Le syndicalisme de la police

J'ai entendu les syndicats officiels de la police - ceux de droite - faire la bronca à la nomination de Bernard Cazeneuve et je m'en suis étonné par un billet (Synergie officiers fait déjà chanter Bernard Cazeneuve)

Patrick PIOTROWSKI a contesté mon propos en m'expliquant que : " Est venu un autre temps, le climat étant propice à la gestion et au normatif et Monsieur SARKOZY ce qu'il est lors de son passage à l'Intérieur il a noyauté la haute administration mais aussi les Officiers en créant un syndicat dévolu à sa personne avec le concours de Monsieur Bruno BESCHIZZA qu'il a su grassement récompenser de son inféodation à sa personne et à ses idées. "

J'ai donc recherché une biographie de Bruno Beschizza. Une fiche Wikipédia mélange le politique, le syndical et le policier et nécessite un peu d 'ordre pour s'y retrouver.

Bruno Beschizza y est présenté comme un policier. La fiche Wikipédia montre cependant qu'il n'a été en service que trois ans, de 1992 à 1995, ayant passé le reste de sa carrière comme détaché syndical permanent.

Les bulletins officiels montrent même qu'il était détaché syndical auprès de ... "la police des polices". Ce n'est pas le détachement le plus approprié à la défense des garanties professionnelles de ses camarades. C'est sûrement la marque de l'humour qui caractérise la police et le sérieux du syndicalisme.

Le parcours de Bruno Beschizza témoigne d'une proximité avec le politique qui décrédibilise le syndicalisme policier - qu'on entend le plus - et dont il n'est possible d'en déduire qu'une forme de clientélisme. Ce dévoiement de l'action publique qui peut expliquer en partie l'abstention des électeurs, laquelle a profité à Bruno Beschizza pour se faire élire à Aulnay sous Bois !

Le clientélisme syndical policier pose la question de la qualité de la défense des droits collectifs et individuels des policiers face à l'arbitraire de l'administration et, par ricochet, la validité des procédures policières si la police est une auberge espagnole syndicale.

Bruno Beschizza est dorénavant sous-préfet. Il semble qu'il ait encore moins d'expérience comme sous-préfet qu'il n'en avait pour parler de la police. Il ne faut pas chercher bien loin le problème de l'absence de confiance de l'opinion dans ses institutions.

Les policiers qui se plaignent que ce ne soit plus aussi bien qu'avant - comme le rapporte Patrick PIOTROWSKI  dans son commentaire - ils ne peuvent que s'en prendre à eux-mêmes. 

Il y a des élections professionnelles.

Il y a un manque étonnant de sens critique à toujours se faire représenter au conseil de discipline par des représentants du personnel détachés auprès du service qui "monte" les dossiers disciplinaires et qui font une carrière météorique.

__________________

 

Bruno Beschizza entre dans la police en 1991 et il est affecté à Paris en 1992. 

Il est tête de liste Synergie Officiers aux élections professionnelles dès 1995. Il est élu sans discontinuer et il fait tout sa carrière comme détaché syndical permanent.

Bruno Beschizza devient secrétaire général de Synergie officiers en novembre 1998 et le reste jusqu'au printemps 2010. Il promeut le concept de « chaîne hiérarchique solidaire » des commissaires aux gardiens de la paix1.

Bruno Beschizza connaît une promotion rapide. Il est nommé capitaine le 22 juillet 1998 (arrêté NOR: INTC9800327A )2. Il est promu commandant de police le 22 décembre 2004 (arrêté NOR: INTC0400941A)3. Il est nommé à l'emploi fonctionnel de commandant de police le 16 février 2009 (arrêté NOR:INTC0930037A) cet arrêté précise que le syndicaliste est détaché auprès de l'IGS : « Chef de groupe technique - IGS/SAPO/SYNDICAT 21-11-2008 ». Ce service est mis en cause pour la violation du secret de l'instruction dans une affaire disciplinaire4 et politique5.

Proche du secrétaire général de l'Elysée depuis 1995 et sollicité par Claude Guéant, Bruno Beschizza est tête de liste UMP aux régionales en Seine-Saint-Denis en 20106. Bruno Beschizza est également proche d'Alain Bauer, qui est à la fois le parrain d'un de ses enfants et l'ami de Manuel Valls7.

Elu au conseil général, Bruno Beschizza est nommé sous-préfet hors-cadre par Nicolas Sarkozy le 23 avril 2010(décret NOR: IOCA1009407D)8. Cette promotion lui permet de contourner l'incompatibilité du code électoral à l'égard des fonctionnaire de police9.

Bruno Beschizza abandonne son activité de permanent syndical et siège comme conseiller régional du conseil régional d'Île de France.

Il est secrétaire national de l'UMP10, à côté de Patrick Balkany, Brigitte Barèges. C'est comme secrétaire national « en charge de l'emploi des forces de sécurité », que Bruno Beschizza compare François Hollande, Martine Aubry et Harlem Désir aux trois petits singes de la fable, yeux, bouche et oreilles bouchés en 201111.

Bruno Beschizza est titularisé comme sous-préfet par Nicolas Sarkozy le 28 avril 2012 (décret NOR: IOCA1220613D).

Il est battu aux élections législatives de 2012 dans la troisième circonscription du département, face à Michel Pajon (député PS et maire de Noisy le Grand). Le candidat sortant est réélu au deuxième tour à 60,38% des voix.

Bruno Beschizza est promu au grade à accès fonctionnel d'administrateur général par Manuel Valls (Canard Enchaîné 10-7-2013) sans qu'il semble en remplir les conditions.

Il remporte les élections municipales comme tête de liste UMP à Aulnay sous Bois en 201412.

 

Notes de bas de page :

 

1 « le pôle de droite CGC (Synergie - Alliance) s’avère en progrès et proclame bien haut sa foi en une chaîne hiérarchique solidaire (commissaires - officiers - gradés - gardiens ) » http://www.sudeducation.org/Sans-casque-ni-bouclier-la.html

2 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000390451&fastPos=1&fastReqId=1148184063&categorieLien=id&oldAction=rechTexte

3http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000259500&fastPos=1&fastReqId=1984468734&categorieLien=id&oldAction=rechTexte

4 « Affaire IGS : M. Massard, réintégré après avoir été sanctionné à tort » LE MONDE | 16.01.2012 à 14h05 | Par G. Da. et F. Lh. : Les plus hautes autorités de la police nationale pourraient devoir s'expliquer dans le cadre de l'instruction ouverte, en octobre 2011, pour "recel de violation du secret de l'instruction ". Elle vise à éclaircir les conditions dans lesquelles le commandant Christian Massard, ex-officier de sécurité de l'ancien ministre socialiste de l'intérieur Daniel Vaillant, a été suspendu, puis renvoyé devant le conseil de discipline, pour des faits dont il était innocent. Question subsidiaire mais essentielle : comment le ministère de l'intérieur pouvait-il avoir connaissance des procédures judiciaires lancées contre le policier, au mépris du secret de l'instruction et du principe de séparation des pouvoirs judiciaire et administratif ? http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/16/affaire-igs-m-massard-reintegre-apres-avoir-ete-sanctionne-a-tort_1630247_3224.html -

5Le Point.fr - Publié le 17/01/2012 à 19:28 - Modifié le 18/01/2012 à 07:16 « Daniel Vaillant : "Il faut supprimer la police des polices" » L'ancien ministre de l'Intérieur estime qu'en truquant une enquête contre cinq fonctionnaires, la police des polices s'est définitivement déconsidérée. Dans l'affaire de l'enquête truquée de l'IGS, l'un des cinq fonctionnaires visés était Christian Massard, l'agent de sécurité de Daniel Vaillant, député PS de Paris. L'ancien ministre de l'Intérieur du gouvernement Jospin ne peut s'empêcher d'y voir une manipulation politique. Et note que les auteurs des manipulations ont tous bénéficié de promotions, tandis que certains des fonctionnaires visés n'ont pas même été réintégrés. http://www.lepoint.fr/societe/daniel-vaillant-il-faut-supprimer-la-police-des-polices-17-01-2012-1420331_23.php

6« Seine-Saint-Denis : Bruno Beschizza, "gamin de Montreuil", policier et tête de liste UMP » Le Monde | 08.02.2010 à 14h09 • Mis à jour le 08.02.2010 à 16h28 | Par Béatrice Jérôme - http://www.lemonde.fr/elections-regionales/article/2010/02/08/seine-saint-denis-bruno-beschizza-gamin-de-montreuil-policier-et-tete-de-liste-ump_1302648_1293905.html - « Dans le 93, débuts laborieux pour Beschizza, policier et franc-maçon » L'Express Par Delphine Dyèvre et François Koch, publié le 09/02/2010 à  10:31 A peine lancé dans le grand bain des régionales en Seine-Saint-Denis, Bruno Beschizza commet son premier faux pas. Le syndicaliste policier, par ailleurs membre de la Grande Loge de France, voulait réserver un wagon de RER aux femmes, avant de faire marche arrière. http://www.lexpress.fr/region/ile-de-france/dans-le-93-debuts-laborieux-pour-beschizza-policier-et-franc-macon_847680.html

7« Valls, Bauer, Fouks : le pacte de Tolbiac » Le Monde | 26.11.2012 à 14h19 • Mis à jour le 28.11.2012 à 19h04 | Par Ariane Chemin http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/11/26/valls-bauer-fouks-le-pacte-de-tolbiac_1795920_823448.html

8http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022141028

9 « Policiers : pour avoir une promotion, soyez candidat UMP ! ( comme B. Beschizza, dans le 93) » Hufftington Post 21/04/2010 à 18h02 - mis à jour le 21/04/2010 à 18h45 Bruno Beschizza, syndicaliste policier et tête de liste UMP aux élections régionales dans le département de Seine Saint-Denis, devrait être nommé sous-préfet hors cadre, par la volonté expresse de Nicolas Sarkozy. Quitte à tordre un peu les règles de droit. http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/04/21/2042428_policiers-pour-avoir-une-promotion-soyez-candidat-ump-comme-b-beschizza-dans-le-93.html -

10http://www.u-m-p.org/notre-equipe/ump/secretaires-nationaux

11Le Figaro « Copé veut confronter le PS à ses «contradictions»  » Par Judith Waintraub Mis à jour le 26/08/2011 à 08:47 Publié le 25/08/2011 à 08:46 http://www.lefigaro.fr/politique/2011/08/25/01002-20110825ARTFIG00677-cope-veut-confronter-le-ps-a-ses-contradictions.php

12« Un ancien policier, Bruno Beschizza (UMP), élu à Aulnay-sous-Bois » Libération AFP 31 mars 2014 à 00:16 (Mis à jour : 31 mars 2014 à 00:33) http://www.liberation.fr/politiques/2014/03/31/un-ancien-policier-bruno-beschizza-ump-elu-a-aulnay-sous-bois-mun93600_991838

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.