Billet de blog 23 mars 2020

Des oiseaux et des pauvres

Je suis face au petit parc qui d'habitude bat son plein par ses cris d'enfants, ses amoureux qui se bécotent sur les bancs, les femmes qui ragotent sur le quartier. Depuis le confinement, il n'y règne que les pigeons et les goélands. Pas très loin, un groupe de sans domicile fixe est là.

Salima Senini
Travailleuse sociale et à mes heures perdues écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face au petit parc qui d'habitude bat son plein par ses cris d'enfants, ses amoureux qui se bécotent sur les bancs, les femmes qui ragotent sur le quartier. Depuis le confinement, il n'y règne que les pigeons et les goélands. Ils ont l'air perdus, eux qui d'habitude s'approchent subrepticement de vous pour réussir à vous chiper de-ci de-là une petite miette de votre sandwich ou de votre pâtisserie. Je les observe et eux aussi ont l'air perdus par l'absence de personnes qui habituellement se détendent dans le parc. Ils tournent autour des poubelles et n'y trouvent rien. Ils ont l'air de tourner en rond comme des lions en cage. Ils ont l'air en errance.

Pas très loin, un groupe de sans domicile fixe est là. Ils sont six depuis ma vision sans mes lunettes. C'est le deuxième jour de confinement, et je les vois de mon balcon, assis les uns à côté des autres. Il ont l'air aussi perdu que les volatiles. La mesure de sécurité d'un mètre n'est pas prise. Tout d'un coup, je me sens égoïste et je me rends compte que je n'avais pas pensé à eux. Comment vont faire ceux qui n'ont pas de toit ? Je les ai observés quasi toute la journée, ils étaient là comme si la vie continuait normalement. Disciplinée, je n'osais pas aller les voir, j'étais confinée. D'habitude, j'aurais enfilé mon manteau et serais allée leur demander s'ils avaient besoin de quelque chose. Mais je n'ai fait qu'attendre en les regardant de loin. J'étais si inquiète, ils étaient assis les uns près des autres, comme pour se tenir chaud. Cette proximité ne faisait qu'accroitre mon inquiétude pour eux. Nous qui nous martelons qu'il faut être séparés d'un mètre minimum.

De mon balcon, la vie s'est arrêtée. Les klaxons, les badauds qui se disputent pour un banc, les bus avec leur passage bruyant, les scooters qui d'habitude m'agacent lorsqu'ils tardent à démarrer force de brouhaha, les voisins qui se disputent comme s'ils étaient chez eux. Le silence a pris le pouvoir et l'angoisse s'ensuit. La vie s'est stoppée nette, du jour au lendemain et personne ne s'y était préparé. La télévision montrait les gens se ruer sur les denrées alimentaires. Avez-vous pensé à ceux qui n'ont pas d'argent, ni au quotidien, ni de côté sur leur compte genre épargne en cas de coup dur, pour recharger leurs placards et frigidaires?

Ceux qui attendent leur CAF et allocation chômage pour faire des courses. Heureusement nous n'étions que le 16 mars, pour ma part il me restait quelques sous, mais pas de quoi remplir un chariot entier.

J'ai déjà vécu la faim (cf. «Dans la dèche à Toulon et ailleurs»), alors je n'ai pas eu peur. Je ferai avec ce que j'ai.

J'étais plus préoccupée par les sdf qui en fin de journée n'avaient pas bouger, que de me battre pour du papier toilettes. J'ai fait des allées-venues entre mon salon et mon balcon de nombreuses fois. C'est à 22 heures seulement que le parc s'est entièrement vidé. Plus d'oiseaux, plus de sdf. J'ai regardé le ciel espérant qu'ils soient en sécurité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel