Billet de blog 28 janv. 2015

Jean-Claude Charrié
Abonné·e de Mediapart

Syriza ou la tentation de l'échec en Absurdie.

Jean-Claude Charrié
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Or donc, les commentaires et déclarations avisés convergent, parfois pour s'en réjouir,

"on ne voit pas comment Tsipras pourrait réussir son double challenge publiquement revendiqué : sauver la Grèce et les grecs sans détruire l'UE et l'euro".
Et les solidatités cauteleuses de s'empiler.
(selon le Larrousse, cauteleux = "Qui manifeste de la défiance et de la ruse ; hypocrite.")


Reprenons :
Il y a de fortes "chances" en effet que Tsipras n'obtienne rien, ou au mieux n'obtienne pour ses compatriotes qu'un sursis en forme de "recul pour mieux sauter au prochain coup",  si les "opinions publiques" européennes restent passivement spectatrices.
Particulièrement si les "gauches radicales", qui ont là l'occasion de peser en faisant ce qu'elles savent faire le mieux, c'est à dire du bruit, s'abstenaient, et plus précisément les "gauches radicales françaises" eu égard au poids économique et à la position de pivot de la France entre l'europe du sud et celle du nord.
Mais à lire les billets qui fleurissent et les commentaires qui les accompagnent, on voit bien la forte tendance au chipotage intello-boutiquier et à la spéculation de bookmaker sur l'échec, porteur de l'implosion tant désirée de l'UE, de préférence (semble-t-il naturelle ?) à l'engagement solidaire sans arrière pensée et de principe.
Il y a quand même une énigme, comment se fait-il que l'impasse posée par Syriza, "sauver la Grèce et les grecs, sans détruire l'UE et l'euro" ne soit pas prise pour ce qu'elle est, à savoir le principe d'une révolution nécessaire, par ceux-là même qui d'une façon ou d'une autre se prétendent bien souvent "révolutionnaires" ?
Comment se fait-il qu'elle justifie de leurs parts toutes sortes de spéculations sur les intentions, les alliances, les stratégies, les généalogies, les renoncements et les trahisons à venir, de préférence à la saisie de l'opportunité qu'elle ouvre ?

Qui plus est dans un contexte d'évolution plutôt favorable des opinions publiques ?
C'est sans doute qu'en Absurdie, ce pays des lucidités ubuesques autant que des aveuglements cartésiens, c'est effectivement la meilleure façon (au prix du déni, de la réduction à minima des enjeux ou du mépris) de contribuer à l'échec... qui  permettra ensuite de dire "on vous l'avait bien dit". L'essentiel n'étant pas de contribuer à une victoire que l'on serait en l'occurrence bien contraint de partager, mais d'avoir raison, toujours, et si possible tout seul contre tous les autres, fût-ce au prix de tous les paradoxes.
A moins que ce ne soit, cette curiosité qui consisterait à croire que la fin de l'UE et de l'euro seraient une révolution ?
Mais alors dira-t-on, en quoi "sauver la Grèce et les grecs sans détruire l'UE et l'euro" est-il un principe révolutionnaire ?
Parce qu'il oblige d'abord à une révolution de la pensée.
Il oblige justement à renverser la table, non pas celle de l'Europe ni de l'euro qui ne sont que des outils et ne valent que par les usages que l'on peut en faire, mais la table des lois. La table des lois auxquelles l'Europe et l'euro ont été jusqu'à présent assujettis.
Il oblige à l'audace, et à l'ambition, à l'audace de l'ambition.

Là est bien la révolution qu'il faut accomplir, là est bien l'exercice d'émancipation, l'exercice pédagogique auquel nous devrions nous livrer, ne serait-ce que pour nous-mêmes.
Un exercice qui devrait être aussi un exercice de mobilisation, et de ténacité car la partie serait rude, si d'aventure elle devait être engagée.
Mais semble-t-il, l'esquive lui sera préférée. Dommage.
Et cette esquive elle-même procède souvent d'une curieuse tentation. La désignation d'un diable, l'Allemand.

L'Allemand dans tout ce qu'il peut y avoir d'essentiel et national en lui, l'Allemand ontologique, ontologiquement défini par le Français nationalement essentiel.
Comme si les allemands dans leur diversité étaient par définition tous incapables de transgression, incapables de changement, comme finalement le sont aussi ces français qui le pensent... comme ils se tendraient un miroir.
Tous donc incapables de révolution.
C'est une misère.
C'est une vraie misère, car la table renversée de ces lois économico-financières qui nous plombent cache cette autre bien plus lourde, des lois identitaires qui nous enferment, ces lois de la fragmentation et de l'entropie, ces lois de la compétition des intérêts particuliers et des nations, de la raison du plus fort et de la guerre de tous contre tous ; quand à l'évidence, devrait enfin advenir la raison de l'intérêt général.


Avant par exemple qu'il ne fasse trop chaud... ou trop faim, ou trop pauvres, ou trop chomistes, ou trop émigrés, voire trop juifs ou trop arabes... sait-on jamais.
C'est un manque d'audace et d'ambition, une vraie misère, une misère de la pensée en Absurdie.

***

Rien n'arrive par hasard, il faut remonter à la source et suivre le cours :

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart