SUDS
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 95 abonnés

Billet de blog 20 juil. 2022

JRPJEJ : Un concert contrarié et sauvé par le barde Zaur Nagoy

Initialement prévu avec le collectif JRPJEJ, le moment précieux du vendredi 15 juillet s’est transformé, pour cause de refus de visas, en un brillant récital solo de Zaur Nagoy, musicien traditionnel de Circassie.

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Zaur Nagoy à la vièle shik’espshine et à la flûte kamyl © benjIda

En ce début de soirée précieuse, Les Suds à Arles devaient accueillir à la Cour de l’Archevêché le collectif post traditionnel JRPJEJ (écho en circassien), 5 musiciens ethnomusicologues de Circassie (Nord du Caucase), soient Bulot Khalivov, Timur Kodzzokov, Dalana Kulova, Alain Taloustan Al-Khadji et Zaur Nagoy. Seul ce dernier, star du label Ored Recordings fondé par le groupe et leur invité régulier, était présent en France avant ses camarades et va monter sur scène.

Avant cela, Ludovic Tomas, journaliste et rédacteur en chef du magazine culturel marseillais Zébuline nous explique les raisons de cette amputation de musiciens : « Le consulat français de Moscou a refusé de délivrer les visas à quatre d’entre eux sous un prétexte ainsi rédigé : Il existe des doutes raisonnables quant à votre volonté de quitter le territoire des états membres avant l’expiration du visa » Pour Zaur Nagoy le consulat est très mal renseigné : « Cette décision est incompréhensible car nous avons tous des enfants en Russie, deux des membres du collectif vont se marier le 27 août et le calendrier de nos projets estivaux est surchargé. »

La raison officielle de ce refus de tampon est sans fondement, mais sur la raison officieuse le musicien autoproclamé apolitique, qui redoute qu’on ne le laisse pas rentré chez lui, ne se lance dans aucune expectative.

НОЙЗ / JRPJEJ

Zaur Nagoy, se détournant de la pratique ancestrale des chants collectifs et des expérimentations sonores de JRPJEJ, va donner pour la première fois un récital solo, tel un barde sans peur ni reproche. Mais il n’est pas seul une pétillante traductrice russophone transpose au français les explications de Zaur sur son répertoire mêlant improvisations instrumentales et chants en différents dialectes circassiens.

Son chant grave et tellurique réveille les vastes plaines animées par les trots et galops des chevaux. Sa vièle est le fruit de lutherie sur des essences de poirier, d’épicéa et de buis et son nom, shik’espshine, juxtapose les termes circassiens pour cheval, queue et instrument de musique, ce qui désigne la provenance de ses cordes et de son archet.

Le début de son récital se réfère à l’épopée Narte. Zaur : « Les Nartes sont un peuple de guerriers que les circassiens considèrent comme leurs ancêtres. Cette épopée mythologique est un récit millénaire de leurs faits de guerre ou de leurs vies quotidiennes. Ce récit est vivant et a souvent évolué car, initialement de tradition orale, il a ensuite été mis par écrit. On peut par exemple y trouver des éléments modernes comme le samovar qui n’a été inventé pour préparer le thé qu’au XVIIe siècle. Il existe quantité de versions de cette épopée et chaque porteur de cette tradition choisit ses thèmes et personnages pour fabriquer son propre monde Narte. Je regrette que l’on ne l’enseigne plus aux enfants et qu’aucune recherche scientifique ne soit faite sur ce sujet. »

Le premier chant narre une histoire de duel concernant un chevalier et Sosryko, hérosnarte malicieux qui n’hésite pas à user de sa ruse pour tromper les gens pour son profit, ici un peu contrecarré par son propre cheval, lassé de ne se faire attribuer que les échecs de son maître, et par Satana la mère magicienne de Sosryko.

Le second en a capella met en scène le héros positif Shabatnyko lors d’un voyage en pays Narte pour sauver son père.

Suit un solo de flûte kamyl, instrument magique et bicolore des Nartes qui joué avec son côté blanc créé l’enchantement et la destruction de son côté noir. A notre plus grand soulagement, Zaur n’utilisera que la partie virginale, nous emportant dans une féerie de ménestrel.

JRPJEJ et Zaur Nagoy

La suite du programme s’éloigne de l’épopée pour évoquer la guerre entre le Caucase et l’Empire Russe (19e) à travers les prouesses d’un guerrier ou d’un chant d’encouragements au combat. C’est l’occasion pour Zaur de solliciter la participation du public, ce qui en situation habituelle de chant en Circassie ne peut être refusé sous peine de passer pour un paresseux et d’être rejeté par le reste de l’assemblé. La majorité du public se tient à carreau en chantant ou frappant dans ses mains, une petite portion d’élitistes quitte la cour de l’Archevêché.

Les chants plus modernes possèdent des mélodies plus sophistiquées tout en conservant leur caractère épique et médiéval.

Des solos de qamil sont inspirés d’histoires anciennes. L’un deux raconte la recherche d’un noyé par un flutiste et son coq magique dont le chant fit apparaître le corps avant que la population ne récupère l’âme du malheureux à l’aide d’un sac plongé dans la rivière.

Un autre retranscrit une opération de chirurgie dont la seule anesthésie consiste en des notes de flutes soufflées avec une ardeur à l’instant où flèches ou balles sont retirées.

Un chant raconte une histoire malheureuse lors d’un mariage circassien lors duquel les traditionnels coups de fusil tirés en signe de liesse provoquèrent tant de fumée qu’une balle fut fatale à une belle et talentueuse jeune danseuse.

A la fin du récital, Zaur félicite son audience pour sa participation en souhaitant qu’elle puisse approfondir sa connaissance des traditions circassiennes peut-être avec un prochain concert de JRPJEj, groupe autoproclamé post traditionnel qui interprète les chants collectifs et improvise avec ardeurs des éléments modernes.

Avec cet étonnant concert, Zaur Nagoy a donné preuve de son brillant talent de musicien, chanteur, conteur et improvisateur, mais il avoue : « Si j’étais un auditeur français et que j’avais le choix entre ma performance solo et un concert du groupe.  J’irai voir JERPJEJ. »

Stéphane Krasniewski, directeur des Suds à Arles s’est bien promis de les reprogrammer lors d’une prochaine édition.

Ored Recordings Le label de JRPJEJ

La traductrice de l’interview utilisée dans ce papier et des intermèdes du concert ne souhaite pas voir son nom apparaître ici, mais donne volontiers son contact professionnel via ce mail : l.boury@suds-arles.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre