Billet de blog 17 oct. 2015

Le pot aux roses est gratiné

Martine C.
Charmeuse de serpents
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand on a lu ça, on mesure le degré de crétinisme des initiateurs d’une opération qui, avant même sa clôture, s’annonce comme un fiasco magistral. Oseront-ils - face à la découverte de ce pot aux roses-lapalissade - en proclamer les résultats après ça ? Décidément, ces gens-là seront crédibles quand les poules auront des dents. Si j’étais membre de cette organisation, je serais pétrie de honte. Voici :

"La procédure de validation par e-mail est hyper sécurisée", assure pourtant tout de go Thierry Daguzan, le directeur de l'agence de communication Opérationnelle, le prestataire choisi par le PS pour la mise en place de ce vote en ligne.

"Après, c'est vrai, si une personne se crée dix adresses mail, elle pourra effectivement voter dix fois. C'est techniquement possible, reconnaît pourtant Thierry Daguzan, interrogé par francetv info. Mais enfin, sur le nombre total de votants, ce sera anecdotique… Même si cent personnes s'organisent pour voter dix fois chacune, cela restera anecdotique. De toute façon, il n'y a pas d'autre moyen de sécuriser ce genre de vote."

Des propos qui font bondir Eric Filiol, expert en cryptologie à l'Ecole supérieure d'informatique, électronique et automatique (ESIEA). "Pas de filtrage par adresse IP, pas de détection des adresses mail jetables... Cette plateforme traduit un mépris total pour la sécurité, et l'incompétence crasse des personnes qui en sont responsables", lâche-t-il, contacté par francetv info.

"Sans liste de contrôle, il est impossible de vérifier que les personnes qui votent existent bel et bien, et il est donc impossible de faire un scrutin sérieux. Le pire, c'est qu'à l'arrivée, il sera impossible de mesurer l'ampleur de la fraude, pointe Eric Filiol. Comment faire pour détecter une fausse adresse e-mail et une fausse identité, si on ne dispose pas de base de données sérieuse au départ ? C'est tout simplement aberrant..."

Du côté de la rue de Solférino, vendredi midi, l'heure est à l'embarras. "La Haute Autorité du parti fera des vérifications. Maintenant, c'est vrai que si on donne des faux noms, des fausses adresses, il est possible de frauder, et qu'on ne pourra pas recroiser avec les listes électorales. On le savait dès le départ", concède la porte-parole du PS Corinne Narassiguin, interrogée par francetv info.

« On compte sur la bonne foi des gens, qui s'engagent sur l'honneur à ne voter qu'une seule fois... » Corinne Narassiguin, porte-parole du PS à francetv info

 OUARF OUARF OUARF !!!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet