Contre la LOI-CHÔMAGE, nous pouvons TOUS agir, le 28/04 et après !

Pour obtenir le RETRAIT de la loi El Khomri, le 28 avril, gagnons la bataille médiatique, puis gagnons la bataille économique par la GRÈVE DES ACHATS

Bien sûr, jeudi, le plus d'étudiants, de salariés en grève, de chômeurs, de retraités, doivent battre le pavé dans toutes les villes de France. Mais malheureusement beaucoup de salariés, jetables ou prėcaires, ne peuvent pas faire grève, de peur d'être les prochains licenciés. Mais ils peuvent qu'en même exprimer leur désaccord sur la loi de précarité généralisée. Ils doivent faire de ce jeudi un jour d'HYPER-MARCHÉS MORTS. Ils doivent faire la GRÈVE DES ACHATS, pour signifier, par la baisse, ce jour là, des chiffres d'affaires des Auchan, Carrefour, Géant Casino..., qu'ils sont prêts à commencer une bataille économique jusqu'à ce que la LOI-MEDEF soit retirée. Nous ne pouvons pas tous exercer le droit de grève sur la production, mais nous pouvons tous boycotter les centres commerciaux pour faire la GRÈVE DE LA CONSOMMATION et donc bloquer l'économie.

 

Comme d'habitude, même si nous sommes des centaines de milliers dans la rue, pour les médias, ce sera une minute sur les manifs et dix minutes sur un fait divers ou la mort d'une célébrité. Sauf s'il y a quelques casseurs, que la police laissera judicieusement vandaliser et que les télės filmeront complaisament pour discréditer les manifestants.

 

Pourtant il est très important que le pouvoir ne puisse pas passer sa propagande et minimiser notre mécontentement. Les médias sont des bons auxiliaires de la désinformation, mais ils ont aussi besoins de spectaculaire dans leur concurrence aux scoops. Aussi, à nous, manifestants, de ne pas leur donner que des monotones défilés d'anonymes, les mains dans les poches. A chacun de nous de porter pancartes et slogans, de prėfėrences humoristiques pour exprimer pourquoi il manifeste. Et aussi à nous de trouver des formes plus originales que les éternelles chansons enregistrées pour animer les marches. 

 

Pour animer la manif de Lyon, à la Nuit Debout, j'ai proposer que les manifestants rėpètent régulièrement, tout au long du parcours, une petite scenette symbolique de ce que deviendra notre vie de salariés, si les godillots votent la loi de précaritė à vie. Une fois n'est pas coutume, pour la manif du 28/04/16, je ne porterais pas de slogans, mais je serais patron. Oui, patron, avec costume cravate et chapeau marqué MEDEF, avec un gros cigare, et avec un fouet pour faire marcher droit tous ces foutus paresseux qui ne veulent pas bosser plus. Je serais patron, avec mon terrible cerbère marqué : pile "VALL-SS chien de garde du MEDEF", face "MACRO-N chien de chasse de Gattaz"

 

Avec le fouet magique de la loi-chômage (marqué LOI-EL KHONRI), je matrais tous ces salariés, je les remettrais à leur place, au turbin. Les manifestants auront écrit en gros sur des feuilles A4 s'ils sont : CDI, CDD, INTERIM, CHÔMEUR... et, au signal du fouet Khonri, ils les brandiront en faisant 5 fois BÊÊH, BÊÊH, BÊÊH, BÊÊH, BÊÊH, puis ils crieront tous ensemble "MERCI PATRON !". Ils préfigureront ainsi la soumission aux patrons à laquelle la loi d'esclavage les aura réduits.

 

Si des milliers de manifestants, partout en France, reprennent ce petit sénario, facile à faire mais très symbolique, les médias le filmerait certainement quelque part. Ainsi le message de la dangerosité de cette loi passerait jusqu'au fin fond des fauteuils de télé. A notre époque c'est les médias (surtout la télé) qui font l'opinion public, et peuvent influer sur le gouvernement. 

 

Gagnons d'abord la bataille médiatique puis livrons la bataille économique de la grève des achats pour gagner le RETRAIT DE LA LOI EL KHOMRI.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.