nadja
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plages de lectures

Suivi par 32 abonnés

Billet de blog 29 juin 2010

Katarina MAZETTI , Les larmes de Tarzan, roman à tête-bêche.

nadja
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est désormais une tradition. Une surveillance d’une épreuve de math au bac, un roman. Cette année, j’ai ramassé à la hâte au pied du lit un de mes cadeaux de fête des mères et pendant que les candidat(e)s poilu(e)s , échevelé(e)s ou rasés, boutonneux ou pas, piercé(e)s ou pas, presqu’hommes ou femmes ou pas, stressé(e)s sûrement, planchaient sur l’Intégration par parties, sans avoir à disserter sur les compétences du ministère de Mr Besson en la matière, pas plus que sur le rôle des fouines dans ce domaine, je noyais le temps dans Les larmes de Tarzan de Katarina Mazetti, auteure du Mec de la tombe d’à côté un roman rafraîchissant, pétillant et original. Une sorte d’Anne Gabalda à l’exotisme suédois, n’en déplaise à son patronyme aux consonances plutôt italiennes, qui écrit une œuvre à tête-bêche explorant avec finesse et humour décapant les béances des rencontres et des couples, tout en dépeignant à merveille les grappes de lianes qu’ils arrivent à laisser pousser, histoire de grappiller un peu de bonheur sur le terreau de leurs souffrances. Ce sont finalement des histoires qui s’énonceraient ainsi en math : deux suites sont adjacentes lorsque l’une est croissante et la différence des deux converge vers zéro. Dans la suite de l’exercice, toute trace de recherche même incomplète ou d’initiative même non fructueuse, sera prise en compte pour encourager les candidats à l’existence…Et c’est ainsi que Katarina nous décrit les efforts faits par ces héros ordinaires que tout semble séparer, y compris la fortune et qui finissent quand même par se percuter, se comprendre et s’aimer. Un roman à conseiller à tous les adorateurs du grand modèle scandinave comme un défibrillateur pour éveiller leurs illusions sur une société prétendument idéale où les plus riches évoluent comme ailleurs dans des cercles de plus en plus exigeants voire méprisants à l’égard des plus humbles qui se contentent de ravaler gentiment leur humiliation et leurs souffrances. C’est ainsi que Marianne incarne ce « pauvre pécheur,[…] tellement pauvre qu’elle n’a même pas les moyens de pécher », mais pas de ces pauvres qu’on voit dans la rue en guenilles, non, des « pauvres qu’on ne voit pas, « les gens croient que nous n’existons pas ».Qui est Marianne ?Une maman célibataire avec enfant en bas âge, enseignante vacataire en Arts plastiques. Elle mène une vie précaire, ses enfants connaissent la faim, elle les habille dans des friperies mais leur lit des histoires et sait jouer avec eux et les aimer du mieux qu’elle peut. Elle n’a pas droit aux assurances chômage car elle refuse les heures supplémentaires qu’on lui propose pour essayer de « créer une vie pour ses mômes ». Une vie comme en connaissent déjà des hommes et des femmes enseignant en France et que les futurs vacataires précaires recrutés à la hâte dans toutes les académies pour pallier les postes non pourvus à la rentrée , auront à subir. Comme Henning Mankell, Katarina Mazetti nous laisse apercevoir une Suède moins idyllique qu’elle n’y parait, parfois crue, mais loin de la noirceur qui tient au polar, elle nous livre la misère tout en préservant une part d’espérance grâce à une écriture caustique et juvénile. On préférerait parfois entendre les injures et grossièretés en suédois avec des O barrés et des A surmontés d’une gouttelette. Ce serait plus poétique et l’honneur de la traductrice serait sauf grâce à un renvoi.

Un roman écritpar une merveilleuse"causeuse".

Les larmes de Tarzan, Katarina MAZETTI, Babel 2009, 277 p, 7.50 euros

Le mec de la tombe d’à Côté, K.M, Gaïa 2006, Babel 2009.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES