SUDS
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 96 abonnés

Billet de blog 1 juil. 2021

SUDS
Abonné·e de Mediapart

De la Crau : Interview de Sam Karpienia

Sam Karpienia, chanteur solaire et intense a marqué la musique occitane et marseillaise depuis les années 90 (Gacha Empega, Dupain, Forabandit). En 2016, Sam tourne le dos à l'économie fragile de la musique et s’engage dans la marine marchande. 2 ans plus tard, son âme musicienne reprend les commandes, il quitte le navire et crée le groupe De La Crau.

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De La Crau (Manu Reymond, Sam Karpienia, Thomas Lippens)

benjamin MiNiMuM : Pourquoi le nom De La Crau ?

Sam Karpienia : Simplement pour situer d’un point de vue géographique l’endroit d’où on vient, vu d’un satellite, vu de loin. La Crau c’est une des dernières steppes géologiques entre Arles et Port de Bouc. Ca peut faire penser à une espèce de désert américain ou de savane africaine. C’est un territoire assez aride, pas forcément sympathique. C’est un mélange de paysages grandioses avec beaucoup de ciel, mais bordés par les usines de Fos-sur-Mer. C’est aussi la route de l’Ouest, la direction pour la Catalogne, le Sud-Ouest et même l’Amérique. C’est une longue route droite qui laisse libre l’imagination. Dans ces territoires où il n’y a pas grand chose à regarder on est peut être plus centré sur soi.

De La Crau Chaman

De La Crau Chaman © De La Crau

B.M. : Dans ce projet qu’est ce qu’il y a qu’il n’y avait pas dans Dupain, Forabandit ou tes projets en solitaires ?

S.K. : J’ai essayé de rassembler tout ça, après avoir fait un break de deux ans dans la marine marchande, je me suis posé plein de questions et j’ai essayé de me recentrer autour du point de départ du premier album L’Usina de Dupain, avec ces espèces de mécaniques très simples de musiques modales, transes, rythmiques un peu minimales. C’est assez rock finalement et c’est marrant parce qu’on a des instruments acoustiques. Au départ j’avais essayé la guitare électrique à 4 cordes, mais depuis deux ans je ne joue qu’avec la mandole.

B.M. : C’est ton instrument de prédilection !

S.K. : Oui. J’en joue depuis des années, comme j’avais vendu la mienne, c’est Alain Arsac de Fatche Deux qui ma prêté la sienne. Sinon on a pris beaucoup de temps, ça fait trois quatre ans que l’on est sur ce projet pour trouver une direction musicale, une ligne artistique que l’on essaye de tenir un peu comme on a fait pour le premier Dupain qui reste pour moi ce que j’ai fait de plus personnel.

Dupain Fenhant (tiré de L’Usina)

Dupain "Feniant" (Album : "l'Usina"). © repaire locmiquelic

B.M. : Quels sont pour toi les points de rattachements entre L’Usina et Temperi la première sortie de De La Crau ?

S.K. : Pour le dernier Dupain on était cinq et j’ai réduit en trio comme sur l’Usina, j’aime bien cette énergie du power trio, comme Forabandit aussi. Il y a une interaction assez forte quand on est sur scène, ensemble on obtient une bonne tension. Ca donne une espèce de monobloc musical, avec cette idée de crescendo, ce sont des compositions assez simples. Après il y a la contrebasse que Manu Reymond joue souvent à l’archet et ça se rapproche parfois de la vièle à roue. Au niveau batterie on retrouve le tambourin. Ce n’était pas facile de trouver un batteur qui joue du tambourin. Je crois que Thomas Lippens est le seul dans notre région. Il a étudié les tambourins à Naples. Il y a des ingrédients similaires mais avec d’autres personnes, car c’est aussi une nouvelle histoire.

B.M. : Tu avais l’idée des instruments avant de réunir les musiciens ?

S.K. :C’est quand même une histoire d’amitiés. Pour moi c’est important quand tu montes un groupe. Car c’est vraiment un groupe, ce n’est pas un projet où l’on dépose un dossier de subventions et on essaye des choses. On répète, on investit avec notre propre argent, ça va se construire sur le long terme. Il faut des affinités et un état d’esprit commun. Thomas est à l’Estaque il s’investit beaucoup sur son quartier. Politiquement on est assez proches, on partage tous les trois une sensibilité assez commune.

B.M. : Il y a un message politique dans De la Crau ?
S.K. : Ca vient en second plan, il y a d’abord un message artistique, après on a tellement fait de concerts de soutiens et s’il y a des soutiens à faire et qu’il y a une adhésion du groupe on les fait.

B.M. : Quel type de soutiens ?
S.K : On en a fait pas mal ces derniers temps sur Marseille, comme la bataille sur la rénovation de La Plaine (quartier populaire en voie de gentrification ndlr). Au quartier de Noailles à la suite de l’effondrement (des immeubles laissés vétustes par l’inaction des anciens élus qui se sont effondrés et ont tués des habitants ndlr). Il y a aussi eu les migrants avec l’association « El Mamba ». On en a fait beaucoup, mais j’aime bien savoir où on met les pieds, j’aime bien connaître un peu les tenants et les aboutissants. En ce qui concerne l’engagement local il n’y a pas de problème, mais après, par exemple, on s’est retrouvé dans un concert de soutien pour le tremblement de terre au Mexique et je me suis un peu demandé ce que je faisais là. La question de la légitimité de ce que je fais est centrale. Après ces deux ans dans la marine marchande, quand je suis revenu vers la musique il m’a fallu du temps pour me sentir à ma place. Mais aujourd’hui je ne me pose plus du tout cette question, je me sens vraiment à ma place en tant que musicien. Autour de mes projets on monte une association on va construire un peu tout ça. La façon dont tu vas produire ta musique, dans quel contexte avec quelles personnes, dans quel état d’esprit c’est aussi un aspect politique.

B.M. : Avant il y a eu des moments où tu ne te sentais plus à ta place en tant que musicien ?

S.K. : Oui quand j’ai arrêté. Déjà économiquement c’était de plus en plus dur. J’ai donc essayé de trouver un boulot qui me permette d’avoir une assise, un salaire et de faire de la musique à côté. Mais ce n’est pas possible, tu ne peux pas le faire à moitié, il faut être disponible dans sa tête. Artistiquement aussi je ne savais plus où j’en étais. Quand on a monté De La Crau je leur ai dit : je prends la direction artistique, pour ce type de questions c’est moi qui tranche en dernier lieu, je n’ai plus envie que les choses m’échappent.
B.M. : Mais ces musiciens connaissaient ton travail et avaient la volonté de te rejoindre ?
S.K. : Oui complétement, ils ont adhéré dès le début jusqu’à maintenant. J’amène mes compositions que l’on réarrange ensemble. On a une grosse motivation d’arriver à quelque chose. Il y a une implication de chacun. Mais on a plus vingt ans on est tous pères de famille, il faut arriver à gérer le planning pour les répétitions, les enregistrements, mais ça s’organise. Ca nous oblige à bosser à côté, les deux ont d’autres projets et moi aussi. Là je viens de revoir Bijane (Chemirani) on va commencer un duo ensemble, je vais caler une résidence à la Cité de la Musique de Marseille. Il y a aussi un duo avec le guitariste Germain Chaperon.

Sam Karpienia trio et Pauline Willerval

Sam Karpienia Trio et Pauline Willerval , Diables Bleus Le 29 ..( extrait ) © poussetontraino

B.M. : Et avec Pauline Willerval (Joueuse de vièle bulgare gadulka) ?

S.K. : Je ne sais pas trop, ce n’est pas simple, elle est en Bretagne. Basta de Trabalhar, le disque que l’on a fait ensemble est super mais on l’a fait sans trop savoir ce que l’on avait fait par la suite. Je ne peux pas non plus monter trop de projet, mais on verra c’est quelqu’un avec qui j’ai envie de travailler. Mais De La Crau reste central pour nous trois.

B.M. : Et comment s’est fait  l’album Temperi ?

S.K. : On a fait 6 titres pendant qu’on était confinés. On les a sortis sur Bandcamp en numérique. Maintenant l’idée c’est de rajouter deux titres pour une sortie physique, en vinyle à la rentrée chez Pagans (label des musiciens d’Artus ndlr). Il ne manque qu’un tourneur.

B.M. : Ca devrait pouvoir se trouver !

De la Crau Temperi

[ CLIP ] DE LA CRAU - TEMPERI © De La Crau

En concert le mercredi 14 juillet à 21h30 à Croisière pour le festival Les Suds, à Arles. Entrée libre dans la limite des places disponibles.
https://www.suds-arles.com/fr/2021/festival/de-la-crau-8300 

Booking et développement :

Compagnie du Lamparo

04 91 39 29 29

https://www.occitanie-musique.com/en/contact-us/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28