Pôle-Emploi ou l'art de faire baisser les stats du chômage

La déshumanisation est l'arme absolue dans la lutte contre le chômage à la Hollande. Les hommes sont encore trop humains, rien ne vaut l'informatique pour nier l'existence de millions de chômeurs. En 2017 choisissons "l'humain d'abord".

Hollande s'est réjoui, les statistiques du chômage s'améliorent, tout va très bien madame la marquise, revoter pour moi.

En bon énarque, notre président sait que tout s'organise, notamment qu'une baisse du chômage s'organise minutieusement. Aussi ses ordres ont rigoureusement été appliquės, Pôle Emploi organise les radiations systèmatiques des chômeurs, qui, pour une raison ou une autre, n'ont pas pointé ou n'ont pas pu se présenter à un entretien avec leur conseiller Pôle-Emploi. Radiations et réinscriptions, jusqu'à les avoir à l'usure et les décourager de se réinscrire. Le harcellement par la radiation pour obtenir des résultats sur les stats du chômage.

Ainsi viennent d'être créées plusieures brigades spécialisées de chasseurs de "non chercheurs d'emploi" , avec lesquelles aucun contact direct n'est possible. Au cas où quelques chômeurs, poussés au desespoir pètent les plomb, ces mercenaires de la radiation sont protégés de leurs victimes par l'éloignement et l'anonymat. Ont-ils une prime au nombre de radiés ? Le ministre s'en est pas vanté, mais comme tout bon libėral il sait que l'intéressement est la meilleure incitation au rendement. Et ne doutons pas que ces exécuteurs spécialisés, ont été attentivement sélectionnés parmis l'ensemble des agents de P-E pour leur efficience dans l'art de la réduction des coûts. En effet, un chômeur coûte beaucoup plus à la sociėté qu'un évadé fiscal, il faut donc plus mettre le paquet en  effectifs contre les "fraudeurs" chômeurs que contre les évadés fiscaux.

Dans ce processus de radiation, le plus important est la deshumanisation, supprimer tous contacts humains qui pourraient désamorcer l'automaticité des radiations informatiques et que quelques conseillers, encore un peu empathiques, peuvent annuler.

Aussi, il faut absolument couper les ponts entre chomeurs et "conseillers". Si, pour son malheur, un chômeur à un problème à résoudre, le parcours du combatant commence. Si en naïf, il se déplace à son agence, il y a de fortes (mal)chances pour qu'il lui soit répondu de téléphoner au 3949 car ils ne sont pas abilités à répondre. Au mieux on lui répondra de prendre rendez-vous avec son conseiller, qui lui accordera 10 mm pour répondre qu'il ne peut rien faire pour sa formation, ses problèmes financiers, ou prendre en compte ses explications sur la cause de sa radiation, et encore moins pour lui trouver un emploi. La sacro-sainte réponse est passer par "votre espace personnel sur Pôle-Emploi.fr". 

Et oui, toutes les divines solutions tombent d'internet ! Sauf que le chômeur doit donc avoir un ordinateur, un fournisseur d'accès, et bien sûr parfaitement dominer les subtilités d'internet et du site de Pôle-Emploi, ce qui est assurément à la portée financière et culturelle du technocrate qui à pondu ce processus, mais qui n'est pas forcement à la portée financière et d'usage du chômeur d'un certain âge.

Reste le dernier espoir du chômeur, avoir sa réponse par le 3949 auquel tous renvoient. Mais là, il risque l'apoplexie devant le monde selon Kafka. J'en appelle a chacun de tester le 3949 pour obtenir un être humain au bout du fil. Après avoir bien exécuté les "tapez 1 pour, tapez 2.. tapez 4", puis, deux ou trois autres fois les "taper 1... taper 6" et avoir correctement renseigné vos identifiant et votre code secret sans qu'ils ne soient reconnus, soit vous êtes renvoyé au sommaire en boucle, soit vous tombez sur "ce service est momentanément indisponible, rappelez plus tard" puis la ligne est coupée. Et finalement vous n'otiendrez JAMAIS UN HUMAIN au bout de la ligne pour répondre à votre problème précis.

Vous pensez que c'est un disfonctionnement et vous rééssayez le lendemain. Mais non toute cette impossibilité du contact direct est tout à fait volontaire. Le système DOIT SUPRIMER L'HUMAIN, qui est trop inefficace pour exécuter les ordres. Les chômeurs ne sont pas des êtres qui souffrent et qu'il faut aider, mais des numéros (des identifiants) à éliminer. Les agents de pôle-emploi ne sont plus là pour aider à trouver des emplois qui n'existent pas, mais pour faire pression pour faire accepter d'être radiés des statistiques des chercheurs d'emploi. Et si le message ne passe pas, que le chômeur n'accepte pas la  suppression de ses allocations et de s'inscrire au RSA, qui lui permettra à peine à survivre, les "conseillers" deviennent harcelleurs, par la répétition des entretiens culpabilisants, "si vous ne trouvez pas, c'est que vous ne cherchez pas assez, donc vous n'être pas demandeur d'emploi, donc je ne peux que vous radié, la loi c'est la loi, vous DEVEZ CHERCHER UN EMPLOI"

Et oui, la loi c'est la loi, et elle n'est absolument pas faite pour pallier au chômage et permettre un revenu de remplacement aux salaires. Elle est faite pour assurer aux entreprises de trouver la main d' oeuvre dont elles ont (encore !) besoin et de mettre la pression sur ceux qui n'acceptent pas les conditions dégradées de salaires et de conditions de travail. 

On le voit bien avec la loi MEDEF (loi de libre licenciement et de précarité généralisée) dite loi "travaille !". Notre gouvernement à choisi de satisfaire à la casse sociale exigée par l'UE au service des lobbies patronaux. Valls l'a annoncé après l'adoption de la loi Khonri, le prochain épisode sera les minimas sociaux, dont l'EU et le MEDEF veulent la peau. 

Toujours plus organiser la précarité et la concurrence entre les humains, pour toujours plus nous exploiter. Et aussi pour que les révoltés du système passent à l'acte par le terrorisme. Des terroristes, qui leur sont de plus en plus indispensables, pour faire peur aux masses (à travers les masse-médias) pour qu'elles votent les pleins pouvoirs aux marionettes des puissances économiques et que celles-ci puissent continuer notre exploitation.

Pour retrouver de l'humanité dans les rapports humains, pour donner à chacun une juste place dans la société, et diminuer les vocations de terroristes, la sociéte doit partager les richesses et le travail (1 et 2). Le droit de vivre ne doit pas être suspendu à l'épée de Damoclès de la mécanique Pôle-Emploi, mais il doit être garanti par la société (constitution), sans condition de recherche d'emploi. Donc l'état doit assurer un Revenu GARANTI d'Existence (3 et 4) à toute personne sans revenus. 

Un minimum pour vivre décemment dans la société de consommation. C'est d'ailleurs ce qui pourrait assurer la pérénité de cette société de consommation, car sans notre consommation (5, 6 et 7) le système capitaliste ne peut que s'écrouler, malheureusement en emportant tout dans sa chute (concurrence de tous contre chacun, discriminations, puis guerres civiles, puis guerre mondiale, jusqu'à l'explosion nucléaire finale).

La gestion de pôle-emploi est donc bien au coeur de notre sociétė. Ses buts définissent profondément notre avenir. En 2017, ne choisissons pas sur la courbe du chômage plus ou moins inflèchie, mais par le but que les présidentiables donnent au travail. Doit-il n'enrichir que quelques uns ou nous enrichir tous ? La réponse est simple, il n'y en a qu'un qui nous propose de partager le travail et les richesses. Votons tous, massivement pour JL MÉLENCHON PRÉSIDENT. 

 

1) sur le partage du travail :

https://blogs.mediapart.fr/edition/pole-emploi-mon-amour/article/121014/contre-le-chomage-le-partage-du-travail-et-non-la-persecution-des-chomeurs-la

 

2) sur le partage des richesses :

http://blogs.mediapart.fr/edition/entre-republique-et-bastille/article/300714/sauvons-la-secu-cotisations-patronales-sur-le-capital-au-lieu-de-sur-le travail 

 

3) et 4) sur un Revenu GATANTI d'Existence : 

http://blogs.mediapart.fr/edition/revenu-universel-de-base/article/220213/revenu-universel-ou-revenu-garanti-dexistence

http://blogs.mediapart.fr/blog/pourlavenir/240213/pour-un-revenu-garanti-dexistence-rge

 

5), 6) et 7) sur la consommation comme arme contre le capitalisme sauvage de la loi MEDEF

https://blogs.mediapart.fr/edition/pole-emploi-mon-amour/article/180416/lettre-ouverte-la-cgt-comment-gagner-le-retrait-de-la-loi-el-khomri

https://blogs.mediapart.fr/edition/pole-emploi-mon-amour/article/250416/contre-la-loi-chomage-nous-pouvons-tous-agir-le-2804-et-apres

https://blogs.mediapart.fr/edition/pole-emploi-mon-amour/article/210516/contre-la-loi-chomage-lancons-la-greve-generale-de-la-consommation

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.