Politique.net

Site de décryptage de l'actualité politique

Paris - France

Voir tous
  • 350 000 euros pour l'ex-directeur de cabinet de Fillon

    Par
    C'est une scène digne de House of cards. Nous sommes en 2012, François Hollande et Jean-Marc Ayrault sont à l'Elysée, dans le bureau présidentiel. Face à la fenêtre, ils évoquent les départs des proches collaborateurs de Sarkozy et Fillon. Dans la pièce, deux journalistes du Monde assistent à l'échange : Gérard Davet et Fabrice Lhomme.
  • Communication du gouvernement : qu'est-ce que le SIG ?

    Par
    La campagne de publicité du gouvernement sur le pouvoir d'achat a été élaborée par le Service d'information du gouvernement, en collaboration avec l'agence Young & Rubicam pour un montant de 4,33 millions d'euros. Cette institution, méconnue du grand public, est actuellement dirigée par Thierry Saussez.Mais quelles sont les compétences du SIG ? Pourquoi et comment l'Etat finance-t-il sa propre communication ? 
  • Post it : Dati, Lagarde, Devedjian, Bertrand

    Par
  • Qu'est-ce que les OGM ?

    Par
    Contre-toute attente, les députés ont rejeté aujourd'hui la loi sur les OGM. Après la polémique entre Nathalie Kosciusko-Morizet et les députés UMP, le projet de loi était pourtant bouclé. L'objectif était de transposer une directive européenne de 2001 qui réglemente la production et la consommation de produits avec OGM. Les Etats-Unis ont généralisé les OGM, l'Europe a délaissé cette forme d'agriculture. La France s'apprête à lever le moratoire après avoir pris toutes les précautions législatives, selon le gouvernement. Mais les députés en ont décidé autrement : une motion rejetant le texte de loi a été adoptée par 136 voix contre 135 en raison d'une présence insuffisante des députés UMP dans l'hémicycle. A l'annonce des résultats, la gauche a exulté. Mais pourquoi le débat sur les OGM est-il si passionné ? Qu'est-ce que les Organismes Génétiquement Modifiés ? 
  • Bataille de chiffres : y a-t-il un professeur pour onze élèves dans le secondaire ?

    Par
    C'est l'argument massue répété sans cesse par le gouvernement : les effectifs d'élèves diminuent dans le secondaire, il faut donc diminuer le nombre d'enseignants. Selon Xavier Darcos, les 11 200 suppressions de postes sont uniquement liées à la démographie. Et le ministre d'affirmer que le taux d'encadrement reste inchangé : "Avec un professeur pour onze élèves, il nous faut repenser l'organisation de nos services" a-t-il déclaré. En clair, non seulement les suppressions de postes ne seraient que des opérations blanches, sans conséquence puisqu'il y a moins d'élèves mais qu'en plus, malgré ces suppressions de postes, il y aurait encore trop de profs, puisqu'il y aurait un professeur pour 11 élèves dans le secondaire. Enquête sur les mystérieuses classes à 11 élèves...
Voir tous