oblomov
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plages de lectures

Suivi par 32 abonnés

Billet de blog 25 mai 2015

Regarder l'océan, Dominique Ané

oblomov
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dominique Ané, « Regarder l’océan », Stock la forêt, 2015.

© 

Dominique Ané, c’est Dominique A., chanteur doux et profond de mélodies entêtantes aux textes mélancoliques et âpres, presque sauvages. Dans ses chansons on retrouve toujours un peu de soi, peut-être y met-il beaucoup de lui, peut-être les images, les sensations suspendues de ses textes ont-elles un pouvoir évocateur particulier. Ces rivières qu’on suit dans Close West*, ce sont tous les cours d’eau, toutes les routes de notre jeunesse, la vipère tapie au détour d’un bosquet, c’est notre ortie dans le cœur, où qu’on soit, d’où qu’on vienne, cette ortie des jeunes années, des premiers espoirs, des premiers dangers, des premières amertumes. Plus tard dans la chanson, un refrain appuyé avec une sorte d’angoisse dans la voix : « Je ne sais pas le nom des arbres » et c’est la peur de ne pas être à sa place, de pas trouver sa place qui sourd, tandis que la route s’ouvre devant soi et qu’on s’élance vers l’inconnu. Vertige.

Dominique A. chante des instantanés, polaroids aux couleurs délicatement fanées d’un passé proche et lointain à la fois dont les sensations se précisent, intactes, à mesure que les contours disparaissent. Il chante « le geste retenu », « le faux mouvement », le pas de côté, la voix dans le dos, l’air dans les cheveux, « l’odeur de l’ensilage sur les fringues en soirée »… Des odeurs, des souffles, des ombres traquées dans les moments importants ou les étapes minuscules de la vie, car on ne sait jamais s’il en est de l’un ou de l’autre… Des moments perdus, que la chanson retrouve. On est dans ce présent suspendu, un temps retrouvé, à la fois vierge et traversé d’émotions, tendu dans le vibrato discret de la voix.

Ceux qui aiment ses chansons apprécieront le petit livre autobiographique : « Regarder l’océan » qui vient de paraître. On y retrouve sa langue poétique et précise qui dit l’insatisfaction, la retenue, le trouble et l’inquiétude :

« Maintenant le jour se lève, et je n’ai pas bougé. J’entends la rue s’animer, et regrette le silence, que seule ma radio contrariait. Il va me falloir agir, justifier ma présence en ce monde. Je retarde le moment de quitter la table, d’installer les couverts et d’aller réveiller ma compagne et mon enfant.

Je redoute alors ce vertige qui me prend parfois, le sentiment de vide que j’éprouve en me relevant. Cette insatisfaction. » p10.

Ceux qui ne le connaissent pas entreront comme par effraction dans son univers intime habité par le vertige de celui qui cherche à retrouver l’enfant en lui et à l’apaiser. Au travers d’une succession de moments qui émergent de sa mémoire, Dominique Ané raconte les premières fois, dessine les lieux et les êtres qui ont jalonné sa route, paysages intérieurs incrustés dans la géographie du petit provincial entre deux mondes, entre deux temps celui du présent et de l’avenir. Il raconte l’espace en creux, les interstices, les « presque » qui ne comblent jamais complètement le vide. Et  la rencontre avec la musique, pleine, entière, dans laquelle il entre comme dans une église « En new wave » : « J’ai treize ans, et j’entends un jour une chanson qui suspend l’instant. Moi qui pensais que les disques de mes parents suffisaient, je découvre que j’attendais cette musique, ce son, traversé par une voix d’enfant perdu : j’ai l’impression de connaître cet enfant. Je pense à Meaulnes,  dont je viens juste de lire le récit, qui avance sur le chemin le menant au château des Galais, vers la fête étrange qui changera sa vie ». p35

Pour tous ceux qui ont l’impression de connaître cet enfant.

Close west, album Vers les lueurs, 2012

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin