Galerie Photos de la 23e édition

Le festival les Suds à Arles est un feu d’artifice qui dure quasiment 24H sur 24 pendant une semaine. Des sons, des sensations, des couleurs et des mouvements du cœur pour tous. On a l’impression que le monde finalement s’humanise et que tout redevient possible.

A moins d’avoir le pouvoir de se dédoubler, et encore à deux corps on ne couvrirait pas tout, il est impossible de ne rien rater.

De mon côté, accaparé par les préparatifs d’une performance pour un radio crochet lancé par Henri Maquet, qui m’y avait convoqué, j’ai du renoncer à mon statut de reporter. Heureusement, les excellents photographes de l’équipe du festival : Stéphane Barbier, Yann Etienne et Florent Gardin ont bien voulu me prêter leurs regards affutés pour constituer cette galerie photos. Je les en remercie chaleureusement.

1danseetchantsivoiriens

A l’issue du repas de quartier, judicieusement situé cette année Place Voltaire, les stagiaires des différents master class qui se sont déroulés durant cette semaine magique, ont donné leur restitution. Ici un frénétique aperçu de celle du stage Danses et Chants Ivoiriens mené par Evelyne Mambo. Photo : Stéphane Barbier.

2radiocrochet

Radio Crochet, place Paul Doumer devant les locaux éphémères de la Radio des Suds, qui a tout enregistré. De gauche à droite Henri Maquet, cachée derrière lui Zoé Durand, Audrey Peinado, Guylaine Renaud, B.M., Daniel Malavergne, Lise Séraphine, Françoise Degeorges et Emmanuelle Aymés. Il y avait des candidats très (plus) sérieux et, comme chez Jacques Martin autrefois, tout le monde à gagner. Photo : Céline Salvetat.

3loveiobey

 

Au même moment dans la cour de l’Archevêché, la voix ultra émouvante de Rosemary Standley, découverte au cœur du groupe d’americana, Moriarty, présentait son projet de musique baroque Love I Obey avec de gauche à droite : Martin Bauer (viole de gambe), Rosemary Standley chant et « devine qui c’est ? », Elisabeth Geiger (clavecin), Bruno Helstroffer (théorbe, guitare et direction musicale). Visiblement ils se sont aussi bien amusés. Photo : Florent Gardin.

4nuitdelamour

Ce samedi tout se passe aux Forges . C’est la Nuit de l’Amour ,alors de gentilles personnes ont distribué des ballons en forme de cœur. Photo : Stéphane Barbier.

5yom

Nuit de l’Amour tonique avec un Yom en pleine forme et ses Wonder Rabbis Duracell. Heavy Klezmer n’Roll: Photo : Stéphane Barbier.

6cannibaleye

Photo 6 : Nuit de l’Amour dévorant avec Cannibale et leur pétillante New Wave.3 revival 80s. Photo : Yann Etienne.

7putaputa-fg

Nuit de l’Amour libre à l’Arlésienne, avec Puta Puta, les locaux locos et leur mix élastique et sans œillères, qui ont fait durer le plaisir jusqu’au bout de la nuit. Photo : Florent Gardin.

8forges

Photo 8 : Et pendant ce temps, en douceur, des couples se forment, dont par pudeur nous ne montrerons que les pieds. Photo : Benjamin MiNiMuM

Dimanche 15 Juillet

9elinnadunni-fg

 

Le lendemain matin, il était tout à fait judicieux d’aller seul ou avec son amour naissant ou fleurissant, à Salins de Giraud en Camargue rejoindre les festivaliers pour la Journée Buissonnière. Une dernière étape toujours pleine d’heures surprises.

A peine éveillés les festivalier ont le droit à une ration supplémentaire de rêves orchestrés par l’Albanaise Elina Dunni. Photo : Florent Gardin.

10fanfarfg

La charge de finir le réveil du corps et de l’esprit a été confiée à la fanfare Mudanza. Ne vous méprenez pas le 5ème musicien en partant de la gauche n’est pas Yom, s’il partage avec lui coiffure, stature et lunettes noires, regardez bien il a en main un saxophone et non pas une clarinette. Photo : Florent Gardin.

11coupedumondefg

La finale de la Coupe du Monde de football s’invite aux Suds et franchement il n’y avait pas pour y assister de meilleur endroit au monde que le Café des Sports de Salin de Giraud. Photo : Florent Gardin.

12camargue

Ensuite chacun fait ce qui lui plaît, mais franchement à mon avis, après un petit bain de mer, un retour par la Camargue au coucher du soleil est de loin la plus merveilleuse des options. Photo : Benjamin MiNiMuM

À l’année prochaine.

Texte : Benjamin MiNiMuM

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.