SUDS
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 96 abonnés

Billet de blog 17 juil. 2015

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Gisela João, allège le poids de la tradition aux Suds

Rencontre en toute simplicité avec l’icône du fado contemporain. Dans l’antre familière de la médiathèque d’Arles, Gisela João, jeune femme souriante à la tenue colorée, s’avance vers nous. Nous déplaçons les chaises pour nous faire face et je remarque ses chaussures orange flashy ; cette fadiste vit avec son temps et nous surprend par sa modernité. 

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rencontre en toute simplicité avec l’icône du fado contemporain. Dans l’antre familière de la médiathèque d’Arles, Gisela João, jeune femme souriante à la tenue colorée, s’avance vers nous. Nous déplaçons les chaises pour nous faire face et je remarque ses chaussures orange flashy ; cette fadiste vit avec son temps et nous surprend par sa modernité. 

© 

Elle semble gracieuse et douce, sa présence est apaisante.

Nous faisons face à l’égérie, l’ambassadrice du fado moderne, une véritable icône dans son pays, héritière d’une tradition presque bicentenaire ; et je suis surpris de réaliser que je suis à mon aise et déjà certain de partager un moment spontané. 

On pourraît croire le fado contraignant ; une musique nostalgique et codifiée, presque folklorique et réduite à l’état de rumeur ou de souvenir. Face à Gisela on réalise que c’est tout l’inverse, on sent chez elle la joie profonde de chanter, de livrer ses émotions au public et son goût du partage. On me dit qu’il faut faire l’entretien en anglais mais lorsque je me présente elle me coupe avec une fraîcheur désarmante: "En français s’il vous plaît, je veux m’exercer, j’ai besoin de pratiquer la langue".

Gisela, nous sommes très heureux de vous accueillir à Arles…

G.J. : Je suis arrivée hier, j’ai pu voir le théâtre c’est magnifique ; j’en avais les larmes aux yeux cette ville est d’une beauté rare. 

Est-il difficile pour vous d’être tout à la fois l’ambassadrice et l’icône du fado contemporain?

G.J. : Je vais être très honnête avec vous, j’adore chanter, et ce qui m’importe ce n’est pas de faire une performance, ce n’est pas d’avoir de l’argent ou du succès même si je sais apprécier. Ce qui m’est précieux c’est d’être juste, d’associer chaque mot que je chante à la véritable émotion qui s’y rattache. Ma plus belle récompense est de constater que cette énergie se transmet et circule, de recevoir ce retour dans les yeux des gens. J’attache une grande importance à l’échange avec le public qui est incroyable ! Je m’en occupe aussi souvent que possible personnellement. Il arrive que certains fans me demandent même conseil pour leur vie ou témoignent de ce que la musique reflète sur leur propre parcours. 

Le fado est une musique intense , est-il parfois lourd pour vous de rester concentrée sur cette tension, n’avez vous pas parfois envie d’exploser ? 

 G.J. : Mais j’explose tout le temps ! Je ne fais que cela ! Je suis obligée de me mettre dans un certain état, de faire appel à mes souvenirs et à mon vécu. Je ne travaille pas ma posture ou mes expressions scéniques. Je me souviens d’une fois où un spectateur est venu me féliciter tout en me disant de faire attention car mon visage grimaçait. Je m’y refuse car cela est accessoire et pour moi ce serait prendre le risque d’oublier l’essentiel. Chanter c’est très intense: parfois après un concert, je veux rester seule car j’ai besoin de relâcher cette tension. Je suis véritablement touchée par ce que je chante et j’en vit le reflux. Je me retrouve un peu submergée... 

Votre carrière à connu un succès plutôt fulgurant, en quoi cela a-t-il changé votre vie ?

G.J. : Le plus important c’est de rester la personne que je suis ; de conserver l’authenticité. Je suis la même avec mes amis pourtant je constate que ma trajectoire les intimide. Mais ils se rendent bien compte que je reste fidèle à ce que je suis. Tellement de choses nous écartent de ce qui est important, des vrais valeurs. Il faut savoir les préserver. 

Quand j’étais petite à Barcelos je rêvais d’ailleurs, je voulais connaître le monde. J’ai des cousins français qui nous rendaient visite pour les vacances. Ils venaient avec des friandises que nous n’avions pas au Portugal ; il faut comprendre que mon pays est resté longtemps replié sur lui même, que j’habitais en province. Cette ouverture me permettait de m’évader. 

Le paradoxe c’est qu'aujourd’hui, je voyage dans le monde entier et ce qui me manque c’est mes amis, la cuisine de ma grand mère… Je suis très entourée et pourtant je me sens quelquefois bien seule...

Ne trouvez vous pas autour de vous, dans votre équipe cette chaleur et cette proximité pour soulager ce sentiment ? 

G.J : C’est ma deuxième famille ! Mais ce sont tous des hommes, ils sont adorables et ce que je vis à leur côté est merveilleux. Cela dit j’aimerais bien aussi passer du temps avec des copines ; pour partager des trucs de filles… 

Nous prenons congé de Gisela que nous invitons à revenir prendre le temps d’arpenter nos rues; elle semble égale à ce qu’elle montre: chaleureuse et amicale. En nous quittant nous l’entendons converser avec son staff avec un grand sourire et en Français dans le texte: “On fait quoi maintenant ? Que dois je faire ?”. Gisela est ainsi toujours disponible.

Propos recueillis par Jean-François Van Migom pour l'Optimiste

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Congrès EELV : Marine Tondelier en passe de prendre « la suite »
L’élue municipale à Hénin-Beaumont et cadre dirigeante de longue date est arrivée largement en tête du premier tour du congrès d’Europe Écologie-Les Verts. Mélissa Camara, candidate proche de Sandrine Rousseau, arrive troisième derrière la proche de Yannick Jadot, Sophie Bussière. 
par Mathieu Dejean
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard
Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes