Lettre ouverte à la CGT, comment gagner le retrait de la loi El Khomri

La CGT a compris, dans la plupart des entreprises, tout grèviste risque d'être un futur chômeur. Elle doit donc adapter ses modes d'action à de nouveaux rapports de force. Dans notre société de consommation, la force du citoyen ne pèse plus en tant que producteur mais en tant que CONSOMMATEUR. Pour obtenir le RETRAIT de la LOI-CHÔMAGE (pas travail) elle doit organiser la GRÈVE DE LA CONSOMMATION.

Dans un interview à Médiapart, Philippe Martinez, secretaire général de la CGT déclare "Certains camarades considèrent que la seule façon d’agir, c’est de faire grève. Mais nous, on pense aussi à ceux qui, s’ils se déclarent en grève, seront licenciés dans la minute, dans la semaine qui suit, par leur employeur, en représailles"

 

Oui, tant mieux, la CGT a compris que les salariés sont jetables (et ils le seront encore plus facilement avec la LOI DE PARTAGE DU CHÔMAGE). Mais il lui manque d'en tirer les conclusions qui s'imposent. Puisque le rapport de force n'est plus en faveur des salariés dans l'entreprise, la CGT doit utiliser le seul rapport de force qu'il reste aux salariés. Puisqu'ils ne peuvent plus peser en tant que producteurs, dans leur entreprise, ils doivent peser en tant que consommateurs, sur les profits des patrons en général. Les lieux les plus symboliques et les plus efficaces pour influer sur les profits, sont la GRANDE DISTRIBUTION où se rencontre OFFRE ET DEMANDE.

 

Pour adapter ses modes d'action au monde tel qu'il est, la CGT doit appeler à la GRÈVE DE LA CONSOMMATION. Elle doit appeler à boycotter les hyper-marchés jusqu'au RETRAIT de la LOI DE PRÉCARITÉ GÉNÉRALISÉE. Si les salariés prennent conscience qu'en se passant de dépenser un ou deux mois, ils sauvent leur avenir de la précarité à vie, ils généreront d'énormes pertes de chiffre d'affaires aux grands patrons. Ceux-ci seraient les premiers à pousser le gouvernement à céder. Et comme les désirs du MEDEF sont des ordres, le gouvernement s'empresserait de retirer la loi El Khomri.

 

Mais la CGT est-elle capable d'une telle évolution, d'une telle adaptation au monde d'aujourdhui ? Elle-t-elle capable de proposer aux chômeurs, remplacés par des robots, de pouvoir aussi faire la grève. Elle-t-elle prête a réfléchir à comment continuer à défendre les salariés comme citoyens plutôt que comme petits soldats de la sur-production éco-suicidaire ? Réponse après ce congrès.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.