Qu'est-ce que les OGM ?

Contre-toute attente, les députés ont rejeté aujourd'hui la loi sur les OGM. Après la polémique entre Nathalie Kosciusko-Morizet et les députés UMP, le projet de loi était pourtant bouclé. L'objectif était de transposer une directive européenne de 2001 qui réglemente la production et la consommation de produits avec OGM. Les Etats-Unis ont généralisé les OGM, l'Europe a délaissé cette forme d'agriculture. La France s'apprête à lever le moratoire après avoir pris toutes les précautions législatives, selon le gouvernement. Mais les députés en ont décidé autrement : une motion rejetant le texte de loi a été adoptée par 136 voix contre 135 en raison d'une présence insuffisante des députés UMP dans l'hémicycle. A l'annonce des résultats, la gauche a exulté. Mais pourquoi le débat sur les OGM est-il si passionné ? Qu'est-ce que les Organismes Génétiquement Modifiés ? 

OGM

Contre-toute attente, les députés ont rejeté aujourd'hui la loi sur les OGM. Après la polémique entre Nathalie Kosciusko-Morizet et les députés UMP, le projet de loi était pourtant bouclé. L'objectif était de transposer une directive européenne de 2001 qui réglemente la production et la consommation de produits avec OGM. Les Etats-Unis ont généralisé les OGM, l'Europe a délaissé cette forme d'agriculture. La France s'apprête à lever le moratoire après avoir pris toutes les précautions législatives, selon le gouvernement. Mais les députés en ont décidé autrement : une motion rejetant le texte de loi a été adoptée par 136 voix contre 135 en raison d'une présence insuffisante des députés UMP dans l'hémicycle. A l'annonce des résultats, la gauche a exulté.

 


Mais pourquoi le débat sur les OGM est-il si passionné ? Qu'est-ce que les Organismes Génétiquement Modifiés ?

 

 

OGM : Organismes Génétiquement Modifiés

Un Organisme Génétiquement Modifié est un organisme (animal, végétal ou bactérie) dont on a modifié la structure génétique pour lui apporter des caractéristiques nouvelles. Actuellement, plus d'une cinquantaine d'espèce végétale est génétiquement modifiable par la "génie-génétique" mais ce sont surtout les grandes cultures comme celles du maïs, du riz, du colza qui sont massivement touchées.

 

 

Cinq pays se partagent la quasi-totalité de la production d'OGM

Face au scepticisme d'un certain nombre d'Etats, cinq pays concentrent la majorité des cultures transgéniques : les Etats-Unis (plus de 50% de la production mondiale), suivis de l'Argentine, du Canada, du Brésil et de la Chine. Aux Etats-Unis, les cultures OGM sont très importantes puisqu'elles représentent 1/3 du maïs, 50 % de soja et près de 80 % du coton.
En 2005, le soja occupait plus de la moitié des superficies cultivées en OGM dans le monde, suivi par le maïs (près de 20%), le coton (10 %) et le colza (5 %).

 

 

OGM : la science au service de l'agriculture

Les cultures transgéniques permettent d'attribuer de nouvelles caractéristiques à certaines plantes. Ainsi, les OGM permettent de cultiver des plantes résistantes aux maladies. Cela permet d'utiliser moins d'insecticide et de pesticide. Les OGM permettent également une meilleure conservation du produit. Les légumes se conservent plus longtemps. De même, les laboratoires peuvent jouer sur la texture, en prenant en compte les désirs du consommateur : une tomate OGM sera plus rouge, plus ronde, et se conservera plus longtemps.

 

 

Les risques des cultures transgéniques

Sur 90 millions d'hectares de cultures OGM dans le monde, l'Europe ne représente que 1% des cultures. Cette réticence, qui s'est exprimée encore aujourd'hui avec le rejet du projet de loi du gouvernement Fillon, est liée aux multiples risques des OGM : risques d'allergies, risques de pollution de l'environnement avec l'utilisation de substances toxiques. Par ailleurs, la modification génétique des plantes pourrait bouleverser la fabrication de médicaments, même si la culture d'OGM à des fins thérapeutiques permet aussi d'en créer d'autres.
Par ailleurs, la culture d'OGM en milieu ouvert entraîne un risque élevé de contamination du champ voisin : dans ce cas, il devient quasiment impossible de garantir une agriculture sans OGM.
Enfin, d'un point de vue économique, les cultures OGM font l'objet de vives critiques de la part des altermondialistes comme José Bové, en raison de la dépendance des petits paysans à l'égard des industriels. En effet, chaque année, l'agriculteur qui utilise des OGM doit obligatoirement racheter des semences transgéniques, créant ainsi un lien de dépendance qui n'existe pas dans l'agriculture traditionnelle.

 

 

OGM : pourquoi le débat est-il toujours passionné ?

Les débats sur les OGM sont toujours difficiles à suivre tant le sujet crée la polémique. La question des OGM pose à la fois le problème de la production agricole (comment nourrir une population plus nombreuse ?), du développement des agricultures des PED (les OGM peuvent améliorer le rendement agricole). C'est aussi une question de santé publique (risques sanitaires encore méconnues, mais nécessité de maîtriser les techniques des OGM pour la recherche médicale). Enfin, le débat s'inscrit dans le contexte de la mondialisation : elle oppose les pays développés, les semenciers industriels, aux pays en développement et petits agriculteurs.
En France, toute la difficulté est de trouver un point d'équilibre entre le principe de précaution et la nécessite de ne pas être écarté du progrès scientifique et de la recherche médicale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.