Pour une année de lutte et de défense des conquis sociaux

La vacuité des vœux du Président Macron n'a surpris personne. Plusieurs internautes avaient parodié par avance ce que ce dernier allait ânonner devant les caméras, et personne ne doutait de l'issue ni de son intransigeance.

Emmanuel macron l'a affirmé « La réforme sera menée jusqu'au bout ». Rien de moins. Peu importe que le pays soit en ébullition, que des millions de personnes soient opposées à sa contre réforme ourdie dans les Think-Tank libéraux (pléonasme) et les milieux de la haute finance, peu importe les conséquences. Macron ne veut rien céder. Uniquement préoccupé par son avenir personnel, il est persuadé que s'il fait maintenant machine arrière, il ne pourra pas se représenter en 2022. Comme si cela deviendrait possible s'il impose ce recul social majeur. C'est dire à quel point lui et son entourage sont déconnectés des gens et des réalités.

Il n'y a donc aucune raison pour que la grève s'arrête maintenant. D'ailleurs, si c'était le cas, le mouvement social et les syndicats les plus en pointe dans cette lutte ne s'en relèveraient pas. Il faut donc espérer que l'élargissement du conflit à d'autres secteurs, notamment du privé, fonctionne, car la grève ne peut éternellement reposer sur celles et ceux qui ont déjà beaucoup donné.

Dans les jours et les semaines à venir, l’enjeu sera donc double pour le mouvement social : convaincre encore et encore que cette contre réforme libérale concerne tout le monde et réaffirmer que cette lutte ne pourra être victorieuse que si elle s'élargit à tous les secteurs de l'économie. Ce n'est pas gagné, mais c'est jouable.

Aujourd'hui, Le petit caporal qui occupe l’Élysée et sa majorité godillot ne peuvent se maintenir au pouvoir que par la force et en systématisant la répression. Mais tout le monde sait (à part peut-être Macron) que cette stratégie a ses limites. Le doute commence à gagner les soutiens du Président. Certains disent même « qu'enfermé dans sa bulle, il n'écoute plus personne ». Sur le terrain, les forces de l'ordre sont de plus en plus exposées, les manifestants de plus en plus déterminés, et l'on a vu à plusieurs reprises les cordons de CRS reculer, car après tant de jours de grève les esprits finissent par s'échauffer.

Les fins connaisseurs des mouvements sociaux le savent, à ce stade, tout peut arriver, et tout peut dégénérer en un instant. C'est d'ailleurs un miracle qu'il n'y ait pas eu de drame ces derniers jours, car les CRS interviennent systématiquement sur les points de blocage, parfois avec une une violence inouïe. Or si elle perdure ce genre de situation ne peut que dégénérer.

À cette instant, il n'est pas possible de ne pas évoquer l'irresponsabilité dont fait preuve ce Président convaincu d'avoir raison contre la multitude. mais il y a pire. En se plaçant délibérément et sans ambiguïté du côté des plus riches et de la haute finance, il incite les français à se positionner de manière radicale à ses côtés ou contre lui, provoquant ainsi la discorde généralisée, avec les risques d'affrontements que cela suppose.

L'année 2020 commence donc sous les pires auspices :

• Une crise économique mondiale qui ne devrait plus tarder à venir, avec tous les voyants au rouges.

• Une crise écologique mondiale et l'inertie des puissances économiques responsables du désastre.

• Une crise sociale majeure avec partout le recul des droits fondamentaux des peuples.

manif
Avec un tel constat, la lutte n'est plus une option, mais une obligation. La bataille contre la contre-réforme des retraites nous ouvrira des horizons de luttes ou nous les fermera. Il faut donc rendre hommage à ceux qui la mènent sans relâche depuis le 5 décembre, et subissent de plein fouet la répression policière. Le 9 janvier sera une nouvelle étape dans la mobilisation. À nous de convaincre les indécis que c'est le moment ou jamais.

Bonne année et solidarité à tous.

Philippe Soulié, rédacteur de regardactu.

Ci-dessous le tract de l'intersyndicale de l'Allier et des Gilets Jaunes pour le 9 janvier 2020 :

Tract 9 Janvier Intersyndicale Allier et Gilets Jaunes (pdf, 242.4 kB)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.