Billet de blog 15 janv. 2015

Après le massacre les affaires reprennent.

Jean-Claude Charrié
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et les grecs... on y pense aux grecs ?
Non parce que... c'est bien joli de pleurnicher sur Charlie et les autres, mais après le massacre les affaires doivent reprendre.
Surtout que pour les charognards elles n'ont jamais cessées. (pour ceux qui ne connaissent pas les charognards)
Au contraire même, sont plus florissantes que jamais.
Z'avez vu comme ils les ont tous fait chanter "l'unité nationale", et la marseillaise... tous en choeur dans l'hémicycle.
Comme en 14... non pardon, en 18.
Si si, depuis le 11 novembre 1918, armistice de la "grande guerre" jamais la marseillaise n'avait plus été chantée par l'assemblée nationale, en séance, tous debouts. C'est écrit partout et là, dans cet article des Echos.
14-18 : 1,4 million de morts français, plus de 9 millions au total et 8 millions d'invalides. Une marseillaise.
...
On se demande ce qu'ils vont bien pouvoir chanter pour la prochaine ?
Et la signature des charognards elle là, dans l'article des Echos, dans le tapotage : «Lorsqu’on s’est arrêté de chanter, j’ai senti François Fillon, derrière moi, me tapoter l’épaule et me dire «bravo». Jean-François Lamour m’a remercié. Mais on n’était pas dans la congratulation, on était tout en retenu, tout en émotion.Après coup, c’est vrai que je me suis dit, "et si personne n'avais chanté ?"
Je me suis senti fier. Ce que je ressens depuis quelques jours dans les cortèges, c’est la leçon que le peuple nous donne. Je suis très gaulliste dans l’âme et ça me touche. La posture du peuple c’est la résistance. On touche à quelque chose qui est dans nos gènes, non modifiable. Ces derniers jours, c’est un rappel du peuple, exaspéré de nos joutes politiciennes.»
Il n'a rien compris le pauvre.
Et les autres... sur l'autre côté de l'hémicycle... combien d'otages pris au piège ? combien de complices ennivrés ? combien d'idiots utiles ?
Va savoir ?


En tout cas sont tous debouts.
Certains ont peut-être eu un éclair de lucidité et n'ont pas chanté... va savoir ?
Une chose est sûre en tout cas, les élections législatives anticipées du 25 janvier en Grèce, la dette "souveraine" de l'Italie, la crise possible des institutions européennes et l'opportunité d'en changer doivent être loins.
D'ailleurs, qu'en disent nos journeaux ?
Tous à faire la chasse aux musulmans ?
Et pendant ce temps... les affaires continuent.
C'est la "stratégie du choc" ???

Bon... en attendant le 25 janvier c'est dans 10 jours, et ces pauvres grecs auraient bien besoins d'être soutenus.

Il y a la pétition... qui patauge... faudrait peut être voir à la booster un peu.

C'est là : Grèce : Rendons-leur la démocratie !

Et puis faudrait peut-être faire un peu plus que pétitionner.

C'est pour quand

Tous dans la rue ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk