« Ô seigneur, prends pitié
et accorde moi cette dernière prière
épargne nous
et laisse nous tranquille. »

C’est par ces mots que Bachar Mar-Khalifé nous présentera son morceau. Il fera de même lors de son concert prévu quelques heures plus tard.

Transgressif et engagé, le pianiste fait partie de ces musiciens qu’on ne peut rentrer dans une case. L'artiste d'origine libanaise nous offre tout simplement une vision moderne de la musique qui s'affranchit des frontières de genre et de style. Vision qui visiblement semble rallier de plus en plus de monde puisque l'artiste a été récipiendaire du prix professionnel Deezer-Adami cette année.

Bachar Mar-Khalifé © Olivier Hoffschir Bachar Mar-Khalifé © Olivier Hoffschir

Son troisième album "Ya Balad" sorti fin 2015 continue le travail entamé sur "Who Gonna Get The Ball From behind..." : sensible et puissant à la fois, moderne et inspiré. Il s'ouvre sur Kyrie Eleison que Bachar Mar-Khalifé nous interprète au conservatoire de musique du Pays d’Arles.

Kyrie Eleison - Bachar Mar-Khalifé © Olivier Hoffschir et Thomas Petitberghien

Une prière donc. Un appel à la paix, qui n'a pas forcément plu à tout le monde, puisque la chanson à été censurée par la Sécurité Générale au Liban, pays de naissance de l'artiste.

Le temps s'arrête tout au long de ce morceau. On se laisse happer tant par son émotion à fleur de peau que par son univers vacillant entre médiation et transe musicale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.