Pétition de lancement de la GRÈVE DE LA CONSOMMATION contre la loi travail XXL

Vu le déni démocratique du droit de manifester du pouvoir (voir billet sur le blocage de la manif de Lyon du 12/9) je lance la RÉSISTANCE NON VIOLENTE par la GRÈVE DE LA CONSOMMATION avec une pétition d'engagement à boycotter les multinationales, adressée à Macron. https://secure.avaaz.org/fr/petition/Mr_Macron_Ordonnances_loi_travail_XXL_non_merci_Moi_jagis_je_fais_la_greve_de_la/

Pétition sur Avaaz :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Mr_Macron_Ordonnances_loi_travail_XXL_non_merci_Moi_jagis_je_fais_la_greve_de_la/         (consommation)

Introduction de la pétition :

Le 12/09/17, la police a BLOQUÉ DÈS LE DÉPART, la manifestation de Lyon contre la loi travail XXL, SANS AUCUNES RAISONS, puisque que tous les manifestants, jeunes et adultes, étaient parfaitement calmes. Puis elle a encerclé en “NASSE”, en les gazant et les matraquant, une centaine de  personnes, jeunes et vieux, syndicalistes et indépendants, de la tête de la manifestation. Résultat, quatre heures (de 11h30 à 15h30) pour faire le parcours (bien sûr autorisé), qui normalement ne dure qu’un heure.

 

Devant ce déni de notre droit constitutionnel de manifester, je propose un nouveau mode d’expression et de RÉSISTANCE. Devant cette stratégie d’obstruction et de violence choisie par le pouvoir, je propose d’exprimer notre désaccord sur la casse du droit du travail, par une sorte de désobéissance civile que chacun peut librement choisir et appliquer, sans danger.

 

Chaque Français peut choisir de se soumettre à la loi de la jungle. Il peut accepter la concurrence sauvage du tous contre tous (entre chômeurs, entre salariés, entre PME, entre entreprises, entre régions, entre pays, entre multinationales) que la course au dumping social, de la disparition de règles communes sur le travail (inversion des normes, le contrat plus fort que la loi), provoquera.

 

Ou chaque citoyen peut décider de RÉSISTER en faisant la GRÈVE DE LA CONSOMMATION, pour signifier aux capitalistes que leurs profits dépendent de notre volonté de consommer. Le rapport de forces SALARIÉS/PATRONS dans la production (délocalisations, robotisation) est en notre défaveur. Mais nous pouvons gagner le rapport de forces CONSOMMATEURS/CAPITALISTES, car dans la SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION notre pouvoir d’achat est indispensable aux dividendes des capitalistes.

 

Si nous sommes des millions à arrêter d’alimenter les profits des multinationales (de la production délocalisée et de la grande distribution) nous pouvons gagner et faire reculer le pouvoir sur toute la casse sociale qu’il a à son programme. Car après le droit du travail il a prévu les casses, de la solidarité (fin de l’APL, de l’ASS, de l’AAH…) et de l’indemnisation du chômage. Puis ce sera la privatisation des retraites et de la sécurité sociale, offertes aux assurances privées.


C’est maintenant ou jamais, que nous pouvons arrêter le productivisme et l’exploitation des hommes et de la nature par le capitalisme financier. Ces exploitations sont suicidaires pour la survie de l’humanité, alors, à chacun d’entre nous, en sont âme et conscience, de décider d’agir. En signant cette pétition, chaque citoyen informe le président de la république qu’en s’engageant dans la GRÈVE DES ACHATS jusqu'au retrait des ordonnances sur la code du travail, IL CHOISI SON AVENIR ET CELUI DE SES ENFANTS.

Texte de la pétition :

Loi travail XXL, non merci ! Moi, j'agis je fais la grève de la consommation !

M. Macron, devant l'utilisation d’ordonnances pour adopter votre loi de libre-licenciement et de précarité généralisée, devant l’état d'urgence que vous utilisez pour saboter nos manifestations de refus, devant la répression brutale que votre ministre de l’intérieur M. Collomb organise (à la Valls) contre les manifestants exerçant leur droit constitutionnel de manifester, je dėcide d’agir d’une manière non violente. Je choisis la désobéissance civile de faire la grève de la consommation jusqu'à ce que vous retiriez cette loi de casse du droit du travail.


Je m'engage à réduire ma consommation au stricte minimum, en achetant les produits le moins manufacturés possibles (par ex : légumes frais non transformés, pas de conserves ou de plats cuisinés). Et surtout je m'engage à ne pas acheter tous les produits des multinationales qui délocalisent, exploitent leurs salariés, écrasent leurs fournisseurs, polluent et/ou ne paient pas d'impôts... (ex Apple, Coca-cola, Lactalis, L'oréal, Mac do, Nestlé, Starbuck., Unilever...).

Pour rendre visible ma grève de la consommation, je m'engage à ne plus fréquenter les enseignes de la grande distribution (Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché, Leclerc...) tous les jeudis (jour des manifestations syndicales). Cette concentration sur un jour d'hypermarchés morts, permet la concrétisation de cette grève des achats dans les tiroirs-caisses (baisse des chiffres d'affaires).

Au mieux, si nous sommes des millions à faire cette grève des achats, j'obtiendrai que vos sponsors du CAC40 (financeurs de votre campagne électorale), pour stopper leurs pertes de profits, exigent de vous, M. Macron, le retrait de cette loi de casse sociale. Et j'obtiendrai aussi de les faire trembler devant la remise en cause de la société de consommation qui fait leurs fortunes mais détruit notre environnement. Au mieux j'aurai gagné un avenir meilleur pour moi et mes enfants. Au pire, j'aurai fait des économies et j'aurai réfléchi à ce qui m'est vraiment nécessaire pour vivre. J'ai donc tout à gagner à faire la grève des achats.

M. Macron, contre vos ordonnances antisociales moi j'agis !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.