SUDS
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 96 abonnés

Billet de blog 15 juil. 2022

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Niño de Elche : « Ma mère continue de me regarder étrangement »

L’histoire commence avec le néant, l’obscur vide. De là, naît un point blanc qui s’approche, grandit jusqu’à occuper le centre de notre vision. De cette forme va surgir la voix. « La peur… J’ai toujours eu peur. Ma mère était communiste et mon père fasciste. Il nous parlait à voix basse. Peut-être que mon chant vient de là ? Peut-être que c’est pour cela que je chante à voix basse ? »

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tels sont les premiers mots de Francisco Contreras Molina que Marc Sempere-Moya y Leire Apellaniz ont capté pour introduire le documentaire qu’ils ont réalisé sur Niño de Elche et que le Festival des Suds a présenté en introduction du salon de musique « Le flamenco, art mutant ? ». 

Ce documentaire est un portrait cubiste. Cubiste car il propose une déconstruction conceptuelle du réel, jamais abstraite, mais démultipliant les points de vue sur le chanteur flamenco. Il s’est agi de dépeindre cette personnalité polyédrique à travers le reflet des regards de ceux qui l’entourent, qui l’aiment, qui l’observent et partagent son art. Cette polyphonie harmonique compose un portrait libre et curieusement surréaliste.

On ne peut pas regarder le documentaire sans penser à Luis Buñuel, à ses extravagances narratives et ses embardées oniriques. On peut y retrouver (et particulièrement dans la scène où le Niño chante une saeta, voilé et porté par des hommes et des femmes nus sur un paso de Semaine Sainte) certaines logiques contrariées du rêve, du fantasme et de l’imaginaire. Mais de qui ? Des cinéastes ou de Niño de Elche ?

Paqui et Aladino, les parents du Niño, sont omniprésents dans cette histoire. Quand il vocalise dans le couloir de leur appartement, elle se penche encore inquiète à la porte de la chambre et lui demande : « Francis, ça va ? » C’est la seule qui l’appelle toujours Francis. Il pointe : «Ma mère continue de me regarder étrangement».  Combien émouvante est cette dernière scène du film où il lui susurre à l’oreille por fandango tout en l’embrassant. Et son père, quand il réussit à le faire chanter à mezzo-voce sur la terrasse. On devine combien ce personnage et son poids dans la famille ont été présents dans l’histoire de ce gosse.  

Il est difficile de définir le style de Niño de Elche. Peut-être que, tout en étant furieusement flamenco, il n’en a pas. « Je ne suis plus celui que j’étais, affirme-t-il torse nu, le corps pétri avec ses imperfections et ses meurtrissures, je suis un meuble de tristesse ». Gardons-nous de toute lecture psy et acceptons qu’il affirme : « L’art est une fuite. » Et encore : « j’oscille entre Dieu et John Cage. » Ou enfin : « Écouter, c’est le seul acte révolutionnaire ! » Il suffit alors de l’entendre chanter La Malena - qui vend "bêtement" des graines de tournesol, des pipas -, pleinement absorbé quant à entendre la danse d’Israël Galvan à ses côtés, pour son Mellizo doble.

Avec ce film, n’allez pas essayer de comprendre qui est le Niño si ce n’est qu’il est incompréhensible, qu’il réussit à échapper à la clarté et aux explications. Ce film mosaïque réussit à préserver son jardin secret.

Anselme Koba

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT