GURUMBÉ Canciones de tu memoria negra

Miguel Ángel Rosales, cinéaste et anthropologue, exhume dans ce film tourné en 2016 un épisode méconnu, ou plutôt gommé par cinquante années de franquisme, de l'histoire de l’Espagne.

Avec l’exploitation commerciale de l’Amérique, des milliers d’Africains sont amenés dans la Péninsule Ibérique comme esclaves, certains seront envoyés dans les colonies et d’autres resteront dans les villes.

« Tu es différent et tu dois souffrir » : le film débute par l’exposition d’os exhumés et la voix a capela d’un chanteur noir avec Lisbonne pour décor. L’objet du film est là : documenter l’histoire et laisser la parole aux chanteurs et musiciens ancrés dans la société.

En Andalousie, où une historienne a retrouvé plus de 2500 titres d'achat d'esclaves au 16e siècle dans les seules archives de Séville, on estime que ces desdichados ont représenté jusqu'à 15% de la population. Le peuple lui-même possédait parfois des esclaves et dansait le guineo, le mandingo ou le cumbé. Les africains déportés dans le sud de l'Espagne ont sans doute apporté contre-mesures ou syncopés dans le répertoire baroque. La musique andalouse s’est colorée au gré des influences et, au 18ème siècle, ce sont bien les sonidos negros africains au même titre que les sons américains et gitans qui participeront du terreau d’où naîtra le flamenco.

Le réalisateur ouvre ainsi un débat nécessaire sur cet héritage dans la culture andalouse et notamment le flamenco.

 

Anselme Koba

 

Le film a été projeté mardi 9 à 11h et vendredi 12 à 14h30 à l’Auditorium de la Maisons des Associations sur les Lices.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.