BOUGE TON CERVEAU

BOUGE TON CERVEAU

 

On nous conseille chaque jour, on nous martèle tout les quarts d'heures de lire, de faire du sport. Qu' il existe des tutos, des vidéos, des tweets en veux tu en voilà . Pour cuisiner, occuper les enfants, faire du yoga, du pilates, on nous balançe des listes de livres à lire, des séries, des films...etc Le guide du bon confinement.Comme un bon guide de vacances. La blague ! Mais certains n'y arrivent pas. Mon cerveau  a déjà besoin de s'habituer à ce nouvel isolement. Depuis le début je ne fais  pas grand chose. Comme dit mon amie Corinne "les journées se suivent et se ressemblent".

Je ne vais pas me réveiller tous les matins et me dire : «  génial ! Je vais faire mon yoga, ensuite me faire un bon smoothie vitaminé, puis je vais ranger tous mes papiers administratifs, faire les vitres, nettoyer les placards, lire deux ou trois heures, me faire une soupe, puis un gâteau gluten  tout ça dans la joie et la bonne humeur ! houhou » Non ! je traine en pyjama, angoissée sur mon canapée à aider mon cerveau à shabituer à ne plus sortir, et réaliser qu'il y a des gens qui meurent seuls tous les jours, qu'il y a un virus tueur qui se balade partout.

Non je ne suis pas confinée dans ma résidence secondaire, à respirer l'air de la campagne et faire de la confiture en attendant que ça passe

 

Je suis isolée et cela me déprime. D' habitude , on court partout, on n'a le temps de rien. Fixée un rendez-vous avec une amie oblige à consulter son agenda.Je me sens seule et en même  temps unis, nous qui nous retrouvons dans la même situation. Le temps s'étends si long, si court, si contradictoire. je parle à mon cerveau et lui demande de patienter.

J'ouvre mon frigo, mes placards et je compte combien de repas je vais pouvoir faire pour tenir avant de sortir. Je me donne une tâche à faire par jour, et si j'y arrive je suis déjà contente. Non, Messieurs-Dames tout le monde n'a pas la possibilité d'utiliser ce temps à bon escient. Je peux rester des heures à regarder dans le vide pour aider mon cerveau à ce nouveau confinement.

Tout les matins, je me réveille en prononçant le prénom de mon petit ami, pensant qu'il boit son café dans le salon. Non il est chez lui. Cela va prendre du temps ! Alors ce temps je le prends désormais. Je prends soin de mon cerveau d'abord et c'est à lui que je dis que l'on est confiné.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.