Les Suds, tout court #3: Blick Bassy

Chaque vendredi, découvrez un épisode de la websérie «Les Suds, tout court»: sous forme de mini concerts, cette nouvelle série de court-métrages musicaux permet d’offrir un éclairage particulier à l'œuvre d'un.e artiste invité.e par le festival, au cœur de sites patrimoniaux exceptionnels. Découvrez Blick Bassy en concert privé dans l'intimité du Cloître Saint Trophime d'Arles.

Les Suds, tout court #3 : Blick Bassy © sudsarles
Fils d’un commissaire divisionnaire à l’abondante progéniture, il né et grandit à Yaoundé au Cameroun. Dans son enfance, il séjourne régulièrement dans le village de Mintaba en pays Bassa, où il se familiarise peu à peu avec les rythmes traditionnels, mais aussi avec un mode de vie séculaire en complète harmonie avec la nature. Apprenant à pêcher et chasser avec un oncle, recevant les sagesses millénaires d’un grand père, il tire de cette expérience une sensibilité qui va devenir partie intégrante de sa musique, d’abord au sein du groupe Macase (Prix découverte musique du monde RFI en 2001) puis comme artiste solo avec les albums Léman (enregistré dans le studio de Salif Keita à Bamako en 2009), et Hongo Calling en 2011 où ce rythme traditionnel bassa lui sert de fil conducteur pour retracer le voyage des esclaves issus de cette ethnie vers le Brésil. En 2016, il signe avec le label Nø Førmat! et sort un troisième album Akö, unanimement salué, dont un titre, Kiki, est choisi par la marque Apple pour accompagner la campagne de lancement d’un nouvel IPhone. Tout un symbole pour celui qui se veut à la fois le digne héritier d’une culture ancestrale et l’ambassadeur de l’Afrique de demain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.