Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Pol en stock

Suivi par 41 abonnés

Billet de blog 5 août 2010

Sondage «sécurité»: la réponse est dans la question

Le Figaro publie dans son édition du 6 août les résultats d'un sondage Ifop annonçant que «les annonces de la majorité (Roms, déchéance de nationalité, peines planchers, vidéosurveillance) sont plébiscitées». L'AFP qui a eu la primeur du sondage reprenait cette conclusion dans les mêmes termes: «les principales mesures gouvernementales pour lutter contre l'insécurité apparaissent largement plébiscitées par les Français, recueillant entre 55% et 89% d'opinions favorables selon les propositions (...). Le consensus semble transcender assez largement les tranches d'âge, appartenances sociales ou préférences politiques affichées.»

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Le Figaro publie dans son édition du 6 août les résultats d'un sondage Ifop annonçant que «les annonces de la majorité (Roms, déchéance de nationalité, peines planchers, vidéosurveillance) sont plébiscitées». L'AFP qui a eu la primeur du sondage reprenait cette conclusion dans les mêmes termes: «les principales mesures gouvernementales pour lutter contre l'insécurité apparaissent largement plébiscitées par les Français, recueillant entre 55% et 89% d'opinions favorables selon les propositions (...). Le consensus semble transcender assez largement les tranches d'âge, appartenances sociales ou préférences politiques affichées.»

Cette quasi-unanimité remarquable mérite que l'on questionne le sondage. L'échantillon est correct (1003 personnes), la méthode reconnue (méthode des quotas) et le mode de recueil des réponses (questionnaire «auto-administré» en ligne), s'il évince ceux qui n'ont pas accès à Internet en été, n'est après tout pas beaucoup plus discutable que le sondage téléphonique (dont avait bénéficié le précédent sondage Ifop sur la «sécurité» pour France-Soir) qui élimine ceux qui ne disposent plus d'une ligne fixe.

Reste la question posée: «Vous savez que le gouvernement a annoncé différentes mesures pour lutter contre l'insécurité. Pour chacune de ces mesures, vous me direz si vous y êtes très favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou très opposé?» Suit la liste des annonces récentes du président de la République ou de la majorité. Sans que soit jamais questionné l'hypothèse de départ, à savoir que le retrait de la nationalité française ou l'emprisonnement des parents de mineurs délinquants luttaient effectivement contre la déliquance, ou pis, contre l'insécurité, comme perception de cette délinquance ou de simples comportements incivils (le sondage pour France-Soir faisait, lui, la distinction en posant une question sur la délinquance, puis sur la perception de la sécurité). Ou si ces annonces seront jamais applicables ou appliquées.

On n'y teste également que certaines propositions, comme «le démantèlement des camps illégaux de Roms» sans jamais se demander si les communes respectaient, elles aussi, leurs obligations légales en matière d'accueil de gens du voyage. Ou encore, on amalgame dans une même catégorie «les ressortissants d'origine étrangère (!) coupables de polygamie» ou «d'incitation à l'excision».

L'article qui accompagne ces résultats cite Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion de l'Ifop, «qui voit dans cette enquête la confirmation de ce qu'il pressentait»: «L'affaire Bettencourt a occupé une place très importante dans les médias, mais l'opinion, elle, a davantage été marquée par les violences des dernières semaines.» Dans une note de juillet, il expliquait déjà, sans le chiffrer vraiment, que «l’affaire Bettencourt-Woerth n’a pas eu le même écho dans le pays réel que dans la sphère médiatique. (...) A l’occasion de ces différents événements une grille de lecture s’est mise en place dans l’opinion. Son interprétation est alors la suivante : une partie du personnel politique entretient des relations troubles avec l’argent, d’où le fait que de telles affaires sortent périodiquement. Aux yeux des Français, il est alors d’usage et attendu que le camp adverse en profite pour tenter d’affaiblir le parti concerné et que les médias s’en emparent et poussent les feux pour engranger de l’audimat et des lecteurs alors même que la justice ne s’est pas prononcée.»

Le Figaro poursuit la citation de l'analyse de Jérôme Fourquet: «le président dispose “encore d'une marge de manœuvre” pour durcir son discours, tant les résultats du sondage sont “en rupture avec les idées jusqu'il y a peu dominantes dans l'opinion ”». Et l'article conclut, en écho à 2002, lorsque les socialistes redoutaient plus que tout d'être taxés d'«angélisme» sur ces questions, que le candidat Jospin s'accusait de «naïveté» pour justifier le fait de suivre le candidat Chirac dans sa surenchère sécuritaire avant de se laisse imposer un second tour inédit Chirac-Le Pen: «Les dirigeants socialistes, dépassés par leurs troupes, n'ont toujours pas fait leur révolution culturelle, huit ans après l'élimination de Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle.»

La ligne de rentrée du gouvernement est en tout cas toute tracée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat