Billet de blog 8 juil. 2013

Les chômeurs sont entrés dans Paris : épilogue mais pas fin

Robert Crémieux
Responsable associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chômeuses et chômeurs en marche sont entrés dans Paris, ce samedi 6 juillet, sous un soleil de plomb. L’occasion de compter leurs soutiens, nombreux malgré cette journée de départ en vacances, de résultats du bac, le magnifique match de Marion Bartoli et autres bricoles de saison qui auraient dû décourager de lancer ce pari : un rendez-vous pour une randonnée revendicative et festive de plus de deux heures dans Paris, de la Porte de Clichy à la place Stalingrad. Parce qu'il fallait fêter l'arrivée et ne pas oublier pour autant le fond des propositions.

Après plus de trois semaines depuis Montpellier et Strasbourg, certains depuis La Réunion, Saint-Gaudens ou Le Mans, ils étaient plusieurs dizaines à avoir bouclé tout le parcours. Plusieurs milliers à les avoir accompagné une journée, trois jours ou une semaine. Et pour l’ultime étape, plusieurs centaines à crier leur détermination : nous l’avons fait, nous avons semé, nous gagnerons cette bataille de la solidarité contre le Medef et ses relais politiques et syndicaux.

Relais auxquels il faut ajouter les relais médiatiques nationaux qui bien entendu ont regardé ailleurs parce que notre action les dérange. Oui, le chômage et les chômeurs debout sont censurés dans les grandes chaînes de télévision au niveau national. Cela vous étonne encore ? L’action des chômeurs fait peur parce que ma brave dame, et s’ils étaient l’étincelle d’une explosion sociale ? Vous vous rendez compte ? Bon, on ne va pas écraser une larme et jouer les victimes parce que nos adversaires sont puissants et méprisables. La lutte contre le chômage est un combat, pas une promenade sportive. Elle heurte bien trop d’intérêts en jeu pour qu’un cordon sanitaire ne soit pas dressé contre les associations de chômeurs et les syndicats partenaires.

Alors seuls, les chômeurs et précaires ? Et bien pas du tout. Non seulement nous avons pu compter sur l’union syndicale Solidaires et la FSU, mais tout au long du parcours nous avons pu compter sur l’accueil et le soutien de syndicats de la CGT (non partenaire de la Marche au niveau national, on se demande encore pourquoi) mais aussi d’associations, de municipalités, d’élus du Front de Gauche et de Europe-Ecologie-Les Verts. Un soutien visible, concret tout au long du parcours et qui s’est manifesté lors de la dernière étape par la présence de Martine Billard, pour le PG et de Pascal Durand pour EELV.

Organiser une marche contre le chômage au début de l’été, avec une arrivée à Paris le 6 juillet ? Oui, il fallait oser. Oui, on ne peut accuser le gouvernement de ne rien faire contre le chômage et ne rien tenter soi-même. Cela nous a rendus plus fort, plus conscients que les chômeurs et précaires debout sont une force. Cela se manifestera sous d’autres formes dès la rentrée. Des rendez-vous sont pris. Ayrault nous ignore encore, comme nous a ignoré Sapin ? Il faudra s’adresser à Hollande et lui rappeler ses promesses.

Parce que sur le front du chômage, la rentrée s’annonce encore porteuse de nouveaux mauvais coups. Disons-le, le projet du Medef de réintroduire la dégressivité des allocations chômage est d’ores et déjà en chantier. Gouvernement et CFDT sont prêts à aller au-devant de cette demande du patronat, au nom de la répartition des efforts pour combattre la crise. Air connu. Et il faudra que le MNCP rappelle aux syndicats siégeant à l’UNEDIC, et qui sont opposés à ce nouveau mauvais coup, qu’ils ne gagneront pas cette bataille sans les chômeurs.

Avec la Marche des chômeurs, chômeuses et précaires, c’est une page qui se tourne et un nouveau chapitre qui va s’écrire, dès septembre prochain. Un nouveau front, un nouveau rassemblement s'esquisse. Bonnes vacances à toutes et à tous.

**

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener