Billet de blog 14 mars 2011

Pôle emploi auditionné au Sénat : la Bérézina de M. Charpy

Robert Crémieux
Responsable associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'audition de M. Charpy, DG de Pôle emploi, au Sénat s'est transformée en Bérézina. Mardi 1er mars 2011, les sénateurs avait convoqué le patron de l'institution devant une "commission d'information". Le bilan de Pôle emploi s'est fait étriller par les sénateurs, toutes tendances confondues. Quant à M. Charpy, il n'a pu que laisser transparaître une partie de la catastrophe dénoncée par les salariées de Pôle emploi et les associations de chômeurs.

La litanie des questions embarrassantes et des demi-réponses tient en une quinzaine de pages. On pourra en lire le compte-rendu dans le document ci-joint. Mais il n'est pas inutile de pointer quelques vérités mises à jour sur la façon dont sont traités agents et "clients" (c'est M. Charpy qui insiste sur le terme) de Pôle emploi.

La fusion ANPE - ASSEDIC ? Deux ans après "elle n'est pas totalement terminée" répond le DG chargé de mettre en œuvre le fantasme fusionnel de M. Sarkozy. La faute à la crise ! Mais il faut dire aussi que "la perspective d'un taux de chômage à 5% semblait réaliste". Réaliste peut-être dans les promesses ultra-libérales de la campagne de M. Sarkozy mais pas dans les chiffres sérieux.

L'accompagnement renforcé des chômeurs ? "...un objectif de soixante demandeurs d'emploi suivis, en moyenne, par chaque conseiller" avait été annoncé à grand renfort de propagande. M. Charpy reconnaît "cent ou cent dix, avec de forts écarts régionaux ou infra régionaux". Demandez aux agents le vrai chiffre... on est très loin de l'objectif. Surtout ce chiffre est une deuxième fois mensonger car avec la précarisation du travail, la rotation des dossiers à suivre s'accélère et le flux de dossiers à traiter est bien plus important que le stock annoncé.

La sous-traitance au privé devait remédier au problème. Outre que cela ne règle rien, malgré les 200 000 dossiers "sous-traités" au lieu des 80 000 annoncés, il faut bien concéder que "cette sous-traitance est coûteuse", dixit M. Charpy. Mais, plaide-t-il, ce n'est pas mauvais car cela introduit "une sorte de concurrence". Bref, on paie cher à démanteler le servie public mais c'est pour mieux démontrer que le service public fait mieux pour moins cher.

Non seulement la lutte contre la précarité du travail n'est pas le fort de Pôle emploi, mais l'établissement public d’État est lui-même grand pourvoyeur de précarité. "Nous comptons entre 8% et 9% de CDD" affirme M. Charpy. "La convention collective plafonne ce chiffre à 5%" mais ajoute-t-il sans rire : "D'ailleurs, le problème sera réglé cette année puisque 1 500 CDD seront supprimés". C'est-à-dire licenciés. On croît rêver.

Plusieurs sénateurs, ne se sont pas contentés de poser des questions embarrassantes mais ont également dénoncé cette "vision idyllique" du dossier. En particulier, Jean Desessard (EELV), Ronan Kerdraon (PS) ou Annie David (CRC) ont pointé les failles d'un discours ressemblant à la chanson "Tout va très bien Madame la Marquise..." En attendant, la Commission sénatoriale continue ses travaux et il ne semble pas prévu à ce jour d'auditionner les représentants des chômeurs. Rappelons que les trois associations de chômeurs et précaires, MNCP, APEIS, AC !, sont officiellement représentées auprès de Pôle emploi. Est-ce trop demander que de prévoir un petit rendez-vous ? La vision des usagers des problèmes qu'ils rencontrent serait-elle superflue ? Leurs propositions tenues pour négligeables ? La question a été posée aux sénateurs par le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) lors de son rassemblement aux grilles du Sénat le 9 mars dernier. Les intéressés attendent la réponse.

Robert Crémieux

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille