oblomov
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plages de lectures

Suivi par 32 abonnés

Billet de blog 25 mai 2015

La revanche de Kevin

Iegor Gran, La revanche de Kevin, Roman, P.O.L, 2015.

oblomov
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Iegor Gran, La revanche de Kevin, Roman, P.O.L, 2015.

Vanité quand tu nous tiens!

Pascal en bon moralisateur chrétien lui offre une place de choix au cœur de sa réflexion sur l’humaine condition au côté de l’ennui. Si l’ennui aiguillonne l’homme pour lui faire prendre la tangente du cercle de sa misère, c’est la vanité qui l’endort et auréole son chemin d’une lueur de nécessité. Aucun des personnages de Iegor Gran n’échappe au divertissement pascalien, ni même l’auteur, ou le lecteur lui-même (ni moi à ce moment précis). Cependant c’est avec la verve ironique et subtile  du conteur que l’auteur nous prend dans ses filets, jamais avec l’esprit froid et calculateur du moraliste.

Dans ce récit habilement mené le vertige des ego devient le moteur d’une intrigue drôle et décapante où les dindons sont des farceurs et les farceurs des humiliés magnifiques.

Kevin déteste son prénom, il est la cause de tous ses malheurs, un marqueur d’infamie qui le classe à jamais du côté des loosers sociaux, des handicapés de l’intellect. Pour se venger, il débusque et traque la vanité là où elle prospère, chez les auteurs de seconde zone, les rédacteurs de revues branchées, les journalistes plumitifs de grands médias d’intérêt général et construit des pièges sophistiqués dans lesquels l’orgueil flatté de la naïve victime l’entraine sans coup férir. C’est son plaisir secret, bénin, gratuit, un plaisir d’esthète contrarié, érigé en art de la manipulation. Le vengeur avance masqué, l’imposteur s’attaque aux impostures et dégomme les icônes de pacotille.

Oui, mais les masques sont des protections, et les arracher peut s’avérer tragique.

 La tragi-comédie des illusions qui se joue emprunte à Molière , celui de L’Avare du Misanthrope ou de  L’École des femmes, qui dans un jeu de miroir nous fait rire de l’autre pour nous renvoyer à notre propre image émouvante, une fois  reconnue. Car on se reconnaît dans ces personnages crânes embourbés dans leurs frustrations, capables du pire pour rafler des miettes de reconnaissance, entrer dans le jeu de dupes et s’y faire une place, oubliant le ridicule de l’affaire. On aime se reconnaître aussi dans les justiciers traqueurs de vanité, car ils activent en nous le désir de nous combattre, de nous arracher à nos faiblesses avec un sourire tendre et lucide. Justiciers, qui, s’ils n’échappent pas eux-mêmes aux pièges de leur orgueil, comme Alceste sont rachetés par la pureté de leur aveuglement suprême, l’amour, qui lui n’est jamais ridicule.

Dans cette fable grinçante et jubilatoire, le jeu social est savamment mis à nu à travers le microcosme de l’élite culturelle affligeant de banale médiocrité.  Le style vif à l’humour acerbe et corrosif porte un récit palpitant, riche en rebondissements. L’observation minutieuse des comportements offre des portraits justes qui s’ils flirtent avec la caricature n’en sont pas moins criants de vérité.

Avec une pointe de cuistrerie, j’ose le dire : Je suis Kevin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal
Au Sénat, la ministre des sports défend les contestées interdictions administratives de stade
Présente dans le cadre de l’examen de la proposition de loi pour démocratiser le sport, Roxana Maracineanu s’est opposée aux amendements encadrant les interdictions administratives de stade, dont les dérives ont été largement documentées. Un positionnement que regrette l’Association nationale de supporters.
par Clément Le Foll

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener