Billet de blog 17 nov. 2021

Triste Guadeloupe

Sommes-nous dans une impasse en Guadeloupe ? Oui, assurément.

David Dahomay
Cadre territorial en Guadeloupe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Triste Guadeloupe, Ô mon île…

Sommes-nous dans une impasse ? Oui, assurément.

Les organisations syndicales réfractaires à la vaccination anti-covid et opposées au passe sanitaire et à l’obligation vaccinale des soignants, tentent depuis ce 15 novembre de créer un climat insurrectionnel en Guadeloupe, en érigeant des barrages routiers éphémères aux quatre coins de l’archipel. Autant dire que les autorités préfectorales marchent sur des œufs : elles ne peuvent laisser impunément les manifestants bloquer le territoire sans rétablir l’ordre républicain, et dans le même temps, la moindre bavure des forces de l’ordre pourrait embraser le pays…

Quoi qu’il en soit, loin d’un « remake » du mouvement LKP de 2009 qui bénéficiait d’une adhésion massive de la population, les Guadeloupéens sont aujourd’hui profondément divisés, et nombre de compatriotes sont hostiles aux barrages et au blocage de l’île, déjà très éprouvée par la crise sanitaire et ses conséquences sur le plan humain, économique et social. Surtout, certains leaders syndicaux, et en particulier les responsables de l’UGTG, ont perdu la sympathie d’une grande partie des Guadeloupéens, du fait des exactions intolérables commises à l’encontre du CHU et d’autres établissements de santé, et ayant porté directement atteinte à la sécurité et au bien-être des malades.

La Guadeloupe est donc dans une impasse…Et l’heure est grave, très grave, une nouvelle crise épidémique étant d’ores et déjà à notre porte, du fait du faible taux de vaccination (à peine 46% de la population a reçu une première dose), du relâchement des gestes barrières, de la remontée du taux d’incidence, et à l’approche des fêtes de Noël, propices à de nombreux clusters.

Pourtant, la seule solution raisonnable pour sauver des vies demeure la vaccination. Nous ne le redirons jamais assez : la vaccination multiplie nos chances – jusqu’à 85 % -, d’éviter de faire une forme grave de la maladie due au covid-19. En outre, il semble que de nouveaux médicaments permettraient de limiter le développement de formes graves (jusqu’à 50% pour la pilule proposée par le laboratoire Merck en attente d’autorisation par l’agence européenne du médicament), il conviendra sans aucun doute que les autorités sanitaires locales anticipent leur commercialisation pour constituer les stocks nécessaires, en vue de cette 5e vague inéluctable et potentiellement dévastatrice.

Néanmoins, dans une analyse récente sur la crise sanitaire, politique et sociale qui se joue en Guadeloupe depuis l’apparition de l’épidémie, et plus précisément depuis le dernier confinement de juin 2021, la sociologue Stéphanie Mulot avance avec pertinence que « ce qui est singulièrement réactivé et questionné, c’est l’autonomie, qu’elle soit politique, sanitaire ou subjective, et la posture de résistance qu’elle impliquerait ».

L’autonomie, et singulièrement celle ayant trait à plus de pouvoir local et de démocratie sanitaire, serait donc comme un impensé – ou mal pensé –, planant au-dessus de toutes ces tensions, confrontations et contradictions. Et si nous prenions le taureau par les cornes pour sortir de cette impasse par le haut, et en finir avec les irresponsabilités de toutes parts – aussi bien syndicales, politiques qu’individuelles –, et ce climat quasi-insurrectionnel ?

Pour ce faire, ce qui doit être convoqué ici et maintenant, c’est encore et toujours le politique, au sens noble du terme, en vue de l’acceptation de la légitimité des décisions prises localement en matières sanitaire et de protection des populations. Aussi, je proposerais modestement que les exécutifs locaux convoquent un Congrès en urgence, avec une participation effective des différents secteurs de la société civile et ayant voix délibérative, et qui pourrait déboucher sur l’adoption d’une motion qui sera transmise au Gouvernement et au Parlement.

Un Congrès non pas de bla-blas, de discussions stériles et interminables, ou pour noyer le poisson, mais avant tout pragmatique, à la hauteur des enjeux cruciaux du moment, et qui permettrait de relégitimer notre démocratie locale, nos concitoyens aspirant en majorité à davantage d’autonomie, en particulier sur le plan sanitaire. Cette motion pourrait notamment se prononcer sur le maintien ou pas du passe sanitaire (ce passe est-il juste et pertinent alors que seule 45% de la population est vaccinée ?), de l’obligation vaccinale (je demeure pour ma part favorable à l’obligation vaccinale des professionnels de santé), des mesures spécifiques à prendre pour le contrôle des voyageurs entrant ou sortant du territoire, mais aussi et surtout, de l’ensemble des mesures pertinentes devant être prises urgemment pour protéger notre population, à l’aune d’une nouvelle vague épidémique.

In fine, il s’agirait de presser le Gouvernement et le Parlement à prévoir des adaptations législatives et réglementaires en matière de démocratie sanitaire, comme cela a été le cas pour la Nouvelle Calédonie, et de permettre à nos collectivités locales d’adapter et d’expérimenter les normes nationales dans ce domaine, comme le permet désormais la loi organique du 19 avril 2021, relative à la simplification des expérimentations.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflète, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours