À Clermont-Ferrand, le CHU mobilise pour le 14 novembre

Au CHU de Clermont-Ferrand l'heure est à la mobilisation pour réussir la grève du 14 novembre. les revendications dépasseront largement le cadre de l'appel pour sauvegarder nos systèmes de retraite. C'est tout le sens du tract d'appel de SUD santé du CHU de Clermont-Ferrand

Manif 15 Octobre Paris © Serge D'Ignazio Manif 15 Octobre Paris © Serge D'Ignazio
Bien sûr, la bataille pour préserver le système de retraites par répartition sera au centre de toutes les revendications le 14 novembre prochain. C'est la mère des batailles et c'est la revendication qui par par excellence fédère tous les salariés du public comme du privé. Car personne n'est dupe des intentions du gouvernement consistant à faire baisser les pensions en instaurant un système par points, et au final remplacer le principe de solidarité intergénérationnelle par un système totalement individualisé et au final, ouvrir grand la porte aux fonds de pensions.

Mais le mal est bien plus profond encore. La société toute entière vacille sous les coups répétés du libéralisme contre les conquis sociaux. Par exemple, le 14 novembre, les chômeurs ont aussi toutes les raisons de descendre dans la rue pour empêcher le gouvernement et le Medef de les faire définitivement sombrer dans la précarité. Car la réforme de l'assurance chômage les précipitera tout droit dans la misère si l'on en croit les projections de nombreux économistes et même de la CFDT (ce qui n'est pas peu dire, eu égard à la propension de cette organisation à accompagner les contre-réformes libérales).

Dans la mobilisation qui se dessine, on peine à prédire quelle branche d'activité mobilisera le mieux pour espérer maintenir les autres secteurs dans la lutte au-delà de cette date, condition sine qua non pour faire plier le gouvernement. Le secteur de la santé, parce qu'il est au bord de la rupture, pourrait certes jouer ce rôle. Mais d'autres secteurs sont aussi en tension extrême. Le pompiers, les finances publiques, la SNCF et bien d'autres.

Déjà, le gouvernement a prévu de lâcher du lest pour le cas où il y aurait du monde dans la rue, et si la grève générale s'installait dans la durée. Le couac avec Jean-Paul Delevoye, grand ordonnateur de la contre-réforme des retraites, n'est probablement qu'un coup arrangé pour faire croire aux retraités qu'ils pourraient ne pas être concernés, dans l'espoir de casser la mobilisation. Pas sûr que ce coup de poker réussisse à rassurer les intéressés.

Manif 15 octobre Paris © Serge D'Ignazio Manif 15 octobre Paris © Serge D'Ignazio
On lira avec attention le tract de SUD Santé CHU de Clermont-Ferrand. Même si la contre-réforme des retraites était abandonnée, il resterait mille raisons de mobiliser le personnel. Déjà 10 services sont en grève sur des revendications d'effectifs de salaire et de conditions de travail. Surtout, ce qui est mis en avant, c'est la convergence des luttes dans le secteur de la santé au sens large du terme comme SUD Santé le souligne dès l'introduction : « Ce mouvement d’ampleur, nous ouvre la voie vers une convergence avec d’autres services : psychiatrie, Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), maternité, social, médico-social etc…Car OUI ! Les revendications sont les mêmes ! ». Tout est dit.

Lire l'appel de SUD Santé CHU Clermont-Ferrand :

Tract SUD Santé CHU Clermont-Ferrand Appel pour le 14 Novembre (pdf, 474.4 kB)

Il faut tout de même noter que le début de l'appel à la grève générale contre la contre-réforme des retraites est programmée le 5 décembre et non le 14 novembre comme cet article pourrait le laisser croire. Mais dans les têtes, cette échéance du 14 novembre résonnera bel et bien comme une étape vers une plus vaste mobilisation le 5 décembre. Ce n'est pas pour rien d'ailleurs, que pour décembre, les appels et les préavis se multiplient dans de nombreux secteurs, dont celui de la santé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.