L’étincelle de l’espérance…

Paul Crespin fut par le passé en responsabilité dans l'équipe municipale de l'ancien Maire, Pierre Goldberg. Il occupa le poste de Président de l'OPHLM de la ville. Il est rédacteur à Regardactu, notamment pour tout ce qui touche aux logements sociaux. il décrypte ici pour nous la recomposition politique locale qui s'opère sous nos yeux à la veille de l'échéance de 2020.

bandeau1

 

bandeau1
Avec la perspective qui se précise du renouvellement municipal, les états-majors politiques, la majorité municipale en fonction, cherchent la meilleure manière d’éviter de supporter les rejets des politiques mises en œuvre et vont tenter de tout promettre pour redresser la barre et vanter alors leurs réalisations. Cela suffira-t-il à endormir une fois encore les consciences, rien n’est moins sûr, même si la communication officielle municipale aux mains du maire, a largement et sans vergogne fait le travail pour l’éviter…

Le journal La Montagne dans la situation présente apparait comme étant le principal vecteur d’information extérieur à la mairie et laisse paraitre par moment quelques éléments de positionnement des uns ou des autres lançant leur campagne. Est-ce là une possibilité offerte aux habitants de rééquilibrer la nécessaire objectivité de l’information ? C’est à voir, tant la part belle est laissée aux tenants des rênes du pouvoir local. Et si d’aventure une intervention, une interview avec place conséquente est donné à ceux qui portent une parole différente, les répliques n’en finissent pas de se multiplier à partir de mises au point polémiques…

Ainsi en est-il allé de l’affaire du transfert de la médiathèque, incompréhensible ! Tout autant de la gestion d’Athanor en voie de privatisation ! Et faut-il ré-évoquer ici les critiques d’élus sur les affaires et manquement de probité touchant les adjoints et Mr Dugléry lui-même ! Pourtant, n’est-ce pas la Chambre Régionale de contrôle des comptes de la municipalité qui s’est objectivement exprimée là-dessus… Bon, mais alors que ne va-t-on pas entendre lorsque les récents opposants internes, comme l’annonce Mr Roudillon vont présenter leur liste ….Sans parler des marcheurs macaronistes locaux qui cherchent quelle alliance trouver, conseillés qu’il sont par leurs amis au gouvernement dont le 1er ministre E.Philippe ex membre du parti de Mrs Dugléry et Laporte ?

Décidément la campagne dans les mois à venir va être chaude !  Espérons que les montluçonnais pourront en toute indépendance de jugement participer utilement pour leur bien et celui de toute la commune à dépasser le vieux monde qui s’essouffle. Pourront-ils prendre part à un  débat constructif de mise en place d’objectifs démocratiques et d’options de gestion permettant d’aller de l’avant. Rien n’est moins sûr quand on regarde ce qui se passe aussi dans les rangs de ceux qui se classent à gauche. C’est le journal La Montagne du 10 novembre  qui indique dans sa rubrique « Au fil des coulisses » :

• Que Mr M. Bogros  secrétaire du PS déjà désigné chef de file des socialistes  pour Montluçon, a lancé sa campagne, avec la volonté de se faire connaitre et de confirmer les discussions déjà engagées avec le PC !!! ‘’...

• Que Madame De Gouvéa est désignée cheffe de file du PC toujours pour Montluçon ! Et le journal fait remarquer, que le choix s’est fait sans P.Mothet, bien décidé de son côté à s’inscrire dans le projet de ses amis socialistes F.Kott et J.Werth…

Étranges procédures pour faire vivre le renouveau de la politique quand dans bien des secteurs populaires s’expriment la défiance à l’égard des partis politiques installés. Bien forcé de remarquer que l’on est loin des aspirations qui s’expriment dans les luttes. Celles des Gilets Jaunes, autant que dans les conflits des urgences hospitalières, autant encore que celles de  ces jours derniers à la SNCF…Et que dire des actions de la jeunesse pour le climat, de celle des étudiants. C’est-à-dire de ce qui nait en de nombreux endroits où la pratique est à vouloir décider de l’action sans en référer aux directions en place …En serait-il autrement pour la gestion des municipalités et de l’organisation de la campagne pour y accéder ? A la France Insoumise nous pensons que non!

 Et cela nous a conduit à placer le curseur de notre démarche non plus sur l’urgente nécessité de produire pour nous même une liste de candidats que nous proclamerions la meilleure, la plus expérimentée, la plus apte à gagner, mais de nous tourner vers les électeurs eux-mêmes en sollicitant leur intervention, jusqu’à en faire des acteurs directs de la gestion municipale. Nous entendons  concrétiser une démarche locale qui donne écho à notre démarche nationale celle de rendre le pouvoir au peuple.

Répétons le sincèrement « Le peuple aux commandes » n’est pas un slogan opportuniste, c’est une construction démocratique et de perspective politique de transformation sociale. Toute autre chose que la répétition usée des mots d’ordre d’union à la carte, de volonté de gauche unie, qui se défont dès les élections attrapes tout passées et les déceptions qui suivent ! Avec ce qui en découle : les abstentions massives, les révoltes sociales et la montée en puissance des récupérations d’une extrême droite aux aguets …

 Dans cet esprit constructif qui en appelle à la responsabilité de chacun, nous ne faisons pas œuvre solitaire, bien au contraire, nous interrogeons les montluçonnais par questionnaire ouvert et nous discutons avec d’autres collectifs d’action. Ceux s’appuyant sur des options programmatiques de justice sociale forte, de mesures écologiques offensives et de participation démocratique étendue. Le chemin conduisant à la construction d’une liste ou les gens se reconnaitront, participeront,  passe par ce renouveau d’intention, de visée et de méthode.

Paul Crespin Animateur du groupe Fi, Montluçon Ouest.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.