Billet de blog 28 janv. 2015

Syriza ou la tentation de l'échec en Absurdie.

Jean-Claude Charrié
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Or donc, les commentaires et déclarations avisés convergent, parfois pour s'en réjouir,

"on ne voit pas comment Tsipras pourrait réussir son double challenge publiquement revendiqué : sauver la Grèce et les grecs sans détruire l'UE et l'euro".
Et les solidatités cauteleuses de s'empiler.
(selon le Larrousse, cauteleux = "Qui manifeste de la défiance et de la ruse ; hypocrite.")


Reprenons :
Il y a de fortes "chances" en effet que Tsipras n'obtienne rien, ou au mieux n'obtienne pour ses compatriotes qu'un sursis en forme de "recul pour mieux sauter au prochain coup",  si les "opinions publiques" européennes restent passivement spectatrices.
Particulièrement si les "gauches radicales", qui ont là l'occasion de peser en faisant ce qu'elles savent faire le mieux, c'est à dire du bruit, s'abstenaient, et plus précisément les "gauches radicales françaises" eu égard au poids économique et à la position de pivot de la France entre l'europe du sud et celle du nord.
Mais à lire les billets qui fleurissent et les commentaires qui les accompagnent, on voit bien la forte tendance au chipotage intello-boutiquier et à la spéculation de bookmaker sur l'échec, porteur de l'implosion tant désirée de l'UE, de préférence (semble-t-il naturelle ?) à l'engagement solidaire sans arrière pensée et de principe.
Il y a quand même une énigme, comment se fait-il que l'impasse posée par Syriza, "sauver la Grèce et les grecs, sans détruire l'UE et l'euro" ne soit pas prise pour ce qu'elle est, à savoir le principe d'une révolution nécessaire, par ceux-là même qui d'une façon ou d'une autre se prétendent bien souvent "révolutionnaires" ?
Comment se fait-il qu'elle justifie de leurs parts toutes sortes de spéculations sur les intentions, les alliances, les stratégies, les généalogies, les renoncements et les trahisons à venir, de préférence à la saisie de l'opportunité qu'elle ouvre ?

Qui plus est dans un contexte d'évolution plutôt favorable des opinions publiques ?
C'est sans doute qu'en Absurdie, ce pays des lucidités ubuesques autant que des aveuglements cartésiens, c'est effectivement la meilleure façon (au prix du déni, de la réduction à minima des enjeux ou du mépris) de contribuer à l'échec... qui  permettra ensuite de dire "on vous l'avait bien dit". L'essentiel n'étant pas de contribuer à une victoire que l'on serait en l'occurrence bien contraint de partager, mais d'avoir raison, toujours, et si possible tout seul contre tous les autres, fût-ce au prix de tous les paradoxes.
A moins que ce ne soit, cette curiosité qui consisterait à croire que la fin de l'UE et de l'euro seraient une révolution ?
Mais alors dira-t-on, en quoi "sauver la Grèce et les grecs sans détruire l'UE et l'euro" est-il un principe révolutionnaire ?
Parce qu'il oblige d'abord à une révolution de la pensée.
Il oblige justement à renverser la table, non pas celle de l'Europe ni de l'euro qui ne sont que des outils et ne valent que par les usages que l'on peut en faire, mais la table des lois. La table des lois auxquelles l'Europe et l'euro ont été jusqu'à présent assujettis.
Il oblige à l'audace, et à l'ambition, à l'audace de l'ambition.

Là est bien la révolution qu'il faut accomplir, là est bien l'exercice d'émancipation, l'exercice pédagogique auquel nous devrions nous livrer, ne serait-ce que pour nous-mêmes.
Un exercice qui devrait être aussi un exercice de mobilisation, et de ténacité car la partie serait rude, si d'aventure elle devait être engagée.
Mais semble-t-il, l'esquive lui sera préférée. Dommage.
Et cette esquive elle-même procède souvent d'une curieuse tentation. La désignation d'un diable, l'Allemand.

L'Allemand dans tout ce qu'il peut y avoir d'essentiel et national en lui, l'Allemand ontologique, ontologiquement défini par le Français nationalement essentiel.
Comme si les allemands dans leur diversité étaient par définition tous incapables de transgression, incapables de changement, comme finalement le sont aussi ces français qui le pensent... comme ils se tendraient un miroir.
Tous donc incapables de révolution.
C'est une misère.
C'est une vraie misère, car la table renversée de ces lois économico-financières qui nous plombent cache cette autre bien plus lourde, des lois identitaires qui nous enferment, ces lois de la fragmentation et de l'entropie, ces lois de la compétition des intérêts particuliers et des nations, de la raison du plus fort et de la guerre de tous contre tous ; quand à l'évidence, devrait enfin advenir la raison de l'intérêt général.


Avant par exemple qu'il ne fasse trop chaud... ou trop faim, ou trop pauvres, ou trop chomistes, ou trop émigrés, voire trop juifs ou trop arabes... sait-on jamais.
C'est un manque d'audace et d'ambition, une vraie misère, une misère de la pensée en Absurdie.

***

Rien n'arrive par hasard, il faut remonter à la source et suivre le cours :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élections étudiantes : le débat
Alors que les élections du Crous ont lieu du 6 au 10 décembre, quatre des principales organisations étudiantes débattent dans « À l’air libre » sur les sujets essentiels pour près de 3 millions d’étudiants en France : précarité, logement, alimentation... Sur notre plateau, Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, Jacques Smith, président de l’UNI, Paul Mayaux, président de la FAGE, et Naïm Shili, secrétaire national de L’Alternative.    
par à l’air libre
Journal — France
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart