Sable bitumineux : Grève de la faim des lakotas contre Keystone XL

Projet Keystone XL © ecologie.blog.lemonde.fr Projet Keystone XL © ecologie.blog.lemonde.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les Dakotas, des membres de la fière Nation Lakota se sont soulevés en protestation cette semaine pour se joindre à une grève de la faim de 48 heures en opposition au projet d'oléoduc Keystone XL - ainsi qu'à tous les oléoducs des sables bitumineux - qui selon eux menacent de détruire des ressources aquatiques et des terres ancestrales aux Etats-Unis et au Canada. 

Ce dimanche des douzaines de grévistes de la faim et leurs supporteurs ont marché dans un rassemblement contre les projets pétroliers de sables bitumineux à Eagle Butte, Dakota du sud, une communauté pauvre de la Cheyenne River Reservation, près de la voie proposée par Transcanada pour l'oléoduc Keystone XL de 1700 miles vers les raffineries du Golfe du Mexique.

 © Rocky Kistner © Rocky Kistner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les membres de la tribu Lakota et leurs enfants se sont rendus au camp à travers les rudes collines près de la rivière Missouri pour jeûner en solidarité avec la grève de la faim de la Bella Bella Community School en Colombie-Britannique. Les enfants de cette école ont protesté contre un plan de livrer des millions de barils de pétrole à travers l'oléoduc potentiellement dangereux "Northern Gateway" qui pomperait le pétrole corrosif et acide des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'aux navires pétroliers géants s'approvisionnant sur la traîtresse de côte Pacifique canadienne.

La dévastation environnementale massive causée par l'exploitation de sables bitumineux et les plans de compagnies pétrolières de le transporter à travers les Etats-Unis a rallié les Autochtones Américains contre les propositions de construire des pipelines des sables bitumineux ici sur le territoire Américain. Voici comment la vétérante du militantisme Lakota Debra White Plume l'a décrit durant cette grève de la faim près de Eagle Butte :

Cet oléoduc veut dire des gens riches devenant encore plus riches, cet oléoduc veut dire le viol de la Mère Terre et de nourrir la machine. Pour nous, cet oléoduc, c'est notre génocide et celui de tous les gens des Premières Nations du Canada. Je crois que nos nations autochtones vont continuer de s'opposer au projet d'oléoduc Keystone XL et resteront opposés aux autres pipelines menaçant de passer par ici parce que nous comprenons que l'eau est le cadeau de notre Grand-père, c'est un cadeau de la vie. Nos chefs le comprennent et nous n'allons pas négocier. C'est une bataille pour notre eau, et une bataille pour nos enfants. Ce sont nos petits-enfants qui sont ici à la grève de la faim, et nous sommes très fières d'eux pour s'affamer pour la Mère Terre et aussi pour les ainés qui font de même.

 © Rocky Kistner © Rocky Kistner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Karen Ducheneaux, qui vit sur la réserve autochtone de Cheyenne River, une des régions les plus pauvres dans le pays, a proposé l'idée de grève de la faim après avoir vu la puissante vidéo des enfants de l'école de la Communauté de Bella Bella au Canada, protestant contre l'exploitation des sables bitumineux. Après avoir parlé à ses membres de la famille et chefs tribaux, Ducheneaux a décidé qu'il était temps d'agir en solidarité avec les peuples des Premières Nations du Canada.

A quoi ils font faces ne les affecte pas seulement qu'eux, ça n'affecte pas simplement la côte ouest du Canada ou de l'Alberta où les sables bitumineux sont extraits. ça n'affecte pas seulement des personnes habitant au long de ces oléoducs, ça affecte le monde entier. Ce qu'ils font, d'empoisonner l'eau et polluer la terre, affecte toute l'humanité, et pas juste les Lakotas ou les personnes du Dakota du sud, mais tout le monde... Je suis fière du groupe d'écoliers de Bella Bella et si fière de pouvoir les soutenir...Nous ne pouvons pas boire du pétrole. Nous allons détruire nos propres eaux souterraines et notre écosystème et alors nous n'aurons plus rien. 

 © Rocky Kistner © Rocky Kistner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi par ce 1er avril exceptionnellement chaud dans les Dakotas, quelques douzaines de grévistes de la faim et leurs supporteurs sont rassemblés sur la terre d'une famille dans les collines plissées près de la rivière Missouri, terre qui a été une source de vie et de nourriture longtemps avant que les colons aient envahi leurs territoires de Lakota Sioux il y a plus d'un siècle. Les défenseurs de Lakota ont construit un sauna traditionnel et les ainés y ont chanté des chansons et des prières à l'appui des grévistes de la faim au Canada, à plus de mille miles de là. Ils étaient là pour soutenir et protéger la Mère Terre, une puissante tradition Lakota passée d'une génération à l'autre, longtemps avant que les compagnies d'extraction minières et pétrolières viennent polluer la terre. C'est une tradition que ces grévistes de la faim disent qu'ils vont se battre pour, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun Lakota, une lutte que nous tous devrions respecter et soutenir.

A bas l'oléodoc de Embridge 

Keystone XXL aux poubelles !

 © savebiogems.org © savebiogems.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Coop Media de Montréal, posté le 05 avril 2012 par ANABRAXAS 

Lien : http://montreal.mediacoop.ca/fr/story/gr%C3%A8ve-de-la-faim-des-lakotas-contre-keystone-xxl/10453


Vidéo de Naomi Klein sur le  "Keystone XL Oil Pipeline Project" de Transcanada Corporation

Dans cette vidéo Naomi Klein parle du désastre environnemental que représenterait la finalisation de la construction de ce pipeline. Elle met aussi en parallèle le mouvement Occupy Wall Street et la lutte des populations autochtones, des activistes écologistes et anticapitalistes, non seulement contre ce projet calamiteux pour l'environnement , mais aussi contre un système politique (démocrates et républicains confondus) à la botte des grandes entreprises comme Transcanada Corporation :

Naomi Klein: Keystone XL Oil Pipeline Controversy Shows How Wall Street Is Occupying US Govt © democracynow
 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.