tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 93 abonnés

Billet de blog 30 juin 2016

Le label indépendant No Format à l'honneur aux Suds à Arles

ALA.NI, Blick Bassy et le duo Ballaké Sissoko & Vincent Segal seront présents aux Suds à Arles cette année. Trois artistes issus d'un projet commun : No Format, un label indépendant et anticonformiste, à l’antithèse des majors et des cases musicales prédéfinies.

tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Ce n’est pas dans tous les festivals que nous avons trois artistes » nous confiait Laurent Bizot, fondateur du label No Format.
Chaque année, Les Suds à Arles présente une programmation éclectique, bien loin du mainstream, avec une indépendance certaine dans leurs choix et leur engagement.

On pourrait paraphraser pour décrire l’approche du label No Format dans ses productions musicales. No Format, un label indépendant donc, créé en 2004 par Laurent Bizot. 

Sa démarche, créer « une bibliothèque de projets que je n'entendais pas à l’époque » (alors qu'il travaillait chez Universal), « des projets OVNI, des artistes qui prennent leur public à contre-pied… en créant des objets musicaux sans catégories, qui ne peuvent rentrer ni dans la case jazz, ni world, ni électro, ni même musique malienne ».

Le label produit peu (3 à 4 albums par an) avec toujours cette éxigence de qualité. Pour fidéliser et assurer la monétisation de leur projet, ils proposent même un abonnement, approche peu commune pour un label musical. Cinquante euros par an pour recevoir les albums produits dans l'année, quelques accessoires et surtout des concerts privés seulement pour leurs abonnés, dont le dernier très réussi d'ALA.NI, que vous pouvez revoir sur Arte Concert.
Indépendance, peu de contenu mais de qualité, monétisation via l'abonnement : une approche qui ne nous est pas étrangère chez Mediapart.

La continuité, « ne jamais s’inscrire dans un confort », pour continuer « d’essayer de surprendre » nous explique Laurent Bizot.
Cette bibliothèque s’illustre parfaitement à travers les pochettes d’albums, toutes très soignées et avec une cohérence aisément notable. Les projets musicaux ne le sont pas tous forcément, même si la douceur y est présente dans chacun d’eux.  

© No Format

« On développe des projets musicaux, pas des carrières » insiste le fondateur du label. Un artiste peut produire un album sur ce label, sans pour autant en faire plusieurs. Chaque projet musical est soigneusement sélectionné, on oublie le « déjà-vu ».

Parfait exemple avec Blick Bassy qu’on retrouvera à Arles le vendredi 15 juillet. Il sera accompagné d’un violoncelle, d’un trombone et lui-même au banjo.

Ce jeune camerounais, installé à Paris depuis 10 ans, détonne avec sa voix suave et son blues raffiné. Venu de l’ethnie des Bassa du Cameroun, Blick Bassy chante dans sa langue originelle. Un engagement pour lui, alors que le Cameroun compte plus de 200 langues officielles, le chanteur revendique fièrement ses origines.  

Aké © Blick Bassy

Heureux hasard, Blick Bassy, qui répétait dans des studios situés sous les locaux du label a appelé Laurent Bizot pour lui faire écouter son nouveau projet. « J’ai jamais entendu ça! » s’exclame le fondateur du label. « J’ai trouvé mon plaisir avec cette voix atypique (…) un vrai déplacement géographique, tu sais plus trop où t’es (…) c’est très recherché et à la fois très accessible ».  

On retrouvera aussi le formidable duo Ballaké Sissoko et Vincent Segal le vendredi 15 juillet au Théâtre Antique. Après être déjà passés à Arles en 2010, Ils présentent cette année leur nouvel opus « Musique de nuit ». Ça laisse rêveur. Une conversation musicale entre les cordes mandingues du maître de la kora malienne et celles du violoncelliste français.

Enfin, ALA.NI, dernière artiste produite par No Format se produira le mercredi 13 juillet dans la cour de l’Archevêché. Grande révélation de cette année où  « elle a une excellente presse » nous confirmait Marie Carbonnel du festival des Suds, a explosé cette année avec la sortie de son premier album, précédé de plusieurs EP aussi touchants que mélodieux.
Cette londonienne, originaire de Grenade (Caraïbes) et ex-choriste de Blur est d’une extrême sensualité sur scène à la voix belle et mesurée. 

  • ALA.NI : mercredi 13 juillet à 19h30, cour de l'Archevêché
  • Blick Bassy : vendredi 15 juillet à 19h30, cour de l'Archevêché
  • Ballaké Sissoko et Vincent Segal : vendredi 15 juillet à 21h20, théâtre Antique 

Retrouvez aussi ces artistes lors du "No Format! festival" au théâtre du Châtelet à Paris les 21 et 22 octobre prochains.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik