération avec le Plan d’action pour la Méditerranée du Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue), estime qu’«entre le 1er août 1977 et le 31 décembre 2007, environ 402 millions de litres de pétrole sont rentrés en mer Méditerranée à cause d’accidents ou bien d’écoulements illicites des produits pétroliers"...

Lire la suite de l'article - du 17/07/2010 en cliquant ici.

 

 

On s'inquiète également en Italie :

 

"[...] En Italie, où 24 nouvelles licences d'exploitation ont été accordées, notamment dans le golfe de Sicile, et parfois même dans des zones marines protégées, l'opération programmée par BP suscite toutefois l'inquiétude. Vendredi soir, le sénateur de centre-droit Antonio D'Ali a réclamé «la mise au banc des décisions unilatérales basées sur les intérêts nationaux.» Selon le président de la commission des affaires sur l'environnement au Sénat, le problème n'est pas BP ou la Libye. « En mer, les frontières n'existent pas, un éventuel accident pourrait avoir des répercussions irréversibles sur l'écosystème de toute la Méditerranée déjà fortement contaminée par le pétrole», a dénoncé Antonio D'Ali.[...]"

Lire l'extrait dans son contexte en cliquant ici, article publié sur le site "letelegramme.com" - 25 juillet 2010.

 

Les Etats-Unis suivent ce programme de près, car il y a peut-être des développements politiques :

 

"[...] L'accord signé en 2007 avec la Libye, portant sur un gigantesque champ pétrolifère et gazier, est par ailleurs l'objet d'une vive controverse aux Etats-Unis. La Commission des affaires étrangères du Sénat américain enquête sur de présumées pressions que BP aurait exercées sur les autorités britanniques en vue d'obtenir la libération du Libyen Abdelbaset al-Megrahi, condamné pour l'attentat de Lockerbie en 1988, en vue d'obtenir le contrat d'exploration d'hydrocarbures au large de la Libye.

La commission doit examiner l'affaire Megrahi le 29 juillet. Megrahi, condamné à vie en 2001, avait été libéré par l'Ecosse en 2009 pour raisons de santé, sur un avis médical qui ne lui donnait que trois mois à vivre. [...]"

Extrait dans son contexte en cliquant ici - "romandie.com" citant une dépêche AFP / 24 juillet 2010

 

 

* * *

 

m%C3%A9diterran%C3%A9e_1.jpg

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.