SUDS
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 96 abonnés

Billet de blog 14 juil. 2022

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Rencontres professionnelles

Rencontres professionnelles : Concentration dans les filières culturelles, fatalité ou opportunité ?

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Suds à Arles convient chaque année des professionnels de la culture à venir échanger sur une thématique. Cette année, la concentration dans la filière culturelle. Cette table ronde s’inscrit dans le cadre de la campagne Vous n‘êtes pas là par hasard portée par le Syndicat des Musiques Actuelles. Étaient présents : Françoise Nyssen (édition Actes Sud), Dominique Muller (Direction Générale de la Création Artistique), Romain Laleix (Centre National de la Musique), Igor Boïko (région Sud), Edwy Plenel (Médiapart) et Stéphane Krasniewski (Les Suds), devant un parterre d’une cinquantaine d’acteurs culturels.

Le débat a porté sur l’édition, les médias et la musique.

Une fois posé que la recherche de l’augmentation de la part de marché est intrinsèque aux groupes financiers quelque soient leurs secteurs, la situation de ces trois domaines d’activité a été évoquée.

Il existe plus de dix-mille maisons d’édition en France, vingt ont plus de cinq-mille titres et 80 % du marché de l’édition est entre les mains du groupe Hachette et de Editis (holding Vivendi), d’ailleurs en passe de fusionner. 90 % des médias sont détenus par dix oligarques. Et six opérateurs privés tentent de monopoliser la musique.

D’emblée est souligné l’évolution du marché de l’édition, du livre et du lecteur. On publie de plus en plus pour ce que ça rapporte, le lecteur est devenu un consommateur et la concentration en cours apparaît comme une menace pour les librairies, les petits éditeurs et l’ensemble de l’écosystème. Le livre deviendrait alors la proie de quelques hommes, une marchandise comme les autres.

Dans les médias, les « prédateurs » (le terme est d’Edwy Plenel), au-delà de la notion de rentabilité, ne cachent plus leur ligne éditoriale et leurs motivations politiques. Est fustigé le laisser faire et le manque de transparence sur l’attribution des aides publiques.

Côté musique, le secteur est décrit comme bien structuré et, à ce jour, davantage protégé (le statut d’intermittence du spectacle). Mais est-ce un bénéfice ou un désavantage ? Le contexte, crise sanitaire et urgence climatique, ne permet pas d’avoir une vrai vision projective. La révolution numérique a fait apparaître les premières majors dans le spectacle vivant avec une stratégie de conquête de la billetterie à la production avec comme risques l’uniformisation des goûts et la multiplication des obstacles à la création et à l’accès à la culture. Nous y retrouvons les mêmes opérateurs que dans les médias et l’édition. On imagine facilement le processus, il s’agit de comparer avec leurs agissements par ailleurs. Les pratiques culturelles de masse sont un enjeu politique majeur. Dans ce sens, la transparence  doit être de mise. En restant, au-delà de la rentabilité, sur le cœur de la mission, il existe des outils pour la régulation indispensable de l’écosystème, des outils baromètres de l’activité quantitative et qualitative mais insuffisamment développés. Les subventions doivent en dépendre. Une réponse politique à la hauteur, non asservi aux profits privé, qui retrouve un peu de dignité dans le respect de la valeur du travail, des œuvres mais aussi de la démocratie.

L’intégralité de la rencontre est à retrouver sur www.suds-arles.com

Anselme Koba 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise