tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 96 abonnés

Billet de blog 17 juil. 2015

tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Les belles surprises du jeudi aux Suds à Arles

Journée idéale pour un festival dans le sud. Je vous épargnerai le point météo, mais la programmation attendue s’annonçait très alléchante.

tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En soirée, une programmation très attendue dans ce festival : la chanteuse de Fado (Gisela João) et le mythique orchestre du Buena Vista Social Club. Soirée à la hauteur de ses promesses ; la portugaise virevolte sur la scène du Théâtre Antique en redonnant la modernité qu’on lui connait dans son fado. Les cubains prolongent la soirée de façon remarquable, avec un hommage aux ancestros disparus depuis.

Mais ce n’était sans compter les surprises du festival des Suds.

Crédits Chamamémusette © 

Dès le matin, se produisait un groupe peu atypique : ChamaméMusette. Un trio franco-argentino-brésilien, rien que ça.
Raùl Barboza et Francis Varis, deux accordéonistes dont on ne lit que des éloges, sont accompagnés du percussionniste brésilien Zé Luis Nascimento. Le cocktail est savoureux et plein d’humilité. On peut y entendre du Bach avec des percussions orientales, ou d’autres sonorités exclusivement métisses.
Le percussionniste détonne au milieu de ces deux vieux amants de la musique, une expression du visage particulière qui évolue à chaque nouveau rythme. La symbiose des trois est pourtant là, dans cette chaleur presque étouffante de l’enclos Saint Césaire.

A l’heure de l’apéro-découverte, rendez-vous quotidien du festival présenté par la directrice Marie-José Justamond, où elle nous confie ses rencontres avec les artistes qu’elle présente, on y découvre The Summer Rebellion. Un duo composé du canadien David Koczij, chanteur en bois massif, batteur et percussionniste, et à ses côtés Arthur Bacon (prononcer à la française puisqu’il est Alsacien) accordéoniste venu du jazz et des sons balkaniques.
On assiste à une session acoustique fracassante avec la voix rauque et sauvage du canadien.
Le chanteur souligne qu’il n’a pas l’habitude de jouer sans ses percussions. Pourtant, sa voix rocailleuse, tel un Tom Waits, emplira l’espace Van Gogh.
L’excellente nouvelle est qu’ils se produisent de nouveau à 17h30, toujours en accès libre sur la place Voltaire. Les percussions sont installées et résonnent fort dès les premiers rythmes.
Une petite foule s’y tasse dans une ambiance paisible, où l’on se laisse porter par ces vrombissements sonores. Petite surprise au milieu du concert, une reprise de « Anywhere I lay my head » de Tom Waits. La comparaison était facile jusque là, elle devient inévitable.
Un vrai coup de coeur.

© 

En fin de journée, dans la cour intime de l’Archevêché, on retrouve « Kintsugi », sorte d'ovni musical.
Création originale de Serge Teyssot Gay (ex Noir Désir), du violoncelliste Gaspar Claus (fils de Pedro Soler) qui se sont associés à la japonaise Kakushin Nishihara.
Ils nous livrent un seul morceau de 50 minutes, tel un plan séquence parfaitement exécuté.
Un voyage lunaire, avec des moments vacillants où la musique nous met presque mal à l’aise, pour retourner subtilement sur une ambiance très mélodieuse. Le contraste est parfait, un côté post-punk et du jazz imbibé de guitare électrique.
Même les oiseaux de la cour s’en mêlent, laissant échapper un sourire de la chanteuse tokyoïte, et un « chut » du public qui n’en veut pas dans son voyage.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’ex-patron de Pierre et Vacances partira les poches pleines
Après avoir cédé le groupe de loisirs qu’il a fondé à un trio d’investisseurs, Gérard Brémond se voit proposer en guise de cadeau de départ par les nouveaux actionnaires un plan d’actions gratuites qui pourrait lui procurer des millions d’euros. Le tout en payant un minimum d’impôts.
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85