Politique.net
Site de décryptage de l'actualité politique
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2008

Pourquoi les responsables du PS sont-ils appelés les éléphants ?

Cette expression s'est banalisée dans la presse. Mais pourquoi assimile-t-on les principaux responsables socialistes à des éléphants ?

Politique.net
Site de décryptage de l'actualité politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette expression s'est banalisée dans la presse. Mais pourquoi assimile-t-on les principaux responsables socialistes à des éléphants ?

Origines de l'expression : le congrès de 1973
Le Parti Socialiste est créé lors du congrès d'Epinay en 1971. François Mitterrand en prend la direction à cette époque. Deux ans plus tard, les cadres du PS se réunissent lors du congrès de Grenoble. Ce congrès s'est tenu du 22 au 24 juin 1973 et a confirmé la domination de François Mitterrand sur le PS. A cette époque, le PS est composé de plusieurs groupes : les anciens membres de la SFIO (les anciens socialistes de la Section Française de l'Internationale Ouvrière), les membres du CERES (groupe de Chevènement) mais aussi de tous nouveaux membres qui sont devenus socialistes avec la création du PS.
Lors de ce congrès, des cadres historiques du mouvement socialiste se sont réunis un soir pour négocier et constituer un courant majoritaire au sein du PS. Tous les hauts dirigeants du PS se trouvaient à cette réunion. Voyant ces cadres se diriger vers la salle de réunion, un militant de l'ancienne SFIO aurait déclaré : « voilà les éléphants qui vont se réunir ». Et celui-ci d'ajouter que « c'est l'heure où les éléphants vont boire ». En clair, les cadres du PS se réunissaient pour négocier des postes et se répartir les fonctions.


Une expression pour désigner les cadres du Parti socialiste
Depuis ce congrès de Grenoble de 1973, le terme « éléphants » désigne l'ensemble des cadres historiques du Parti socialiste. Aujourd'hui, sont désignés « éléphants » les personnalités politiques du PS qui occupent une place à part dans l'histoire du socialisme (les anciens Premiers ministres), celles qui sont à la tête des grosses fédérations ou qui siègent dans des instances emblématiques comme au bureau national du PS.
Ainsi, Laurent Fabius, Lionel Jospin, Pierre Mauroy, tous trois anciens Premiers ministres, sont considérés comme des éléphants. Jack Lang, Dominique Strauss-kahn sont également à ranger dans cette catégorie. Plus généralement, on appelle éléphant tout homme politique qui occupe un poste de responsable depuis de très nombreuses années.
Plus récemment, le terme « d'éléphanteau » est apparu dans le vocabulaire socialiste. Un éléphanteau serait un jeune responsable socialiste dont l'influence au sein du PS s'accroît et qui grimpe dans la hiérarchie du Parti. Arnaud Montebourg est parfois qualifié d'éléphanteau.


D'une expression péjorative à un terme utilisé par tous
L'expression d'éléphants du PS est toujours péjorative. C'est une manière de désigner ceux qui occupent, voire monopolisent, tous les postes au détriment d'une nouvelle génération qui aurait des idées moins archaïques. Un éléphant, c'est lourd, poussif. L'expression « mémoire d'éléphant » renvoie au passé. Par conséquent, c'est surtout la droite qui emploie cette expression pour railler les vieux personnages d'une gauche qui appartiendrait au passé.
Cependant, si cette expression garde encore cette connotation péjorative aujourd'hui, elle est de plus en plus utilisée par les médias, de tous bords. Ainsi, avec le retour de Jospin, Fabius et Strauss-kahn dans l'équipe de campagne de Royal, Le Figaro titre « Le retour des éléphants fait sourire la droite » (24.02.2007). Yann Arthus Bertrand, célèbre photographe qui soutient Ségolène Royal, a même déclaré : « Les troupeaux d'éléphants sont toujours dirigés par une femelle ». (NouvelObs). Le 2 février, le journal Le Monde n'hésite pas non plus à titrer « Ségolène Royal invite les "éléphants" du PS, y compris Lionel Jospin, à entrer dans la campagne ». Ce terme d'éléphants est donc entré dans le langage courant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann