kairos
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plages de lectures

Suivi par 33 abonnés

Billet de blog 4 avr. 2010

Quelques nouvelles de l'ami Franz...

S’il se considère d’un peu trop près, il est difficile à l’homme de s’aimer beaucoup. Il voit d’abord tout ce qu’il n’est pas, tout ce qu’il rate, les étoiles qu’il n’atteint jamais, et ça le désole.

kairos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 
S’il se considère d’un peu trop près, il est difficile à l’homme de s’aimer beaucoup. Il voit d’abord tout ce qu’il n’est pas, tout ce qu’il rate, les étoiles qu’il n’atteint jamais, et ça le désole. Et ça explique qu’il construise des fusées intergalactiques, qu’il épépine les tomates ou s’amourache d’une paire de fesses.Certes, il y a bien « la sorcière des horoscopes ». Le coup de bol des constellations qui se coordonnent aux petits oignons, le moment faste. La belle journée imprévue où on en profite comme dans un miracle. Enfin, c’est ce qu’on croit. Faut pas, là encore, y regarder de tout près ! Car le meilleur, c’est un moyen, le plus malin pour que la destinée vous fasse les poches. Un déjeuner de soleil qui prépare la gueule de bois du lendemain, l’homme n’est jamais modeste, il abuse des bonnes choses. Heureusement, il ne néglige pas les pires non plus.
© 
« Quatre mois qu’il traînait en ville. Il cherchait à s’embaucher, principalement en qualité de repris de justice. Quand il se présentait pour une place, la première chose qu’il indiquait, c’était qu’il avait purgé six mois de prison. C’était sa façon de montrer qu’il était devenu honnête, qu’il n’avait rien à cacher. Sans compter, il aimait cette précision, qu’il avait « payé sa dette à la société », ce dont il n’était pas loin de tirer une certaine gloire. Pour un pauvre, payer c’est être riche, finalement. »Sa grande occupation ? Améliorer la vie. La sienne en premier lieu. Comment lui en vouloir ? Depuis toujours, il rêve, il échafaude des plans, il monte des combines, il se lance, tout droit ou en zigzag, même à reculons. Ou alors quoi, il va rester pour la nuit des temps ce bouseux, ce naïf dont les dieux s’amusent du bout de l’orteil, en le déplaçant, en l’écrasant, comme un pion, comme un scarabée. ? Et de toute manière ça ne change rien si les dieux n’existent même pas.« L’intelligence est une fille du bien-être. Et le bien-être une conquête de l’alcool. D’abord, faire donner le calva dans le café noir sucré. Ensuite, amorcer les mouvements en vidant quelques blancs limés. Puis, c’est le rosé ou le kir, gentiment. Quand on aborde l’anisette, le comptoir est à point pour s’écouter parler. Ensuite, la vie reprend son cours normal. On peut discuter entre semblables. L’égalité est une affaire de grammes par litres de sang. »Dans tout ce satané prodigieux micmac, il tourne sa manivelle, à la petite semaine. Pas grave. Car si l’homme échoue, il ne désespère pas pour autant, certains proverbes l’affirment qu’il serait vain de discuter. Il est méchant ? Il est stupide ? Il est ridicule ? D’accord, mais il se requinque vite fait ! Il se réveille avec mal aux cheveux et refile aussi sec au zinc du bistrot d’en face. Ce n’est pas demain la veille qu’on aura sa peau comme celle de l’ours, avant de l’avoir tué. Ne nous gourons pas, « le jour se levant dans un silence municipal à peine troublé par le passage d’une mobylette », annonce un petit matin d’apocalypse. Pour le grand soir, on a déjà donné, du grandiose, avec un peu de chance, il y aura une suite, d’aucuns le jurent… L’aube, c’est une belle promesse pour les mouches qui s’emprisonneront dans les plis des rideaux, parce qu’elles ne résistent pas aux reflets de la lumière des vitres.Une fois de plus, les personnages de Franz Bartelt évoquent cette galante humanité, aussi méfiante qu’aventureuse, celle qui prend six mois pour le hold-up d’une baraque à frites ou qui veut vêtir la nudité d’une Venus africaine dont la statue se gèle les miches callipyges dans un musée des Ardennes.Depuis les temps immémoriaux, il chassait le mammouth et taillait le silex, l’homme agrémente son univers, tout en s’interrogeant sur le sens d’une destinée capricieuse et obscure. Il est par nature artiste et philosophe. Ce qui s’accommode difficilement avec la besogne du dur désir de durer au jour le jour sous l’imprévision des climats. « Par tradition, les agriculteurs se montrent assez rétifs à l’art conceptuel. Il ne leur viendrait pas à l’idée de tuer le cochon et d’en répandre les entrailles dans les salles d’un centre culturel, comme c’est devenu une routine de nos jours. Ils respectent également le mobilier et ne le débitent pas à la hache. Ils ne conservent pas leurs excréments dans des bocaux de verre. Ils ne se ruinent pas en achetant des tournesols aux enchères. Pragmatiques, ils en font pousser devant leur fenêtre. A défaut d’être de leur époque, ils sont toujours de leur saison. »Et d’ailleurs, si l’homme n’était pas capable de tous les quiproquos, qu’aurait-il donc à faire de son séjour terrestre, sinon mourir, le plus souvent d’ennui, quand il doit tout de même planter ses choux ?Epoustouflant, comme il a ce génie : ne pas en louper une, d’occasion ! Se précipiter jusqu’au dernier poil de chauve dans la mouise et les flammes du Dragon. Traficoter de son prochain et semblable. En pure perte ou pour pas grand-chose. Toujours prompt à « zob-tempérer » comme dirait l’autre. Il aime les ordres : « A vos rangs, fixe ! ». Et les discours commémoratifs précédés d’un défilé musical avec bannières et uniformes.
© 
Acrobate boiteux. Pitre empêtré. Lascar autant qu’énergumène. Plouc autant qu’hurluberlu, il n’a pas son pareil. On ne regrette pas d’être venu ni de l’avoir connu. Lui seul, dans toute la création, qui compte parmi ses bizarreries les protozoaires et la baleine à bosse, les églantines et la guimauve, gâche une provisoire existence sans retour à cette histoire de pure imagination, l’amour, avec un entêtement qu’on ne peut qu’admirer… Et qui n’est pas prêt de finir. Et on n’a pas tout vu…Franz Bartelt :- La mort d’Edgar, Gallimard (2010)- Je ne sais pas parler, Finitude (2010)http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/edition/les-mains-dans-les-poches/article/291109/en-attendant-qu-il-pleuve-ou-peut-etre-pas-aujourd’hui

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart