Golfe: 27000 puits abandonnés en mer

GOLFE DU MEXIQUE: PLUS DE 27 000 PUITS ABANDONNES

 

Le groupe britannique BP, qui exploitait la plateforme Deepwater Horizon, dont l’explosion le 20 avril est à l’origine de la marée noire dans le golfe du Mexique, a abandonné à lui seul 600 puits dans le golfe.

 

163023_plateforme_forage_golfe_mexique.bbundt76loo44kc84ocgw4cw4.81c1v9gbze04sk8gg04w4c04g.th.jpegPlus de 27 000 puits de pétrole et de gaz sont abandonnés au fond du golfe du Mexique et constituent une source d’inquiétude pour l’environnement, faute de surveillance d’éventuelles fuites, selon une enquête de l’ASSOCIATED PRESS. Leur étanchéité suscite l’inquiétude.Environ les trois quarts des puits abandonnés temporairement le sont restés pendant plus d’un an, notamment à partir des années 1950 et 1960. Le groupe britannique BP, qui exploitait la plateforme Deepwater Horizon, dont l’explosion le 20 avril est à l’origine de la marée noire dans le golfe du Mexique, a abandonné à lui seul 600 puits dans le golfe.

 

Les puits abandonnés temporairement ou définitivement ont de quoi inquiéter. L’expérience montre, au moins sur terre, qu’ils fuient souvent, et les archives gouvernementales examinées par l’ASSOCIATED PRESS révèlent que cela arrive aussi avec les puits en mer.

 

Selon les experts, les puits abandonnés peuvent se « repressuriser », comme un volcan endormi qui se réveille. Et des années d’exposition à l’eau salée et à la pression sous-marine peuvent corroder et affaiblir les tuyaux et le ciment utilisé pour le colmatage. Malgré le risque de fuites, les puits abandonnés ne font habituellement pas l’objet d’inspections par les entreprises du secteur ou les autorités publiques.

 

L’enquête de l’ASSOCIATED PRESS a en particulier découvert 3500 puits négligés, présentés dans des documents administratifs comme « temporairement abandonnés».


 

Les autorités de régulation et les entreprises du secteur affirment que les puits en mer abandonnés sont présumés correctement bouchés et sont censés le rester indéfiniment. Ce n’est que lorsqu’ils sont pressés de questions que les responsables reconnaissent la possibilité de fuites.

Auteur J.P. TELLIER


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.