Billet de blog 30 juil. 2010

Quand BP corrompt aussi les hommes

ISHTAR.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

BP en opération séduction chez les scientifiques américains
http://www.lepoint.fr/images/2010/07/29/136386-bp-petrole-une-jpg_45945.jpgCes dernières semaines, BP offre des contrats très juteux à tout scientifique qui voudra bien travailler avec elle. D'après le quotidien de l'Alabama, le Press Register, la compagnie pétrolière fait le tour des universités de la région du golfe du Mexique et propose aux scientifiques spécialisés dans les études océanographiques, les requins ou le plancton, des ponts d'or afin de l'aider à bâtir sa défense juridique. BP croule sous des dizaines de procès pour déterminer l'impact de la marée noire sur l'environnement et les dommages et les intérêts à payer. Elle aurait par exemple essayé de recruter tout le département de science océanographique de l'université de l'Alabama. Est-ce vraiment pour préparer sa défense ou plutôt pour acheter le silence des scientifiques, comme le clament ses détracteurs ? BP, disent-ils, cherche à contrôler la recherche scientifique en imposant dans le contrat des causes très restrictives. Selon le Press Register qui a eu accès à une copie, le contrat interdit aux scientifiques de publier leurs études, de partager les informations avec d'autres ou de discuter des données collectées sur les trois prochaines années. Les scientifiques ne seront payés que pour des études approuvées par BP.Une pratique légale"Ça laisse penser qu'ils cherchent surtout à s'assurer que nous ne pourrons pas témoigner contre eux plutôt que de nous faire témoigner en leur faveur", estime George Crozier, directeur d'un labo cité dans la presse qui a été approché par BP. En recrutant le plus d'experts possible, BP coupe également l'herbe sous le pied du gouvernement qui a tout aussi besoin de l'aide de savants pour s'appuyer sur des études scientifiques lors des procès. BP se défend de vouloir "acheter" la communauté scientifique. Il s'agit juste de protéger des informations confidentielles "comme c'est d'usage", dit-il. Une douzaine d'experts, selon la compagnie, auraient accepté de signer un contrat, ce qui est parfaitement légal. Les professeurs dans beaucoup de facs ont le droit de travailler comme consultant 8 heures par semaine. Or, le contrat BP s'avère lucratif. Quelque 250 dollars l'heure, soit à huit heures par semaine, plus de 100.000 dollars par an. Et puis se justifient certains savants, c'est aussi l'une des seules manières d'étudier l'impact de la marée noire, car il y a peu de financements publics disponibles. "Personnellement, je n'aimerais pas avoir ma recherche limitée, mais si je voulais travailler sur la marée noire..., je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'autres possibilités", a confié à Associated Press Chris D'Elia, doyen du département environnement à l'université de Louisiane.Une farandole de courtisans"Beaucoup de scientifiques refusent ces contrats, parce qu'ils estiment que leurs études doivent être accessibles au public et au gouvernement", observe Cary Nelson, président de l'American Association of University Professors. Il y a aussi le risque d'être associé à une entreprise qui n'a pas très bonne réputation. Et de voir se volatiliser sa bourse de recherche. Certains experts après avoir signé avec BP ont été informés que leurs allocations financées sur fonds fédéraux étaient supprimées. BP a aussi lancé le Gulf Research Initiative, un programme de 500 millions de dollars qui doit distribuer des bourses de recherche. Louisiana State University, l'institut d'océanographie de l'université de Floride et l'université du Mississippi ont déjà accepté 10 millions de dollars chacun.Mais il n'y a pas que BP qui courtise assidûment les scientifiques. L'organisme public, la National Oceanic and Atmospheric Administration ou NOAA, a contacté de son côté toutes sortes d'experts en leur proposant des contrats apparemment tout aussi stricts. Ce n'est pas la première fois. Au moment de la catastrophe de l'Exxon Valdez, l'État d'Alaska avait publié un rapport où les experts se plaignaient d'avoir dû signer des clauses de confidentialité en échange de financements publics pour leur recherche Publié le 29/07/2010 à 20:07 - Modifié le 29/07/2010 à 20:08 Le Point.fr De notre correspondante à Washington, Hélène Vissière

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine