Bruno Remaury - Rien pour demain

Il est des écrivains, vivants, dont on se dit en les lisant, rares, qu'on assiste à la naissance d'un grand. Un qui restera. C'est le cas de Bruno Remaury. Un de ceux dont le phrasé émeut comme une suite pour violoncelle de Bach tout en interrogeant le monde collectif actuel. Emotion intelligente pure...

Trottaient dans ma tête des interrogations sur le temps, la certitude que cette question était fondamentale, permettant de penser conjointement la question de la transmission , de l'éducation, de l'écologie et de l'économie. Un axe d'interrogation possible, de compréhension possible. Et voilà que mon libraire organisait, à la rentrée, première rencontre post-confinement dur, une rencontre avec Bruno Remaury, sur son livre Rien pour demain. Il fallait s'accrocher, d'après la présentation de la rencontre qui reprenait la quatrième de couverture du livre publié chez Corti ! Mais allez ! Le thème était le mien- et puis sortir, rencontrer des autres, échanger, éprouver ensemble après tout ce temps...!

Et voilà mon libraire qui me colle le livre dans les mains : "C'est celui de la rencontre où vous vous êtes inscrite". Regard encore sur la quatrième de couverture:« Mais c'est que je ne vais rien comprendre ! ». « Comment, vous ne comprendriez rien à cela ? ». Et sa voix s'était élevée, rien que pour moi. C'était l'incipit ( texte en PDF)

© Bruno Remaury - lecture Pascale Fourier


rien-pour-demain

Bien sûr, on pourrait reprendre la présentation que Corti fait du livre de Bruno Remaury sur son site : « Ce livre dessine en la suggérant l’évolution de la manière dont nous pensons le cours des choses au travers de récits articulés les uns aux autres mêlant figures réelles et de fiction, où se croisent l’astronome John Herschel, une grève chez Renault, une vendeuse de nouveautés, un poète mort dans les tranchées, le Capitaine Crochet, une New-yorkaise des années 50, la dernière Impératrice de Chine, l’histoire de la photographie, Marinetti ou Claude Monet. Un parcours qui va des cycles toujours recommencés du monde, giration des astres, ronde de la vie humaine, à une vision unidirectionnelle dont l’accélération constante nous a menés au visage du temps que nous connaissons aujourd’hui, celui d’un jour permanent de l’événement et d’une suprématie inédite de l’instant.

Non pas suite, mais volet symétrique du “Monde horizontal”, Rien pour demain en reprend et prolonge la trame narrative faite de fragments et d’associations, enchaînement de textes et d’intertextes au service d’un sens qui nous parle de l’évolution de notre rapport au monde et auquel c’est le récepteur qui donne sa signification. »

On pourrait.Mais cela ne dirait rien de la musique de la langue de cet auteur qui tant de fois m'a fait compter sur mes doigts de potentiels vers pas plus que la capacité de celui-ci à adapter le phrasé au propos.

© Anne Carré


Page 149-150- Rien pour demain

Bruno Remaury - lecture Pascale Fourier




Un grand est né. J'en suis sûre.




Rien pour demain, Bruno Remaury, Editions Corti, 2020 - 17,50 euros.



Pour aller plus loin : Sur la question du temps, on lira avec bénéfice le livre fondamental d'Hartmut Rosa, Accélération, Une critique sociale du temps, Editions La découverte, 2013 - 14 euros





Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.