SUDS
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 95 abonnés

Billet de blog 27 oct. 2017

Rocío Márquez & Fahmi Alqhai

Retour sur le concert de Rocío Márquez & Fahmi Alqhai à l'occasion de la Fira Mediterranea de Manresa en octobre 2017.

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rocío Márquez & Fahmi Alqhai - Diálogos de viejos y nuevos sones © AccademiadelPiacere

Rocío Márquez a su conquérir le monde du flamenco et au-delà, tant par la clarté exceptionnelle et la douceur de sa voix que par la précision et la maîtrise de ses palos, de ses chants. Boulimique de travail – elle a obtenu l’été dernier un doctorat en musicologie -, elle sait aussi s’aventurer dans des expérimentations artistiques (saluées même par les puristes) avec des musiciens venus d’ailleurs. Elle se positionne clairement dans la famille des rénovateurs du flamenco. Elle vient de sortir un nouvel album "Firmamento" au répertoire inédit avec le groupe Proyecto Lorca.¹

Nous l’avons écouté à l’occasion de la Fira Mediterranea de Manresa, samedi 7 octobre 2017, dans un autre programme en compagnie du gambiste espagnol Fahmi Alqhai (qui s’est souvent produit au sein du fameux Hespérion XXI de Jordi Savall, et dirige l’Accademia del Piacere), de son frère Rami, qui a utilisé sa viole à l’égard d’une guitare, et du talentueux percussionniste Agustin Diassera.

L’interprétation de Fahmi ne se limite pas à transposer simplement un ouvrage dans un autre registre, il sait utiliser les points forts de son instrument pour préserver l’essence de l’œuvre avec ses propres ressources techniques et ses possibilités harmoniques. Le jeu de viole est très contemporain. Côté voix, les échos baroques se font entendre dans une lumière moins cristalline, plus sobre, plus suave. La sensibilité exceptionnelle du chant de Rocío, dans une période de maturité interprétative, donne une intensité particulière à la rencontre.

Tous deux procèdent d’un désir de recherche musicale similaire, reposant sur un socle historique commun : la musique populaire.

Le résultat² est intelligent, émouvant, savoureux, en tout cas. 

Bernard Deliane

¹Elle sera en concert au Théâtre de la Ville à Paris le 7 novembre 2017.
²A découvrir le 5 décembre 2017 à Rouen et en 2018, pourquoi pas à Arles…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement